Hugin

De Wiki de la communauté Mandriva.

Hugin est une interface utilisateur graphique (GUI) Opensource pour Panorama tools. Il permet, très simplement et avec peu de connaissances photographiques, de réaliser des panoramas par assemblage de plusieurs photos. Hugin permet aussi depuis peu de fusionner plusieurs photos de la même scène ayant des expositions différentes (bracketing) ou des profondeurs de champ décalées pour obtenir une photo à grande dynamique ou à grande profondeur de champ.


Pour installer hugin, lancez Image:drakrpm-icon.png Installer et désinstaller des logiciels et recherchez le paquet hugin.

Sélectionnez-le et cliquez sur Appliquer (Aide).

Vous pouvez également l'installer en utilisant la console en tant qu'administrateur avec la commande suivante : urpmi hugin

À noter !
Si vous cherchez une prise en main rapide d'Hugin, vous pouvez lire Hugin et mon premier panorama.


Sommaire

Généralités

Présentation

Attention !
Le texte concerne la version 0.8.0 alors que les screenshots sont ceux des versions 0.6 ; 0.7 (majoritairement) et 0.8 (si nécessaire). Mandriva 2007.1 et 2008.0 sont fournies avec Hugin 0.6.1 ; Mandriva 2008.1 et 2009.0 avec Hugin 0.7.0 et Mandriva 2009.1 et 2010.0 avec Hugin 0.8.0

Hugin

Hugin est une interface utilisateur graphique (GUI) Opensource pour Panorama tools (voir plus bas).

Comme d'autres interfaces graphiques, Hugin fournit une interface cliquable et homogène, facile à utiliser, pour tout un ensemble d'outils en ligne de commande comprenant :

La mission du projet Hugin n'est pas seulement de fournir une interface graphique puissante, mais aussi de fournir une alternative Opensource pour un petit nombre de composants de Panorama tools de source fermée, plus particulièrement PTStitcher. Une alternative à PTStitcher, appelée nona a été développée, reprenant la plupart de ses caractéristiques.

Parmi les nombreuses options flexibles d'Hugin, il est possible de corriger l'exposition, le vignetage et la balance des blancs entre les photos ; de générer des photos à grande gamme dynamique (HDR) ou bien de mélanger plusieurs expositions (exposure blend) à partir de photos brackétées (plusieurs photos identiques mais prises avec des expositions différentes) ou d'utiliser des photos nativement en 16 bits ou HDR

Les composants de Hugin

Les outils suivants font partie de la suite Hugin :

  • hugin l'interface graphique.
  • nona une alternative en ligne de commande de PTStitcher.
  • fulla correction de la distorsion en barrique, de l'aberration chromatique et du vignetage.
  • nona_gui une version graphique de nona avec des boites de dialogues et des barres de progression, similaires à la version pour Windows de PTStitcher.
  • autooptimiser un outil expérimental avec la même interface que PTOptimizer sauf qu'il utilise l'optimisation pairwize qui ne nécessite pas de pré-déplacement manuel
  • align_image_stack, un outil qui automatise le processus d'alignement des piles de photos. Voir Align a stack of photos
  • tca_correct un outil pour générer automatiquement les paramètres de la correction de l'aberration chromatique utilisés par fulla
  • matchpoint identification des points de contrôle
  • pto2mk pour le génération des Makefiles nécessaires à l'assemblage en ligne de commande
  • cpclean un outil en ligne de commande pour enlever les points de contrôle ayant des erreurs de distance incompatibles
  • calibrate_lens, calibration des objectifs automatique utilisant la détection de la ligne droite
  • vig_optimize un outil en ligne de commande pour estimer les paramètres photométriques.
  • hugin_hdrmerge fusionne plusieurs expositions en HDR en utilisant l'algorithme anti-ombres de Khan
  • hugin_stitch_project un outil graphique pour assembler un projet hugin .pto
  • celeste_standalone supprime les points de contrôle situés dans des nuages, ou similaire, des fichiers de projet.
  • PTBatcherGUI un gestionnaire graphique de file d'attente pour l'assemblage de multiples projets hugin.
  • PTBatcher accès en ligne de commande à la file d'attente du traitement par lots
  • panoglview un afficheur de panorama OpenGL, disponible dans les CVS Sourceforge à côté de Hugin, qui doit être construit séparément.
  • autopano-sift-C version écrite en C de autopano-sift, nécessite aussi d'être construite séparément.

Plus d'informations, de documentations, et des tutoriels se trouvent sur le site du Projet.

Développement

Hugin est Open Source, et comme tout logiciel développé par la communauté très dépendant des ressources de contributions volontaires. Si vous avez des compétences en programmation, vous êtes le bienvenu si vous souhaitez regarder dans le code source et y contribuer. Même si vous n'avez pas de telles compétences, vous en avez surement d'autres que le projet pourrait utiliser et vous êtes plus que bienvenu si vous voulez y consacrer une part de votre temps. Les tâches demandant de l'attention changent souvent, et de ce fait, aussi les compétences et les ressources. Découvrez davantage le processus de développement

Au moment de la mise à jour de ce texte (9-juin-2009) (NdT : traduction en novembre 2009) le processus de construction de Hugin est robuste et il y a de plus en plus de personnes le portant sur différentes plate formes. La version 0.8.0 arrive à sa fin, et au-delà de cela, de nouveaux défis excitants tels que nona-gpu sont en projet pour les nouvelles versions et nous espérons que le Google summer of code 2009 apportera aussi de nouvelles fonctionnalités.


Panorama tools

Que sont les Panorama Tools ?

Les Panorama Tools, aussi connus sous le nom de PanoTools sont une suite libre de programmes et de bibliothèques écrits à l'origine par le professeur allemand de physique et de mathématiques Helmut Dersch. PanoTools fournit un cadre performant pour projeter et assembler diverses images originales en de larges panoramas de tous types. Une version mise à jour de la bibliothèque de PanoTools constitue le moteur du noyau sous-jacent pour beaucoup d'interfaces graphiques de logiciels de réalisation de panoramas.

Helmut commença le développement de PanoTools en 1998, produisant quelques-uns des logiciels les plus professionnels et polyvalents existants pour la réalisation de panoramas. Mais il a dû s'arrêter en 2001 en raison de harcèlement et de réclamations pour violation de droits de la part d'une société appelée IPIX. En 2003, il publia quelques modifications du viewer de panorama en ligne basé sur Java PTViewer. Etaient inclus une version .exe autonome et une autre version pouvait afficher des panoramas HDR (high dynamic range soit à grande gamme dynamique). La plus récente publication de Helmut est PTViewerME, un viewer de panoramas pour les PDA et appareils nomades. La page d'accueil d'Helmut se trouve ici. Il n'y a pas de liens vers son précédent travail sur PanoTools, mais une liste de membres réussirent à faire une copie de l'ancienne page d'accueil avant qu'elle ne disparaisse. Voir les mirroirs pour obtenir quelques liens vers ces pages et des informations supplémentaires.

Après l'arrêt du développement de Panorama Tools par Helmut, les membres de sa liste de diffusion ont poursuivi le développement, et ont commencé à améliorer la suite logicielle seuls. Ils ont commencé une page chez SourceForge et ont depuis corrigé quelques bogues et développé des fonctionnalités supplémentaires.

Quels sont les logiciels inclus dans les Panorama tools ?

D'après la page d'accueil originale de Helmut :

PanoTools est un bouquet d'outils libres pour Panorama et la création d'objets 3D. Il comprend :

PTEditor 
Afficheur interactif de panorama basé sur Java
PTPicker 
Interface Java pour Panorama stitcher et d'autres outils. Il fournit une interface graphique pour contrôler les points de sélection et l'optimisation des positions.
PTCrypt 
Outil Java pour crypter les images destinées à être vues en ligne avec ptviewer.
PTStitcher 
Outil d'assemblage de Panorama qui réalise la projection, ajuste et combine plusieurs images en vues panoramiques.
PTOptimizer 
Optimise les positions et tailles des images en utilisant les données des points de contrôle.
PTStereo 
Crée des objets en 3 dimensions à partir d'au moins deux images stéréoscopiques.
PTInterpolate 
Crée des images physiquement cohérentes par interpolation. A partir de deux images de la même scène prises de positions différentes, cet outil crée les vues qui seraient visibles depuis toute position intermédiaire.
PTMorpher 
Outil de morphing
PTAverage 
Fait la moyenne d'images pour réduire le bruit et augmenter la densité.
PTStripe 
Combine des images en film pour une visualisation dans un viewer d'objets (extension de PTMovie pour PTViewer).
Panorama Tools Plugins 
Plugins pour Photoshop, GraphicConverter et The Gimp pour la correction et projection d'images. Compatibles aussi avec beaucoup d'autres programmes qui peuvent utiliser les plug-ins de Photoshop.
Bibliothèque pano12 
La bibliothèque sous-jacente de Panorama, actuellement utilisée par divers interfaces et programmes en ligne de commande de Panorama. Elle peut s'appeler pano12.dll, libpano12.so, libpano12.dylib ou pano12.lib suivant le système d'exploitation.

Pour travailler facilement avec les Panorama tools et pour ajouter des fonctionnalités, beaucoup d'excellents programmes d'aide et interfaces graphiques ; certains libres, d'autres commerciaux, ont été écrits. Cela rend le plus souvent inutile toute intervention directe avec les programmes du bouquet original de PanoTools. Voir cette page pour en apprendre plus (en anglais).

L'interface utilisateur

Fenêtre principale de Hugin

(NdT : screenshots ajoutés)


Au démarrage de Hugin avec la version 0.6 de Mandriva 2007.1 et de Mandriva 2008.0 :

Hugin_main


Après l'ajout d'une image :

Hugin_main2


Au démarrage de Hugin avec la version 0.7 (Bêta). Il y a en plus les onglets Assistant et Recadrage :

Hugin0-7

Au démarrage de Hugin avec la version 0.8.0. Il y a en plus l'onglet Exposition.

Hugin0-8

Onglets

Bien qu'il possède beaucoup d'autres utilisations, Hugin est principalement un outil pour assembler plusieurs photos et créer ainsi un panorama sans raccords.

Le procédé est entièrement automatique si vous utilisez l'onglet Assistant de Hugin, mais Hugin permet aussi un contrôle manuel total à chaque étape. Hugin distingue les diverses étapes et présente chacune d'elles dans un onglet de la fenêtre principale.

Ces onglets sont approximativement de gauche à droite dans l'ordre de création du panorama, bien que dans la pratique, soigner son projet peut induire quelques allers et retours entre les onglets.

Ce qui suit est un bref aperçu du système des onglets, ce n'est pas un tutoriel pas à pas, vous pouvez trouver un tel tutoriel sur le site de Hugin.

Assistant

L'onglet Assistant de Hugin est la partie entièrement automatique de Hugin, ici vous pouvez entrer des images, les aligner et les assembler en un panorama sans avoir à utiliser aucun des autres onglets.

Vous pouvez aussi utiliser cet assistant pour effectuer le premier pas de la création de votre projet qui demandera ensuite l'utilisation d'un ou plusieurs autres onglets.

Images

Dans l'onglet Images de Hugin, vous pouvez enlever ou ajouter des photos de/à votre projet. La table du milieu montre aussi la position de chaque image dans la scène finale, ces positions sont en fait les angles de roulis, tangage et lacet.

Bien qu'il soit possible d'entrer ces positions manuellement ici, vous avez plus intérêt à créer des points de contrôle dans l'onglet Points de contrôle de Hugin et ensuite à utiliser l'optimiseur dans l'onglet Optimisation de Hugin pour positionner les images à votre place.

Appareil photo et objectifs

Les photos possèdent des propriétés qui doivent être connues pour qu'on puisse les assembler sans raccord, particulièrement des propriétés telles que l'angle de champ ou la distortion en barrique, et aussi des propriétés photométriques telles que le vignetage ou l'exposition.

A nouveau, bien qu'il soit possible d'entrer les paramètres de ces propriétés ici, dans l'onglet Appareil photo et objectifs; Hugin peut estimer l'angle de champ depuis les données enregistrées dans la photo par l'appareil, il peut aussi utiliser des optimiseurs dans l'onglet Optimisation pour calculer la distorsion géométrique, et dans l'onglet Exposition pour calculer les corrections photométriques.

Recadrage

Souvent, les photos contiennent des parties que vous ne souhaitez pas utiliser. Typiquement les images en projection fisheye présentent une zone circulaire au milieu et une zone noire inutile tout autour. Les images scannées ont des bords qui doivent être rognés.

L'onglet recadrage vous permet d'appliquer de simples masques pour ignorer ces zones de vos photos.

Points de contrôle

Hugin construit les panoramas en faisant correspondre certains détails apparaissant sur différentes photo, ces détails sont identifiés par des paires de points de contrôle. L'onglet Points de contrôle montre deux photos à la fois et vous permet de définir ou modifier manuellement toute paire de points de contrôle.

En plus de l'onglet Points de contrôle, la Table des points de contrôle est utilisée pour gérer les paires de points de contrôle.

Les points de contrôle peuvent être créés automatiquement dans la section Aligner de l'onglet Assistant ou dans la section Correspondance d'éléments de L'onglet Images.

Optimisation

Hugin utilise une méthode d'alignement des photos qui ajuste l'orientation de l'image et les paramètres de l'objectif qui a pris les photos jusqu'à ce que les points de contrôle soient alignés, ce procédé est appelé optimisation et l'onglet Optimisation en permet le contrôle. En fait, vous créez des points de contrôle individuels dans l'onglet Points de contrôle, et vous les gérez dans L'onglet Images et dans la Table des points de contrôle.

Exposition

Les photos d'un même projet peuvent avoir des différences d'exposition ou de balance des blancs, soit à cause de changements naturels de l'éclairage soit en raison des paramètres de l'appareil photo.

L'onglet Exposition corrige ces variations photométriques en examinant les photos se chevauchant et en modélisant un système prenant en compte la courbe de réponse de l'appareil photo, l'exposition, la balance des blancs et le vignetage qui convient aux photos.

Ainsi, pour ce travail, les photos du projet doivent déjà avoir été alignées. Aligner les photos en gérant les points de contrôle dans l'onglet Points de contrôle et en optimisant les paramètres géométriques de l'image dans l'onglet Optimisation.

Assembleur

Le résultat final d'un projet avec Hugin est un fichier image contenant un panorama. Pour terminer, L'onglet Assemblage est l'endroit où la taille et la qualité sont définis et où le fichier final est créé.

Menus

Fichier
Nouveau 
abandonne le projet en cours et démarre un nouveau projet vide.
Ouvrir un fichier 
existant au format hugin, PTGUI, PTAssembler, autopano ou autopano-sift.
Enregistrer 
le projet en cours au format pto.
Enregistrer sous 
un fichier pto avec un nom différent.
Ecrire un script PTStitcher 
enregistre un fichier projet simplifié permettant un assemblage par lots avec PTStitcher, nona ou PTmender. Notez que nona peut assembler directement un fichier projet de Hugin, aussi cette étape est inutile si vous utilisez nona.
Envoyer pour traitement par lots 
ajoute le projet en cours dans la queue d'assemblage de Hugin Batch Processor
Lancer le traitement par lots 
lance l'interface graphique du gestionnaire de queue de Hugin Batch Processor, noter que cette queue ne sera pas mise en traitement tant que ce gestionnaire de queue ne sera pas lancé.
Appliquer un gabarit 
utilise les paramètres d'un projet pto existant à l'ensemble des photos en cours. Seuls la position et les paramètres de l'objectif sont transférés, les points de contrôle sont ignorés.
Préférences 
ouvre la fenêtre des Préférences.
Quitter 
hugin.
Editer
Défaire 
annule la modification la plus récente du projet en cours.
Refaire 
refait ce qui vient d'être annulé avec Défaire.
Ajuster avec précision tous les points 
fait la même chose que le bouton Ajustement précis dans l'onglet Points de contrôle excepté que tous les points de contrôle dans le projet sont ajustés. Les paramètres de Ajustement précis sont réglés dans Préférences.
Optimiser 
réoptimise le projet en cours. Ceci a exactement le même effet que cliquer sur le bouton Optimiser dans L'onglet Optimisation.
Ajouter une image 
au projet en cours.
Vue
Table des points de contrôle 
affiche la table des points de contrôle.
Fenêtre d'aperçu 
affiche la fenêtre d'aperçu.
Fenêtre d'aperçu rapide 
affiche la fenêtre d'aperçu rapide.
Aide
A propos 
Aide 
ouvre le manuel de Hugin.
Astuce du jour 
Raccourcis clavier 
FAQ 
questions fréquemment posées à propos de Hugin.

Barre de boutons

Au-dessus de la rangée d'onglets, il y a une série d'icônes pour les commandes usuelles.


image:Hugin_filenew.png Nouveau projet

Annule le projet en cours et démarre un nouveau projet vide


image:Hugin_fileopen.png Ouvrir un projet

Ouvre un projet existant de Hugin, PTGUI, PTAssembler, autopano ou autopano-sift


image:Hugin_filesave.png Enregistrer le projet

Enregistre le projet en cours au format pto de Hugin.


image:Hugin_filesaveas.png Enregistrer le projet sous

Enregistre le projet en cours au format pto de Hugin avec un nom différent


image:Hugin_undo.png Défaire

Annule la dernière modification du projet en cours.


image:Hugin_redo.png Refaire

Refait ce qui vient d'être annulé avec Défaire.


image:Hugin_edit_add.png Ajouter une ou plusieurs images

Ajoute une ou plusieurs images oou photos au projet en cours


image:Hugin_fileopen.png Refaire l'optimisation

Refait l'optimisation du projet en cours. Ceci a exactement le même effet que cliquer sur le bouton Optimiser dans L'onglet Optimisation.


image:Gl_preview.png Aperçu rapide du panorama

Affiche la fenêtre fenêtre d'aperçu rapide.


image:Hugin_preview.png Aperçu du panorama

Affiche la fenêtre d'aperçu.


image:Hugin_list.png Afficher les points de contrôle

Affiche la table des points de contrôle.


image:Hugin_info.png A propos d'Hugin

Affiche la fenêtre pop-up A propos d'Hugin. Elle indique la version en cours et une liste des contributeurs

L'onglet Assistant

Avec Hugin 0.7 en version bêta (cet onglet n'existe pas sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008).

Hugin0-7

L'assistant de Hugin automatise presque tout ce qui est nécessaire pour créer un panorama, il suffit de suivre les trois étapes suivantes ...

Charger des images...

Cliquer sur le bouton Charger des images... pour sélectionner les photos que vous désirez utiliser pour le panorama. Le système essaye d'identifier l'angle de champ correspondant à vos photos d'après les données enregistrées dans la photo par l'appareil. Si ce n'est pas possible, alors vous devez entrer manuellement l'angle de champ, ou laisser Hugin le calculer à partir de la distance focale et du facteur d'équivalence 24x36 (ou facteur de recadrage).

Si vous n'êtes pas surs du type d'objectif, simplement accepter la valeur par défaut Normal (rectilinéaire)

Aligner

Cliquer sur Aligner pour utiliser un outil automatique tel que autopano-sift pour faire se correspondre les images, puis utiliser l'optimiseur interne de Hugin pour les aligner, corriger l'exposition et la balance des blancs. Le résultat apparaîtra dans la Fenêtre d'aperçu de Hugin, si le résultat semble bon, cliquer sur le bouton suivant Créer un panorama. Sinon, vous devrez effectuer quelques changements au projet dans la fenêtre principale de Hugin.

Créer un panorama

Finalement, utiliser Créer un panorama pour assembler le panorama en un fichier avec les paramètres standard de qualité.

L'onglet Images

L'onglet image sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Hugin0-6Image

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Hugin0-7

L'onglet Images est utilisé pour gérer les images dans un projet Hugin. De plus l'orientation de l'image dans le panorama final peut être modifiée ici.

Ajouter des images

Les images peuvent être ajoutées soit avec les boutons Ajouter des images individuelles... et Ajouter une série d'images prises au même moment... soit par cliquer/glisser. Ajouter une série d'images prises au même moment... ajoute toutes les images avec une date système voisine de celle de l'image sélectionnée ; si le projet est vide, alors une fenêtre de dialogue apparaît pour vous permettre de désigner l'image ayant la date système de référence.

Points de contrôle

Des points de contrôle individuels peuvent être créés et modifiés dans l'onglet Points de contrôle, ici dans l'onglet Images, ils peuvent être manipulés ensemble.

La création automatique de points de contrôle peut être obtenue en cliquant sur le bouton Créer des points (si vous ne sélectionnez que quelques images, alors les points de contrôle ne seront trouvés que pour celles-ci). Hugin lancera alors autopano ou autopano-sift et ajoutera au projet les points de contrôle détectés. Les préférences de Hugin déterminent lequel de ces programmes autopano doit être utilisé et avec quelles options. Le bouton Supprimer les points fait exactement ce que suggère son nom, il supprime les points de contrôle sur les images sélectionnées, ou tous les points de contrôle si aucune image n'est sélectionnée.

Souvent, un projet possède des points de contrôle attachés aux nuages dans le ciel, ceci est généralement une erreur car les nuages bougent entre les photos. Cliquer sur Lancer Celeste tentera d'identifier les points de contrôle dans le ciel en utilisant l'outil Celeste et les effacera.

Le bouton Nettoyer les points de contrôle tente de trouver et de supprimer les points de contrôle isolés en utilisant des méthodes statistiques.

Orientation de l'image

Dans la zone Orientation de l'image, les orientations des images sélectionnées dans le panorama final peuvent être spécifiées en angles de lacet, de tangage et de roulis (en degrés). Le bouton Valeurs par défaut donne la valeur zéro à tous les angles. Cela est utile lorsque l'optimiseur ne parvient pas à déterminer correctement l'orientation de l'image et s'enlise avec des valeurs médiocres. Il est possible de sélectionner de multiples images en même temps. Les modifications d'orientation seront appliquées à toutes les images sélectionnées.

Noter qu'il est aussi possible de ré-initialiser l'orientation de l'image et lui donner d'autres valeurs en utilisant le bouton Réinitialisation... dans Appareil photo et objectif

Cliquer sur Définir cette image comme référence de position pour indiquer que cette image particulière ne doit pas bouger lors de l'optimisation avec l'onglet Optimisation. Une seule image peut être définie comme référence, et par défaut c'est la première image du projet.

Exposition

Cliquer sur le bouton Définir cette image comme référence pour l'exposition indique qu'une image particulière doit être utilisée comme référence invariable lors de l'optimisation de l'exposition ou de la balance des blancs dans l'onglet exposition. Habituellement, cela doit être l'image avec le moins de sous-exposition ou de sur-exposition, ou l'image avec la meilleure balance des blancs.

L'onglet Appareil photo et objectifs

L'onglet image sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Hugin0-6Appareil

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Hugin0-7

... et avec Hugin 0.8.0

Hugin0-8

L'onglet Appareil photo et objectifs ressemble beaucoup à l'onglet Images, sauf que les paramètres de l'objectif peuvent être modifiés ici. Comme dans l'onglet Images, la multi sélection est possible pour changer les paramètres de plusieurs images.

Panorama_Tools et Hugin permettent d'utiliser des photos prisent avec des objectifs et des réglages différents au sein du même projet. chaque image est associée à un numéro d'objectif. Toutes les images qui partagent le même numéro d'objectif utilisent le même type d'objectif, et peuvent se voir imposer les mêmes paramètres d'objectif.

Les boutons Charger l'objectif... et Sauvegarder l'objectif... vous permettent de conserver des profiles calibrés d'objectif. Une fois obtenus les paramètres d'un objectif grâce à la calibration, ils ne devraient pas varier beaucoup pour les futurs projets. L'avantage de cela est que seules les positions devront être optimisées dans l'onglet Optimisation, et dans ce cas, seulement deux ou trois points de contrôle sont nécessaires par paire d'images.

Charger les EXIF examine l'image sélectionnée et essaye de déterminer l'angle de champ de la photo en lisant les données EXIF incorporées. Cette fonction est utilisée lors du chargement initial des photos, aussi vous n'avez besoin d'utiliser ce bouton que pour ré-initialiser l'angle de champ s'il a changé depuis.

Par défaut, chaque photo d'un projet est assignée au numéro d'objectif 0. Si vous incluez des photos prisent avec un appareil photo différent, un objectif différent ou avec un réglage de zoom différent; alors vous devez assigner un nouveau numéro d'objectif pour ces photos en cliquant sur le bouton Nouvel objectif. Assignez des photos supplémentaires à ce numéro d'objectif avec le bouton Changer d'objectif....

Géométrie

Le modèle de correction d'objectif de Panorama Tools possède suffisamment de paramètres pour modéliser la plupart des images photographiques, ils doivent être établis manuellement ici dans l'onglet Appareil photo et objectifs ou bien calculés automatiquement dans l'onglet Optimisation

Notez que chacun de ces paramètres ou bien tous peut(vent) être(s) remplacé(s) par les bonnes valeur par défaut en cliquant sur le bouton Réinitialisation...

Objectifs

Les paramètres les plus importants sont l'angle de champ horizontal et le type d'objectif. Hugin supporte les types d'objectifs suivants dans les photos utilisées :

  • Normal (rectilinéaire) : Ceci est la projection utilisée par la plupart des appareils photo. Il conserve la rectitude des droites. L'angle de champ horizontal maximum est de 180° (pour une image de taille infinie !).
  • Panoramique (cylindrique). Souvent utilisée par les appareils panoramiques, tels que les appareils de type Horizon, Roundshot et Spheron. Cette projection est aussi simplement appelée projection cylindrique.
  • Fisheye circulaire. Utilisée par les objectifs fisheyes. Si l'image est circulaire, ou si les angles de l'image sont noirs, utilisez ce type d'objectif. Un rognage circulaire dans l'onglet Recadrage peut être utilisé pour enlever les bords.
  • Fisheye plein cadre. Exactement la même projection que le fisheye circulaire mais dans l'option de recadrage, le rognage sera rectangulaire au lieu de circulaire. Cela doit être utilisé pour les images fisheyes plein cadre.
  • Equirectangulaire. Une projection totalement sphérique. Habituellement celles-ci sont créées par le résultat du processus d'assemblage, mais quelques fois il est utile d'être capable de recharger un panorama terminé pour en extraire des images.

Après avoir spécifié le type d'objectif, une estimation de l'angle de champ horizontal (HFOV pour Horizontal Field of View ) est nécessaire. Le HFOV indique l'angle de champ horizontal de l'image en degrés. Puisque la plupart des photographes sont plus habitués à donner la distance focale pour mesurer le HFOV, elle peut être entrée dans Hugin et il en déduira le HFOV. Pour ce calcul, la distance focale réelle et le facteur d'équivalence 24x36 (ou facteur de recadrage) de l'appareil photo est nécessaire. Si la distance focale en équivalent 24x36 pour film 35 mm est connue, utiliser un facteur de conversion de 1.

Pour les images JPEG, Hugin peut généralement calculer automatiquement le HFOV d'après les informations EXIF.

Distortion radiale, décalage du centre de l'image et cisaillement de l'image

Généralement, les objectifs ne projettent pas les images exactement conformément au type de projection sélectionné, mais subissent des distorsions. Dans beaucoup de cas les distorsions sont acceptables pour des photos seules, mais doivent être corrigées pour réaliser un panorama. Les paramètres a, b et c sont utilisés pour retirer cette distorsion. Ils sont appliqués radialement depuis le centre de l'image, lequel peut être déplacé en changeant les paramètres d et e. Ces paramètres a, b, c, d et e constituent la base du modèle de correction d'objectif de panotools

Les images scannées peuvent aussi subir un cisaillement de l'image. Cela peut être corrigé grâce aux paramètres g et t.

Les paramètres de distorsion varient habituellement avec la distance focale, et à degré moindre avec la mise au point. Les cases à cocher indiquent si le paramètre est lié ou pas. Un paramètre lié est forcé à la même valeur pour toutes les images qui ont le même numéro d'objectif. C'est la valeur par défaut pour les paramètres du HFOV et de distortion. Si un paramètre n'est pas lié, chaque image peut avoir une valeur personnalisée de ce paramètre. C'est utile si différentes configurations du zoom ou de la mise au point ont été utilisés pour certaines images. Si des images scannées sont utilisées, elle ne sont pas en général parfaitement centrées, et chaque image devrait avoir des paramètres d et e personnalisés.

Photométrie

Hugin modélise les paramètres photométriques d'une combinaison objectif/appareil photo de façon similaire aux paramètres géométriques du modèle de correction d'objectif. Ces paramètres peuvent être introduits ici manuellement dans l'onglet Appareil photo et objectifs ou calculés automatiquement dans l'onglet Exposition

Notez que chacun de ces paramètres ou bien tous peut(vent) être(s) remplacé(s) par les bonnes valeur par défaut en cliquant sur le bouton Réinitialisation...

Exposition et couleur

L'exposition (EV), EV signifie valeur d'exposition (NdT : Exposition Value), lui donner la valeur zéro indique à Hugin de n'appliquer aucune modification d'exposition à la photo.

EV est une échelle photographique normalisée, chaque augmentation ou diminution d'une unité modifiera l'exposition de l'équivalent d'un pas d'ouverture (divisant ou multipliant l'exposition par deux).

Très souvent, différentes photos dans le même projet, même celles qui ont le même numéro d'objectif, demanderont une exposition différente. Cela peut être du à différentes vitesses d'obturation lors de la prise des photos ou simplement parce que la lumière à changé entre les photos, dans ce cas, décocher le lien ici avant d'optimiser l'exposition dans l'onglet Exposition

Les multiplicateurs Rouge et Bleu sont utilisés pour modifier la balance des blancs (aussi appelée la balance des couleurs ou la température de couleur) entre photos. Les mettre tous à 1 revient à ne pas modifier la balance des blancs (les nombres se réfèrent par rapport au canal vert qui reste inchangé)

Comme pour l'exposition, différentes photos dans le même projet ont de grandes chances de nécessiter une balance des blancs différente. Typiquement cela sera causé par des variations d'éclairage entre les photos. Par exemple une photo par temps nuageux contiendra beaucoup moins de rouge que la même photo sous un soleil direct, aussi décocher le lien ici avant d'optimiser la balance des blancs dans l'onglet Exposition.

Vignetage

Le vignetage dépend principalement de votre objectif et de l'ouverture. Généralement, le centre de l'image est plus brillant avec une diminution vers les bords. Les trois nombres ici représentent une courbe polynomiale utilisée par Hugin pour corriger le vignetage.

Vous n'êtes pas censé deviner ces valeurs, elles sont généralement chargées avec le profile de l'objectif ou calculées à partir de deux photos ou plus se chevauchant dans l'onglet Exposition

Mettre les valeurs à 0,0,0 pour aucune correction du vignetage.

Habituellement, toutes les photos prises avec le même objectif ont le même vignetage, laisser le lien dans la case à cocher pour que Hugin applique la même correction du vignetage à toutes les photos correspondant au numéro d'objectif sélectionné.

Décalage du centre de vignetage

Le centre de vignetage est rarement le centre exacte de la photo. Les deux nombres ici indiquent la position du centre de vignetage. L'échelle est en pixels, avec 0,0 indiquant le centre de la photo. Les valeurs sont indépendantes des paramètres d et e qui spécifient l'origine de la projection et la distorsion géométrique

Comme pour les autres paramètres de l'objectif, le décalage du centre de vignetage peut être optimisé dans l'onglet Exposition. Laisser les liens cochés pour être sûr que Hugin applique les mêmes centres de vignetage à toutes les photos qui ont le numéro d'objectif sélectionné.

Réponse de l'appareil photo

La courbe de réponse de l'appareil photo est utilisée à la fois pour le mapping des images vers un espace colorimétrique linéaire lors de la création d'une sortie HDR, et pour normaliser l'espace colorimétrique pour le vignetage interne, les corrections de luminosité et de couleur lors de la création d'une sortie LDR 'ordinaire'.

Hugin utilise le modèle de réponse EMoR du Computer Vision Lab de l'université de Columbia lequel simplifie la courbe de réponse totale à ces cinq coefficients empiriques. Vous n'êtes pas censé deviner ces valeurs, elles sont généralement chargées avec le profile de l'objectif ou calculées à partir de deux photos ou plus se chevauchant dans l'onglet Exposition

Mettre les cinq nombre à 0,0,0,0,0 pour utiliser une courbe de réponse générique ou bien choisir linéaire dans le champ Type pour indiquer que vos photos de base ont une réponse de référence ou HDR.

Laisser cochée la case Lier pour être sûr qu'Hugin applique la même courbe de réponse à toutes les photos qui ont le numéro d'objectif sélectionné.

L'onglet Recadrage

Avec Hugin 0.7 en version bêta (cet onglet n'existe pas sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008).

Hugin0-7

Attention !
Ne pas confondre Recadrage = Rognage avec Facteur de recadrage = Facteur d'équivalence 24x36

Utilisez L'onglet Recadrage pour indiquer les zones des images qu'Hugin doit exclure dans l'assemblage.

Il y a trois situations où vous pouvez avoir besoin des paramètres de recadrage :

  • Avec une image scannée, il y a souvent des marges noires ou des marques le long des bords de l'image.
  • Avec une projection fisheye circulaire, il y a des zones noires, sous exposées autour de l'image en cercle.
  • Certains objectifs présentent beaucoup de distorsion sur les bords que vous ne désirez pas garder.

Sélectionnez l'image à recadrer dans la liste de gauche, vous pouvez positionner le rectangle de recadrage avec la souris par cliquer/glisser dans l'image de droite. Plusieurs images peuvent être simultanément sélectionnées en maintenant la touche "Shift" ou la touche "Ctrl" enfoncée pendant les clics dans la liste des images.

Notez qu'à la différence de PTGui, les paramètres de recadrage dans Hugin ne changent pas l'angle de champ ni le centre optique de vos images, il indique simplement les zones de l'image à masquer. Aussi, il est possible de recadrer les photos a tout moment dans la progression du projet.

(En détail, Hugin utilise le paramètre S selection dans le script i et o à la place du paramètre C crop)

Suivant le type de l'image, le recadrage se comporte de deux façons :

  • Pour une photo fisheye circulaire, la zone recadrée est circulaire
  • Pour toute autre photo, la zone recadrée est rectangulaire

Changer le type d'image dans l'onglet Appareil photo et objectifs.

L'onglet recadrage présente quatre champs de saisie pour Gauche, Haut, Droite et Bas, où vous pouvez indiquer manuellement les positions des quatre bords. L'origine est en haut à gauche et les nombres indiquent la distance en pixels à partir de cette origine.

Remarquez que les nombres peuvent être négatifs et peuvent s'étendre au-delà de la largeur et de la hauteur de la photo, ceci est principalement utile pour les images partiellement Fisheye où le cercle n'est pas complètement visible, dans ce cas, le cercle recadré s'étend au-delà du bord de l'image.

Toujours centrer l'image recadrée sur d, e considère que le recadrage est symétrique autour du centre optique de l'objectif. Cela est normal, à moins que vous n'utilisiez le recadrage pour enlever des distorsions de l'objectif, auquel cas le recadrage peut nécessiter d'être assymétrique.

Les paramètres d et e de l'objectif définissant la position du centre optique sont utilisés par le modèle de correction d'objectif et sont renseignés dans l'onglet Appareil photo et objectifs.

Sauvegarder et utiliser les valeurs de recadrage

Généralement les valeurs de recadrage ne varient pas beaucoup pour une combinaison donnée d'appareil photo + objectif. Aussi, au lieu de toujours créer un même recadrage pour les nouveaux projets, ces valeurs peuvent être sauvegardées en cliquant sur le bouton Sauvegarder l'objectif... dans l'onglet Appareil photo et objectifs.

Pour charger les valeurs de recadrage, simplement sélectionner une image dans l'onglet Appareil photo et objectifs et charger le précédemment sauvegardé en cliquant sur le bouton Charger l'objectif.... Cela fixe aussi le recadrage pour toutes les images du projet qui ont le même numéro d'objectif.

Le fichier de description de l'objectif est un fichier texte avec une extension .ini.

L'onglet Points de contrôle

L'onglet image sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Hugin0-6pts_ctrl

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Hugin0-7

Les points de contrôle sont essentiels pour Panorama Tools et Hugin, parce qu'ils sont utilisés pour estimer la position de l'image et les paramètres de l'objectif décris ci-dessus. Un point de contrôle définit une correspondance d'un même point entre deux images. L'utilisation de ces points de correspondance dans l'onglet Optimisation permet l'estimation de la position de l'image et les paramètres de l'objectif. Il est cependant important que les points de contrôle soient positionnés précisément et habituellement au moins 3 points de contrôle judicieusement répartis sont nécessaires pour estimer la position de l'image (lacet, roulis et tangage) et peut-être le HFOV.

Pour une estimation précise des paramètres de distorsion a,b,c; beaucoup de points de contrôle judicieusement répartis, et un recouvrement important (jusqu'à 50%) sont nécessaires.

L'onglet présente l'affichage de deux images et de deux listes déroulantes associées pour choisir l'image à éditer. On trouve dans le bas, une liste où les points peuvent être sélectionnés, et des champs pour modifier le point sélectionné. Les points peuvent aussi être sélectionnés en les cliquant ou en les glissant sur l'image. Il est possible de zoomer arrière pour afficher l'image entière.

Les entrées dans les listes déroulantes présentent une barre colorée indiquant le niveau moyen de la qualité des points de contrôle entre les photos sélectionnées. Une courte barre rouge indique un mauvais alignement alors qu'une longue barre verte indique un bon alignement. L'absence de barre colorée indique qu'il n'y a pas de points de contrôle entre les images.

Ajouter un point de contrôle se fait en cliquant sur l'image de gauche ou de droite, puis en cliquant à l'emplacement correspondant dans l'autre image. Si Ajout automatique n'est pas coché, les points sont déplaçables en cliquant ailleurs dans l'image. Ils sont ajoutés à la liste des points de contrôle soit en cliquant sur le bouton droit de la souris, soit en appuyant sur la touche a ou en cliquant sur le bouton Ajouter. Si vous cliquez sur le bouton droit de la souris lorsqu'un seul point est défini, celui-ci est annulé. Si Auto add est coché, le point de contrôle est ajouté dès que les deux points sont définis.

Si les images sont zoomées arrière (Ajuster à la fenêtre), le premier clic zoome temporairement à 100% pour vous permettre d'affiner la précision. Remarquez que seul le second clic déclenchera l'estimation automatique.

Il est souvent difficile de sélectionner le point correspondant avec précision. Cependant, pour de bons résultats, les points de contrôle doivent être aussi précis que possible. Une fois une paire de points grossièrement définie, la fonction Ajustement précis de Hugin peut être utilisée pour estimer le point correspondant jusqu'au dixième de pixel. Le raccourci clavier pour la fonction Ajustement précis est la touche f. Cette fonction ne cherche que dans un voisinage restreint du point sélectionné. La taille de ce voisinage est contrôlable en ouvrant la fenêtre des préférences de Hugin et en y définissant la Largeur de la zone de recherche locale.

Remarquez que la fonction Ajustement précis évalue la translation de la zone autour du point sélectionné dans l'autre image en tenant compte de l'image considérée. Ceci fonctionne bien si la rotation entre les images est faible et si un objectif à faible angle de champ a été utilisé. Si des images à projection grand angle ou à projection fisheye sont utilisées, il faut valider la Recherche par rotationdans la fenêtre des préférences de Hugin. Ainsi, Hugin recherche aussi des occurrences par rotation de la zone autour du point sélectionné.

On peut faire défiler les images en cliquant sur le bouton central de la souris ou en appuyant sur la touche CTRL pendant le déplacement de la souris. Si la touche Shift est appuyée à la place, les deux images défilent. Cela est très utile si les points de contrôle sont placés en utilisant le zoom à 100%.

La création des points de contrôle est aussi influencée par les cases à cocher suivantes :

  • Ajustement précis automatique vous aide à trouver le second point en le cherchant dans un région (représentée par un rectangle autour du curseur). Ceci peut ne pas toujours marcher, mais est souvent fiable si les déformations de l'image sont réduites. Essayer et jouez avec.
  • Ajout automatique : Un point de contrôle est automatiquement ajouté dès que les deux points sont connus. Vous n'aurez pas le temps d'affiner la sélection avant l'ajout du point.
  • Estimation automatique : Essaye d'évaluer la position du second point en évaluant la translation entre les deux images. Ceci est très approximatif et ne fonctionne probablement que pour les panoramas avec une seule rangée et créés à partir d'images à projection rectilinéaire.

Toutes ces options peuvent être combinées. J'utilise typiquement Ajustement précis automatique et Estimation automatique en même temps. Alors généralement, Hugin sélectionne correctement le second point, au moins pour les images à projection rectilinéaire qui ne sont pas trop tournées.

Hugin possède aussi un algorithme expérimental de création de points de contrôle. Il peut être lancé avec la touche g. Les angles de l'image en cours sont détectés, et les points de contrôle correspondants sont établis sur la base des positions relatives courantes des deux images. Les images doivent être déjà approximativement alignées pour que cela soit satisfaisant. Notez que ces points doivent alors être alignés à l'oeil, avec le bouton Ajustement précis ou avec la commande Editer -> Ajuster avec précision tous les points.

Modes de points de contrôle

Utilisez le menu déroulant de Mode pour changer le type d'une paire existante de points de contrôle

Mode Normal

Le mode normal est utilisé pour aligner deux photos se chevauchant en faisant correspondre des détails identiques sur les deux photos.

Modes Ligne verticale et Ligne horizontale

Les paires de points de contrôle horizontaux et de points de contrôle verticaux diffèrent des points de contrôle normaux en ce qu'ils sont utilisés pour orienter les images originales de façon particulière dans le panorama résultant, plutôt que pour simplement assembler des images ensemble.

Définissez deux points le long d'une particularité que vous souhaitez voir placée verticalement ou horizontalement dans le panorama final. Si ces points sont dans la même photo, Hugin habituellement détectera si vous voulez créer des points de contrôle verticaux ou horizontaux, et choisira le mode approprié. S'ils sont sur des photos différentes, alors vous devrez choisir le mode manuellement.

Typiquement, les points de contrôle horizontaux et verticaux sont utilisés pour redresser un panorama sphérique ou pour corriger la perspective.

Mode Ajouter une nouvelle ligne

Ajouter des points de contrôle alignés est fondamentalement la même chose que de créer des points de contrôle verticaux ou horizontaux, sauf que vous avez besoin de plus d'un paire de points pour définir une droite.

Créez une paire de points dans l'onglet Points de contrôle, puis sélectionnez Ajouter une nouvelle ligne dans le menu déroulant Mode. Cette première ligne sera appelée Ligne 3, pour pouvez lui assigner d'autres paires de points en utilisant le même mode dans le menu déroulant.

Raccourcis clavier

Voici un résumé des raccourcis clavier disponibles dans l'onglet Points de contrôle :

Clavier

  • a ajoute un nouveau point qui a été défini dans les deux photos, si l'ajout automatique est désactivé.
  • les touches fléchées font défiler l'image placée sous le curseur de la souris.
  • shift + touches fléchées font défiler les deux images à la fois.
  • f ajuste avec précision la paire de points de contrôle sélectionnée. Idem le bouton Ajustement précis.
  • g algorithme expérimental de génération de points contrôle.
  • Suppr efface le points de contrôle sélectionné.
  • 0 affichage de la vue en entier.
  • 1 affichage 100%.

Souris

  • Touche CTRL + déplacement de la souris fait défiler l'image sous le curseur.
  • Touche MAJ + déplacement de la souris fait défiler les deux images.
  • Bouton droit ajoute un nouveau point de contrôle, si l'ajout automatique est désactivé.
  • Bouton central fait défiler l'image sous le curseur.
  • shift + Bouton central fait défiler les deux images.

L'onglet Optimisation

L'onglet image sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Hugin0-6opti

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Hugin0-7

Hugin utilise une méthode d'alignement où il ajuste l'orientation de l'image et les paramètres de l'objectif ayant pris les photos jusqu'à ce que les points de contrôle soient alignés, ce processus est appelé optimisation et l'onglet Optimisation est l'endroit où ce processus est contrôlé. En fait, vous créez des points de contrôle individuels dans l'onglet points de contôle, et vous les gérez dans l'onglet Images et dans la table des points de contrôle.

ainsi, pour aligner des photos, vous avez besoin de points de contrôle, une règle générale veut que l'optimisation de plus de paramètres demande plus de points de contrôle.

Optimisation rapide

Utilisez la liste déroulante Optimiser pour choisir une des nombreuses optimisations pré-définies , puis cliquez sur le bouton Optimiser pour calculer le meilleur arrangement possible. Une technique possible est d'essayer toutes les optimisations tour à tour jusqu'à être satisfait du résultat.

Le résultat de l'optimisation vous informe de la qualité de l'alignement, d'importantes marges d'erreur au niveau des points de contrôle indique une ou plusieurs choses :

  • Des points de contrôle sont mal placés, examinez la liste dans La Table des points de contrôle et identifiez les points qui ne sont pas correctement définis
  • S'ils sont corrects, il peut y avoir une erreur de parallaxe causée par le mouvement de l'appareil photo entre les prises. S'il en est ainsi, il peut être nécessaire de décider des objets importants de la photo dont l'alignement est à privilégier et d'effacer les points de contrôle qui ne les concernent pas dans l'onglet Points de contrôle.
  • Sinon, vous n'optimisez peut-être pas suffisamment de paramètres. Par exemple, les données EXIF récupérées dans le fichier JPEG ne donne peut-être pas un bon angle de champ, dans ce cas, vous devez optimiser la vue (v).

N'utilisez que les points de contrôle entre les images sélectionnées dans la fenêtre d'aperçu. Travailler de préférence sur seulement quelques photos du projet plutôt que sur la totalité. Utilisez les boutons en partie haute de la fenêtre d'aperçu pour activer ou désactiver les photos sources. Lors de l'optimisation avec l'onglet Optimisation de Hugin, toutes les images cachées seront ignorées.

Les optimisations pré-définies suivantes sont proposées :

les positions (de manière incrémentale, en partant de l'ancrage)

C'est le choix le plus simple, et est suffisant le plus souvent. Seules les orientations relatives des images sont optimisées, les paramètres des objectifs sont inchangés, cela fonctionne mieux dans l'un des cas suivant :

Remarquez que pour aligner toute paire de photos, il doit y avoir au moins deux paires de points de contrôle les reliant.

les positions (y,p,r)

C'est exactement la même chose que optimiser de manière incrémentale ci-dessus sauf que tous les paramètres sont optimisés à la fois, ceci peut perturber l'optimisation si les images ne sont pas déjà à peu près correctement positionnées. N'utilisez pas cette option.

les positions et la vue (y,p,r,v)

C'est la même chose que optimiser les positions sauf que l'angle de champ de l'objectif est aussi optimisé. Utilisez cela si vous n'avez pas confiance dans l'angle de champ calculé à partir des données EXIF de la photo.

Remarquez que pour que cela fonctionne vous devez avoir au moins trois paires de points de contrôle bien espacés entre chaque paire de photos. Avec un panorama sur 360° il est généralement bénéfique d'optimiser l'angle de champ, même si vous l'avez déjà calibré auparavant.

les positions et la distorsion en barillet (y,p,r,b)

C'est la même chose que optimiser les positions sauf qu'une tentative de découvrir en même temps la distorsion en barrique est réalisée. Seul le paramètre b du modèle complet de correction de l'objectif est modifié par cette méthode d'optimisation, vu que cela est une approximation satisfaisante de la distorsion d'un objectif typique.

Ici encore, pour que cela fonctionne vous devez avoir au moins trois paires de points de contrôle bien espacés entre chaque paire de photos.

les positions, vue et barillet (y,p,r,v,b)

Comme le nom le laisse présager, cela optimise les positions, l'angle de champ et la distorsion en barrique, tout à la fois.

tout

Sélectionner tout optimise chaque paramètre dans le modèle complet de correction d'objectif, cela produira des effets bizarres à moins que vous n'utilisiez une tête panoramique calibrée et beaucoup de points de contrôle (le plus possible de points est le meilleur). C'est une façon de réaliser la calibration de de l'objectif.

les paramètres personnalisés ci-dessous

Les optimisations pré-définies sont pratiques pour la plupart des situations, mais souvent il est nécessaire de choisir les paramètres personnalisés.

Par exemple, lors de la prise à main levée de panoramas, une partie du décalage vertical entre deux photos peut être résorbée en utilisant différents paramètres d et e de décalage du centre de l'image pour chaque photo. Sélectionnez les paramètres personnalisés ci-dessous et renseignez les paramètres d et e pour l'optimisation. Notez que par défaut, le paramétrage de l'objectif est partagé pour toutes les photos du projet, allez dans l'onglet Appareil photo et objectifs et pour chaque photo, décochez la case de chaque paramètre que vous souhaitez personnaliser.

  • Orientation de l'Image  
    La zone Orientation de l'image indique pour chaque photos, le numéro de l'image et les valeurs de roulis, tangage et lacet en rotation/position (entre parenthèses), la case cochée indique les paramètres qui seront optimisés.
Notez que normalement, toutes les photos dans un projet ont le même objectif, ainsi il n'y a habituellement qu'une seule ligne
  • Editer le script avant l'optimisation 
    Hugin crée un fichier script PTOptimiser] qu'il passe à la bibliothèque de panorama tools pour l'optimisation, cochez la case éditer le script avant l'optimisation et vous pourrez fignoler ce fichier pour chaque lancement de l'optimisation
C'est quelque chose que vous ne devriez faire que dans d'obscures situations telles que :
  • Relier les positions des photos. Par exemple les photos d'un panorama à plusieurs rangées prisent avec un tripode peuvent être supposées avoir le même roulis, de même, les photos de chaque rangée peuvent être supposées avoir le même tangage. Ceci aidera lorsqu'il existe peut de détails pour définir des points de contrôle.
  • Optimiser les paramètres de cisaillement g ou t du modèle de correction d'objectif pour les images scannées n'est possible qu'en éditant le fichier script.

L'onglet Exposition

Cet onglet est apparu avec la version 0.8.0 de Hugin livré avec Mandriva 2009.1

Hugin0-8

Hugin possède un système de correction de la luminosité et des couleurs qui est complètement indépendant du vieil outil PTStitcher. Cet outil amélioré n'est disponible qu'avec l'outil d'assemblage par défaut nona dans l'onglet assembleur.

Le système de Hugin fonctionne en échantillonnant pour chaque paire de photos se recouvrant en partie, une collection de points répartis sur toute la zone. L'optimiseur essaye alors de modéliser un système de courbe de réponse de l'appareil photo, d'exposition, de balance des blancs et de vignetage qui correspond aux valeurs de ces points.

Ainsi, pour que cela fonctionne, les photos du projet doivent être déjà alignées. Aligner les photos, en gérant les points de contrôle dans l'onglet Points de contrôle et en optimisant la géométrie dans l'onglet Optimisation.

N'utilisez que les images sélectionnées dans la fenêtre d'aperçu. Travailler de préférence sur seulement quelques photos du projet plutôt que sur la totalité. Utilisez les boutons en partie haute de la fenêtre d'aperçu pour activer ou désactiver les photos sources. Lors de l'optimisation, toutes les images cachées seront ignorées.

Présélections d'Optimiser

Utilisez la liste déroulante Optimisations prédéfinies pour choisir une des nombreuses optimisations photométriques pré-définies, puis cliquez sur le bouton Optimiser pour calculer les meilleurs réglages possibles de la luminosité et de la couleur.

Faible plage dynamique

Cela optimisera le vignetage, la courbe de réponse de l'appareil photo et l'exposition (EV) pour toutes les photos du projet.

L'exposition pour chaque image (excepté pour l'image ancrée, déterminée en choisissant Définir cette image comme référence de position pour l'exposition dans l'onglet Images) est optimisée.

Faible plage dynamique, balance des blanc variable

Cela optimisera le vignetage, la courbe de réponse de l'appareil photo, l'exposition (EV) et la balance des blancs pour toutes les photos du projet.

Comme ci-dessus, l'exposition et la balance des blancs sont optimisés pour chaque image excepté pour l'image ancrée (appelée aussi image de référence).

Plage dynamique étendue, exposition fixe

Cela optimisera le vignetage et la courbe de réponse de l'appareil photo pour toutes les photos.

Plage dynamique étendue, balance des blancs variable, exposition fixe

Cela optimisera le vignetage, la courbe de réponse de l'appareil photo et la balance des blancs pour toutes les photos du projet.

Paramètres personnalisés ci-dessous

Les options pré-définies sont satisfaisantes dans la plupart des situations, mais il est souvent nécessaire de recourir aux paramètres personnalisés. Par exemple, aucune valeur pré-définie n'optimisera le centre de vignetage, aussi, utilisez les paramètres personnalisés si le vignetage est non centré.

Variables de l'image

Les variables de l'images ont de grandes chances de varier d'une photo à l'autre, sans doute en raison de petites variations dans la vitesse de l'obturateur, changements de l'éclairage naturel ou en raison du mode 'auto' de l'appareil photo lui-même.

Exposition

La zone Exposition affiche le numéro de la photo et les valeurs de l'exposition pour toutes les photos d'entrée (entre parenthèses), le coche indique les paramètres qui seront optimisés.

Quand une valeur est réglée à 0 (zéro) Hugin n'applique aucune correction de l'exposition à la photo. EV est une échelle photographique standard, chaque augmentation ou diminution d'une unité change l'exposition de l'équivalent d'un pas d'ouverture. (c'est à dire la moitié ou le double de l'exposition)

Balance des blancs

Aussi appelé balance des couleurs ou température de couleur.

La zone Balance des blancs affiche le numéro de la photo et les valeurs multiplicatrices du rouge et du bleu (entre parenthèses), le coche indique les photos qui seront optimisés. Quand une valeur est réglée à (1,1), aucune correction de balance des blancs ne sera appliquée ( les nombres sont relatifs au canal du vert qui reste inchangé)

Données de l'appareil et de l'objectif

Les variables de l'appareil photo et de l'objectif sont les équivalents photométriques du modèle de correction d'objectif pour le géométrique, Hugin présume que toutes les photos d'entrée ayant le même numéro d'objectif ont des valeurs identiques a moins qu'elles ne soient décochées dans l'onglet appareil photo et objectifs.

Vignetage

Le vignetage dépend principalement de votre objectif et de son ouverture. Habituellement le centre de l'image est plus brillant avec un assombrissement vers les bords, Hugin peut calculer la courbe de l'assombrissement comme faisant partie du processus d'optimisation photométrique, ou vous pouvez l'entrer manuellement dans l'onglet appareil photo et objectifs comme les trois nombres montrés ici.

Centre du Vignetage

Le centre du vignetage est rarement le centre exact de la photo, Hugin peut optimiser cette position ou vous pouvez l'entrer manuellement dans l'onglet Appareil photo et objectifs. L'échelle est en pixels, 0,0 indiquant le centre de la photo. Les valeurs sont indépendantes des paramètres d et e, qui spécifient l'origine des valeurs de projection et de distorsion.

Réponse de l'appareil photo

Hugin peut optimiser la courbe de réponse de l'appareil photo en comparant les différences entre des images se superposant. Pour faire cela, vos photos doivent soit avoir suffisamment de vignetage soit avoir des écarts d'exposition. Si vos photos présentent une même exposition exactement et aucun vignetage, alors vous aurez à calibrer séparément la courbe de réponse de l'appareil photo puis l'entrer manuellement dans l'onglet Appareil photo et objectifs.

La courbe de réponse de l'appareil photo est utilisée à la fois pour le mappage des images vers un espace colorimétrique linéaire lors de la création de la sortie HDR, et pour normaliser l'espace colorimétrique pour les corrections internes du vignetage, de la luminosité et de la couleur lors de la création de la sortie 'normale' LDR. Si vos images n'ont pas besoin de telles corrections, alors vous n'avez pas vraiment besoin d'une courbe de réponse calibrée.

Hugin utilise le modèle de réponse EMoR du Computer Vision Lab à l'université de Columbia lequel simplifie la courbe de réponse totale en cinq coefficients numériques empiriques.

Si les variations de luminosité sont causées par des diffusions parasites de l'objectif, il est peut-être préférable de ne pas optimiser l'exposition ou la balance des blancs, plutôt décocher la case Réponse de l'appareil photo dans l'onglet Appareil photo et objectifs pour optimiser une courbe de réponse différente pour chaque photo.

L'onglet Assembleur

L'onglet image sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Hugin0-6Assembleur

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Hugin0-7

Le reste d'Hugin concerne les paramétrages du projet et l'alignement des images, l'onglet Assembleur est l'endroit où le fichier final est créé.

Panorama

Ici vous pouvez choisir le type de projection pour votre projet, il en existe de nombreux, chacun avec ses avantages et inconvénients :

  • Rectilinéaire, c'est la même projection que pour une photo prise avec un appareil et un objectif 'normaux'. Utilisez la si vous assemblez une poignée de photos avec un faible angle de champ ou si vous corrigez une perspective sur une photo unique.
  • Cylindrique, en fait, une simple Projection cylindrique telle qu'utilisée par les traditionnels appareils photo panoramiques rotatifs. Une bonne projection pour imprimer un panorama de 360°, bien que vous puissiez préférer la projection Mercator.
  • Equirectangulaire, le format tous usages pour représenter une scène sphérique complète. Elle couvre 360° horizontalement ainsi que le zénith et le nadir
  • Fisheye, la même projection que celle d'une photo prise avec un objectif fisheye. Préférable à Rectilinéaire pour les angles de champ importants, mais dans beaucoup de cas la Projection stéréographique donne moins de distorsion qu'un simple fisheye.
  • Stéréographique, similaire au fisheye. Les objets dans une image stéréographique conservent la même forme et présentent moins de distorsion que dans un simple fisheye.
  • Mercator, similaire à cylindrique. Une bonne projection pour afficher un panorama de 360°
  • Transverse Mercator, une image mercator tournée de 90 degrés, convient pour afficher des objets grands ou placés en hauteur.
  • Sinusoïdale, est la projection sur une surface équivalente d'une scène sphérique toute entière.
  • Cylindrique équivalente de Lambert
  • Azimutale équivalente de Lambert
  • Conique équivalente d'Albers
  • Cylindrique de Miller
  • Panini
  • Architecturale
  • Orthographique
  • Equisolide
  • Equirectangulaire de Panini
  • Double plan
  • Triple plan

Angle de Champ

C'est l'angle horizontal et vertical sous lequel on voit la vue, cliquer sur Calculer l'angle de champ pour rétrécir ou élargir l'angle de champ de l'image finale afin de s'adapter aux images d'origine. Le bouton (a revoir beta 0.7) dans la fenêtre d'aperçu réalise la même chose.

Remarquez que certaines projections ont un angle de champ limité, notoirement :

  • Rectilinéaire doit être inférieur à 180° à la fois horizontalement et verticalement.
  • Panoramique (cylindrique) doit être inférieur à 180° verticalement.
  • Stéréographique doit être inférieur à 360° à la fois horizontalement et verticalement.
  • Mercator doit être inférieur à 180° verticalement.
  • Mercator transversal doit être inférieur à 180° horizontalement.

Taille du canevas du Panorama

Définit la largeur et la hauteur de votre panorama final en pixels. Calculer la taille optimale estime une taille sur la base de celle de vos images d'origine.

Quelques exemples: Une image de trois mégapixels a une dimension en pixels de 2048 x 1536, une épreuve A4 à 300 pixels par pouce a une dimension en pixels de 3500 x 2480, une image sphérique plein écran en projection équirectangulaire a une dimension en pixels de 6000 x 3000 ou plus et une image de un gigapixel a une dimension en pixels de 32768 x 32768.

Remarquez que l'interpolation utilisée par Hugin ne gère pas bien le sous échantillonnage, aussi les images en sortie plus petites d'environ la moitié de la taille optimale présenteront des artéfacts d'aliasing. Si vous désirez créer de petites images de bonne qualité, c'est mieux de créer des images de taille optimale avec Hugin puis de les réduire ensuite dans un éditeur d'images tel que The Gimp.

Recadrage

Les paramètres de recadrage permettent de n'assembler qu'une portion du panorama, il existe plusieurs raisons pour faire cela :

  • Quand la correction de la perspective laisse vides de grande zones du panorama
  • Lorsque de grands panoramas "gigapixels" peuvent être assemblés séparément puis réunis par la suite

Les parties hors du recadrage sont présentées plus foncées dans la fenêtre d'aperçu

Sortie

Hugin peut sortir des images assemblées "normales", des images avec fusion de l'exposition et des images à large gamme dynamique (HDR). Les options suivantes déterminent quel type d'image est créée, et permettent de conserver les images intermédiaires créées pendant le traitement.

Normal

Si Panorama avec fusion est choisi, alors enblend est utilisé pour la fusion. Dans le traitement final d'assemblage, nona reprojete et déforme les images pour les faire correspondre, enblend prend ces images sous forme de fichiers TIFF individuels et les fusionne en utilisant un positionnement et fusionnement des joints sophistiqué. Des paramètres supplémentaires pour enblend peuvent être trouvés au chapitre préférences.

Validez Images reformatées si vous désirez conserver les images intermédiaires qu'enblend utilise en entrée. Par exemple la modification du canal alpha de ces images, puis la fusion manuelle, est une technique pour inclure ou exclure des gens ou des objets qui se déplacent entre les prises de vue.

Fusion de l'exposition

Si Panorama avec fusion (enfuse) est choisi, alors Hugin regroupera les images d'entrée, diversement exposées, par piles en comparant les positions, toutes les images avec plus de 90% de recouvrement sont ainsi groupées. Chacune de ces piles avec des images brackétées sera fusionnée en une image avec enfuse et les résultats seront assemblés en un panorama avec enblend

Notez que pour que cela fonctionne, la scène doit être photographiée plusieurs fois avec des expositions différentes (bracketing), et les valeurs de l'ouverture inscrites soit manuellement dans l'onglet appareil photo et objectifs, soit automatiquement depuis les données EXIF, ou en optimisant l'exposition dans l'onglet Assistant ou dans l'onglet Exposition.

Notez aussi qu'à la différence de Normal ou de Fusionner en dynamique étendue (HDR) où l'exposition des images est corrigée par le traitement de remapping, enfuse exige que chaque épreuve soit fournie sans correction. Hugin prend cela en charge automatiquement et n'appliquera pas de correction dans ce cas.

Choisir Calques d'exposition avec fusion pour en plus assembler chaque niveau d'exposition en panoramas séparés. Utile pour une fusion de l'exposition manuelle. Notez que Hugin fusionne toutes photos avec moins de 0.2 IL de différence d'exposition dans un même niveau.

Choisir Images reformatées pour conserver les images intermédiaires fournies à enblend

Fusionner en dynamique étendue (HDR)

Si Panorama dynamique étendue (HDR) avec fusion est choisi, alors Hugin identifie les piles d'images brackétées semblables, puis crée des images HDR reformatées, déparasitées, qui sont alors fusionnées avec enblend

Notez que comme pour l'option Fusion de l'exposition ci-dessus, cela n'a généralement d'intérêt que si la scène a été photographiée plusieurs fois avec des ouvertures brackétées, et les valeurs d'IL optimisées dans l'onglet Exposition.

Valider Images empilées en dynamique étendue (HDR) pour conserver les copies des images reformatées HDR fournies à enblend

Valider Calques individuels non fusionnés pour conserver les copies de chaque image reformatée dans l'espace colorimétrique linéaire avant le déparasitage et la fusion HDR.

Cliquer sur Assembler maintenant ! pour générer les panoramas de sortie.

Sélectionner Enregistrer le projet et envoyer pour traitement par lots ajoute le projet en cours dans la file d'attente d'assemblage hugin Batch Processor, notez que la file ne sera pas traitée sauf si le gestionnaire de file est en cours d'exécution.

Traitement

nona est le remappeur (moteur d'assemblage) par défaut fourni avec Hugin, il n'y a normalement pas besoin de changer cela, ni aucune des options en-dessous.

Utiliser l'Interpolateur (i) pour modifier l'interpolation de l'échantillonnage (bouton Options). Vous ne remarquerez probablement pas beaucoup de différences entre les diverses options, exepté que Plus proche voisin est rapide mais de qualité très basse. La valeur par défaut Poly3 (bicubic) est généralement satisfaisante dans tous les cas.

Les fichiers TIFF recadré sont plus petits et plus efficaces car les parties non utilisées de l'image ne sont pas sauvegardées dans le fichier. Vous devriez toujours enregistrer des images recadrées a moins que vous ne deviez utiliser un éditeurd'images qui ne supporte pas le format TIFF recadré.

Enblend est le fusionneur par défaut avec Hugin, il n'y a pas de raison de le changer. Des Options additionnelles en ligne de commande peut être données ici ou dans les préférences pour les nouveaux projets.

Enfuse est l'outil par défaut de fusion de l'exposition, les Options sont similaires à celles d'enblend.

Formats de fichier

L'image finale peut avoir l'un de ces formats :

  • TIFF, diverses options de compression. Les formats 16 bits et 8 bits sont supportés. Aucune compression n'est supportée par la plupart des autres applications, la compression LZW est usuelle dans les applications Windows/Mac et la compression Deflate est plus usuelle avec les outils Linux.
  • JPG, compression avec pertes, convient pour le web/email. La qualité peut varier de 0 (qualité extrêmement basse, petite taille de fichier) à 100 (haute qualité, fichier de grande taille). Une valeur typique pour le web/email se situe entre 70 et 80.
  • PNG, compression sans pertes. Les formats 16 bits et 8 bits sont supportés.
Attention !
Notez que certaines versions de enblend ne supportent pas tous les formats de sortie ; comme exemple, certaines versions pour Linux échoueront si vous ne choisissez pas TIFF

La sortie HDR peut être soit :

  • TIFF en virgule flottante, diverses options de compression.
  • EXR, c'est un format à grande gamme dynamique qui est plus compacte qu'un TIFF à grande gamme dynamique.

Préférences

(NDT: La fenêtre des préférences a été complètement refondue entre les versions 0.7 et 0.8. Les deux versions sont présentées séparément)

Fichier -> Préférences

Préférences pour les versions 0.7 et antérieures

Panotools

L'onglet Panotools sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Panotools

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Panotools7

Par défaut, Hugin utilise l'assembleur interne nona. Vous pouvez ici choisir un moteur d'assemblage alternatif tel que PTStitcher ou [1].

Assistant

Avec Hugin 0.7 en version bêta (cet onglet n'existe pas sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008).

Assistant

L'onglet Assistant automatise le processus entier de création de panorama, ces paramètres vous permettent de personnaliser l'assistant.

Chargement d'Image

Sélectionne Aligner automatiquement les images après leur chargement pour exécuter la seconde étape Aligner... immédiatement après le chargement des photos.

Alignement automatique

L'alignement automatique utilise autopano-sift ou autopano pour générer des points de contrôle entre des paires d'images, renseigner le Nombre de points de contrôle pour chaque chevauchement pour définir le nombre de points de contrôle. Notez le fait que malgré qu'il soit possible d'assembler la plupart des photos avec seulement trois ou quatre points de contrôle, les points générés automatiquement risquent de ne pas être répartis équitablement, en conséquence, ce nombre doit être fixé à 10 ou plus.

La taille du panorama final est habituellement défini dans l'onglet Assembleur où il est aussi possible de calculer la taille optimale du panorama, basée sur la taille des photos d'origine. Le processus d'auto alignement fait quelque chose de similaire, bien qu'ici vous pouvez définir une taille de sortie plus petite en pourcentage. Généralement, choisir un pourcentage de 70% conduit à une faible perte de qualité due à la façon dont un appareil photo CCD échantillonne les données.

Créer

Après l'assemblage, vous pouvez ouvrir l'image finale dans une application externe, ce peut être un éditeur d'images comme The Gimp ou un afficheur interactif de panorama comme panoglview.

Ajustement précis

L'onglet Ajustement précis sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Ajustement précis

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Ajustement précis

Hugin aide automatiquement au positionnement des points de contrôle à l'intérieur d'une distance d'une fraction de pixel

  • Quand ajustement précis automatique est coché dans l'onglet Points de contrôle lors de la sélection des points de contrôle.
  • Quand on clique sur Ajustement précis dans onglet Points de contrôle
  • Quand on clique Edition -> Ajuster avec précision tous les points depuis la fenêtre principale de Hugin.
Configuration de base
  • Largeur des éléments 
    Taille du carré de pixels pris dans la photo de gauche pour correspondre avec la photo de droite lors de la définition des points de contrôle, réduire si cela prend beaucoup de temps sur votre système.
  • Largeur de la zone de recherche 
    Le pourcentage de la surface de la photo de droite qui est recherchée lors de la définition des points de contrôle, réduire si cela prend beaucoup de temps sur votre système.
  • Largeur de la zone de recherche locale 
    La zone de la photo de droite recherchée lorsque vous cliquez sur Ajustement précis dans l'onglet Points de contrôle ou sur Edition -> Ajuster avec précision tous les points depuis la fenêtre principale de Hugin.
  • Seuil de corrélation 
    Pour chaque ajustement précis, Hugin calcule la qualité de la correspondance des points de contrôle, élever ce seuil pour rejeter les correspondances douteuses.
  • Seuil de courbure maximum 
    Actuellement inutilisé.
Recherche par rotation

Cocher la case si vos photos :

Divers

L'onglet Divers sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Divers

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Divers

Utilisation des ressources

Pour accélérer les choses, Hugin conserve une copie en mémoire d'autant de photos qu'il est possible. Avec les très grands projets, ceci peut utiliser toute la mémoire système, aussi définissez la mémoire cache d'image à une valeur en dessous de la quantité de mémoire RAM disponible. La valeur par défaut de 200 Mo devrait être suffisante pour un système possédant 512 Mo de RAM.

La fenêtre d'aperçu et nona sont multi-threadés, vous pouvez donc utiliser plus d'un CPU ou un multi-coeurs si nécessaire. Définir le nombre de CPU à combien vous souhaitez en utiliser lors du rendu avec ces outils.

Interface utilisateur

Habituellement, Hugin utilise la localisation courante pour déterminer le langage des boutons, menus, etc. Définissez la Langue si vous avez besoin de commuter temporairement dans un autre langage ou si vous utilisez un OS tel que Windows95 qui ne supporte pas la localisation des logiciels. Hugin ne changera pas le langage immédiatement, vous devez l'arrêter et le redémarrer.

Optimiser et assembler uniquement les images sélectionnées dans la fenêtre d'aperçu vous permet de ne travailler que sur quelques unes des images dans le projet en cours plutôt que sur la totalité. Utilisez les boutons le long du haut de la fenêtre d'aperçu pour valider ou invalider la source des photos. Lors de l'optimisation dans l'onglet Optimisation ou de l'assemblage dans l'onglet Assembleur, toutes les photos cachées seront ignorées.

Mode d'affichage HDR et 16 bits

Hugin supporte à la fois les images HDR et 16 bits. Ces formats d'image contiennent beaucoup plus d'informations de luminosité et de couleur que ne peut en afficher un moniteur standard d'ordinateur, en conséquence, Hugin ne montre qu'une représentation grossière de ces images.

Les données en 16 bits peuvent avoir un gamma linéaire ou corrigé. Les images linéaires apparaissent très foncées sur beaucoup de moniteurs, choisir donc fixe pour la Plage, et gamma 2.2 pour le Mappage.

Pour les données HDR, choisir auto pour la Plage et logarithmique pour le Mappage.

Il est nécessaire de redémarrer Hugin pour que les changements du mode d'affichage HDR et 16 bits soient pris en compte.

Options du fichier

Certaines actions dans Hugin génèrent d'importants fichiers temporaires, renseigner un Répertoire temporaire pour spécifier un enfroit où écrire ces fichiers. Uns des raisons pour paramétrer cela indépendamment du système d'exploitation pourrait être l'utilisation d'un disque virtuel (RAMDisk) pour accélérer l'assemblage.

Aperçu

(inopérant actuellement)

Autopano

L'onglet Autopano sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Autopano

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Autopano

Hugin utilise un outil extérieur pour créer automatiquement des points de contrôle sur un groupe d'images soit en:

ou en :

Choisir dans le menu à liste déroulante la configuration à utiliser par défaut entre un de ces outils extérieurs :

  • Autopano (par A. Jenny), source non libre, disponible pour Linux i386 et Windows 32bit.
  • Autopano-SIFT (par S. Nowozin), open source, disponible pour Linux, Windows et OS X.

Les paramètres pour ces outils peuvent être personnalisés ou même remplacés par un autre outil similaire (tel que autopano-sift-C) dans les derniers cadres. Des améliorations typiques pourraient être:

  • Mettre --noransac pour autopano-sift lors de l'utilisation d'images d'entrée en projection non-rectilinéaire.
  • Mettre --size pour autopano-sift qui par défaut ramène les images à 700 pixels avant de réaliser les correspondances.
Enblend

L'onglet Enblend sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

Enblend

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

Enblend

Dans le processus final d'assemblage, nona re-projecte et déforme les images à assembler, enblend prend ces images sous forme de fichiers TIFF individuels et les réunit en utilisant des moyens complexes de positionnements des joints et de fusionnement en un seul fichier TIFF final.

Utiliser le programme Enblend de remplacement vous permet d'utiliser d'autres outils ayant une interface similaire tels que smartblend ou enblend-mask.

Enblend supporte des Paramètres supplémentaires, par exemple, vous pouvez choisir :

  • -a Pré-assemble des images non recouvrantes pour accélérer la fusion. C'est généralement utile, mais pourra aussi, dans de rares cas, ralentir la fusion.
  • -l number Niveau de joint à utiliser (1 à 29), des nombres plus grands provoquent des joints plus larges. Par exemple, mettre 1 provoquera un joint de 2 pixels de large, 8 provoquera un joint de 256 pixels de large et il y a peu de chances pour que vous choisissiez un niveau de joint aussi élevé que 16.
  • -z Utilise la compression LZW. Le format de fichier TIFF a une limite de 2Go (ou 4Go ou 8Go, suivant à qui vous demandez) aussi cela peut s'avérer utile pour de grands panoramas.
  • -b kiloctets Taille du block du cache de l'image (défaut=2Mo)
  • -c Utilise CIECAM02 pour fusionner les couleurs. Vos images d'entrée doivent avoir un profil de couleurs incorporé pour que cela marche.
  • -m megoctets Utilise cette mémoire supplémentaire avant d'utiliser le disque (défaut=1Go). Augmentez-là si vous disposez de beaucoup de mémoire sur votre système.
  • --fine-mask Permet la génération de masques détaillés.
  • --no-optimize Empêche l'optimisation de masque.

Souvent, vous souhaiterez conserver les fichiers TIFF intermédiaires créés par nona dans le but d'éditer des masques ou pour une fusion manuelle, sinon, cochez Effacez les fichiers reformatés ou votre disque débordera de données temporaires.

Les fichiers TIFF recadré sont plus petits et plus efficaces car les parties inutilisées ne sont pas conservées dans le fichier. Vous devriez toujours cocher Utiliser les fichiers TIFF recadrés a moins que vous n'ayez besoin de les ouvrir dans un éditeur d'images sans le support du TIFF recadré.

Préférences pour les versions 0.8 et ultérieures

Hugin0.8

Général
Utilisation des ressources

Pour accélérer les choses, Hugin garde en mémoire une copie d'autant de photos que possible. Après les très grands projets, ceci peut utiliser toute votre mémoire système, aussi , réglez la Mémoire cache d'image sur une valeur inférieure à votre RAM disponible. La valeur par défaut de 200 Mo devrait convenir pour un système disposant de 512 Mo de RAM.

La fenêtre d'aperçu accepte le multi-thread, vous pouvez donc utiliser plus d'un CPU/coeur si nécessaire. Indiquez le nombre de CPU que vous souhaitez utiliser.

Interface utilisateur

Habituellement, Hugin utilise la localisation courante pour déterminer le langage des boutons, menus, etc. Définissez la Langue si vous avez besoin de commuter temporairement dans un autre langage ou si vous utilisez un OS tel que Windows95 qui ne supporte pas la localisation des logiciels. Hugin ne changera pas le langage immédiatement, vous devez l'arrêter et le redémarrer.

Options du fichier

Certaines actions dans Hugin génèrent d'importants fichiers temporaires, renseigner un Répertoire temporaire pour spécifier un endroit où écrire ces fichiers. Uns des raisons pour paramétrer cela indépendamment du système d'exploitation pourrait être l'utilisation d'un disque virtuel (RAMDisk) pour accélérer l'assemblage.

Assistant

L'onglet Assistant automatise le processus entier de création de panorama, ces paramètres vous permettent de personnaliser l'assistant.

Chargement de l'image

Sélectionne Aligner automatiquement les images après leur chargement pour exécuter la seconde étape Aligner... immédiatement après le chargement des photos.

Alignement automatique

L'alignement automatique utilise autopano-sift ou autopano pour générer des points de contrôle entre des paires d'images, renseigner le Nombre de points de contrôle pour chaque chevauchement pour définir le nombre de points de contrôle. Notez le fait que malgré qu'il soit possible d'assembler la plupart des photos avec seulement trois ou quatre points de contrôle, les points générés automatiquement risquent de ne pas être répartis équitablement, en conséquence, ce nombre doit être fixé à 10 ou plus.

La taille du panorama final est habituellement défini dans l'onglet Assembleur où il est aussi possible de calculer la taille optimale du panorama, basée sur la taille des photos d'origine. Le processus d'auto alignement fait quelque chose de similaire, bien qu'ici vous pouvez définir une taille de sortie plus petite en pourcentage. Généralement, choisir un pourcentage de 70% conduit à une faible perte de qualité due à la façon dont un appareil photo CCD échantillonne les données.

Editeur de points de contrôle
Affichage HDR et 16bit

Hugin supporte à la fois les images HDR et 16 bits. Ces formats d'image contiennent beaucoup plus d'informations de luminosité et de couleur que ne peut en afficher un moniteur standard d'ordinateur, en conséquence, Hugin ne montre qu'une représentation grossière de ces images.

Les données en 16 bits peuvent avoir un gamma linéaire ou corrigé. Les images linéaires apparaissent très foncées sur beaucoup de moniteurs, donc choisir dans Courbe la valeur gamma 2.2.

Pour les données HDR, essayez de choisir logarithmique dans Courbe.

Il est nécessaire de redémarrer Hugin pour que les changements du mode d'affichage HDR et 16 bits soient pris en compte.

Ajustement précis

Hugin aide automatiquement au positionnement des points de contrôle à l'intérieur d'une distance d'une fraction de pixel :

  • Quand ajustement précis automatique est coché dans l'onglet Points de contrôle lors de la sélection des points de contrôle.
  • Quand on clique sur Ajustement précis dans onglet Points de contrôle
  • Quand on clique Edition -> Ajuster avec précision tous les points depuis la fenêtre principale de Hugin.


  • Largeur des éléments 
    Taille du carré de pixels pris dans la photo de gauche pour correspondre avec la photo de droite lors de la définition des points de contrôle, réduire si cela prend beaucoup de temps sur votre système.
  • Largeur de la zone de recherche 
    Le pourcentage de la surface de la photo de droite qui est recherchée lors de la définition des points de contrôle, réduire si cela prend beaucoup de temps sur votre système.
  • Largeur de la zone de recherche locale 
    La zone de la photo de droite recherchée lorsque vous cliquez sur Ajustement précis dans l'onglet Points de contrôle ou sur Edition -> Ajuster avec précision tous les points depuis la fenêtre principale de Hugin.
  • Seuil de corrélation 
    Pour chaque ajustement précis, Hugin calcule la qualité de la correspondance des points de contrôle, élever ce seuil pour rejeter les correspondances douteuses.
  • Seuil de courbure maximum 
    Actuellement inutilisé.
Recherche par rotation

Cocher la case si vos photos :

Autopano

Hugin utilise un outil extérieur pour créer automatiquement des points de contrôle sur un groupe d'images soit en :

ou en :

Choisir Autopano dans le menu à liste déroulante la configuration à utiliser par défaut entre un de ces outils extérieurs :

  • Autopano (par A. Jenny), source non libre, disponible pour Linux i386 et Windows 32bit.
  • Autopano-SIFT (par S. Nowozin), open source, disponible pour Linux, Windows et OS X.

Les paramètres pour ces outils peuvent être personnalisés ou même remplacés par un autre outil similaire (tel que autopano-sift-C) . Des améliorations typiques pourraient être:

  • Mettre --noransac pour autopano-sift lors de l'utilisation d'images d'entrée en projection non-rectilinéaire.
  • Mettre --size pour autopano-sift qui par défaut ramène les images à 700 pixels avant de réaliser les correspondances.
Enblend

Hugin0.8

  • Enblend

Dans le processus final d'assemblage, nona re-projecte et déforme les images à assembler, enblend prend ces images sous forme de fichiers TIFF individuels et les réunit en utilisant des moyens complexes de positionnements des joints et de fusionnement en un seul fichier TIFF final.

Exécutable Enblend vous permet d'utiliser d'autres outils ayant une interface similaire tels que smartblend ou enblend-mask.

Enblend supporte des Paramètres supplémentaires, par exemple, vous pouvez choisir :

  • -a Pré-assemble des images non recouvrantes pour accélérer la fusion. C'est généralement utile, mais pourra aussi, dans de rares cas, ralentir la fusion.
  • -l number Niveau de joint à utiliser (1 à 29), des nombres plus grands provoquent des joints plus larges. Par exemple, mettre 1 provoquera un joint de 2 pixels de large, 8 provoquera un joint de 256 pixels de large et il y a peu de chances pour que vous choisissiez un niveau de joint aussi élevé que 16.
  • -z Utilise la compression LZW. Le format de fichier TIFF a une limite de 2Go (ou 4Go ou 8Go, suivant à qui vous demandez) aussi cela peut s'avérer utile pour de grands panoramas.
  • -b kiloctets Taille du block du cache de l'image (défaut=2Mo)
  • -c Utilise CIECAM02 pour fusionner les couleurs. Vos images d'entrée doivent avoir un profil de couleurs incorporé pour que cela marche.
  • -m megoctets Utilise cette mémoire supplémentaire avant d'utiliser le disque (défaut=1Go). Augmentez-là si vous disposez de beaucoup de mémoire sur votre système.
  • --fine-mask Permet la génération de masques détaillés.
  • --no-optimize Empêche l'optimisation de masque.

Notez que l'entrée de paramètres supplémentaires ici n'affectera que les nouveaux projets, pour changer les paramètres de enblend et de enfuse du projet en cours, utilisez l'onglet assembleur.

  • Enfuse

Si une des cases est cochée dans Fusion de l'exposition de l'onglet assembleur, alors enfuse sera utilisé pour fusionner les images brackétées pendant l'assemblage.

Celeste

Hugin0.8

Un projet présente souvent de nombreux points de contrôle attachés à des nuages dans le ciel, ceci est généralement déconseillé car les nuages bougent entre les photos. Celeste tentera d'identifier les points de contrôle dans le ciel et les effacera.

Fenêtre d'aperçu

Vue -> Fenêtre d'aperçu

La fenêtre d'aperçu sous Hugin 0.6 de Mandriva 2007.1 et 2008 ...

fen_aperçu

... et avec Hugin 0.7 en version bêta.

fen_aperçu

Hugin fournit deux fenêtres pop-up présentant un aperçu de l'assemblage final, la différence entre les deux est que la fenêtre d'aperçu présente une image plus précise mais demande du temps pour s'afficher, la fenêtre d'aperçu rapide présente des images à jour presque instantanément et possède quelques nouveautés pratiques.

La fenêtre d'aperçu est une version réduite de la sortie créée en enregistrant dans un fichier dans l'onglet Assembleur avec quelques différences :

  • Des images d'entrée à résolution réduite sont utilisées, aussi des zones peuvent apparaître floues lesquelles seront rendues nettes dans la sortie finale.
  • Les joints ne sont pas créés, les images sont simplement empilées avec la première en bas de la pile et la dernière sur le dessus
  • La fusion avec un outil tel que enblend n'est pas montrée.
  • La luminosité des images HDR et 16 bits est contrôlée par les paramètres indiqués dans les préférences, Ces paramètres ne sont pas utilisés pour l'assemblage.

La fenêtre d'aperçu montre le résultat de la création du panorama avec les paramètres choisis par le logiciel. Grâce aux divers boutons et curseurs de la fenêtre d'aperçu, ces paramètres peuvent être changés selon ses goûts et ses besoins. Ces changements affecteront la façon dont le panorama sera créé.

Attention !
Une fois satisfait avec le résultat présenté dans l'aperçu, la fenêtre peut être fermée. Attention de ne pas fermer la fenêtre d'aperçu lorsqu'elle ne montre pas ce qui est désiré.

Boutons

Image:Hugin_center_pano.png Centrer

Ce bouton centre l'aperçu horizontalement, change le lacet des images mappées pour qu'elles s'adaptent au centre du cadre de sortie. Ceci est utile s'il y a beaucoup de zones noires sur la gauche ou la droite de l'image en sortie. Ceci réalise aussi un Remplir, équivalent au bouton suivant.

Notez que centrer un panorama en projection rectilinéaire ou projection fisheye modifiera la perspective, cela n'est pas forcément voulu.

Image:Hugin_fit_pano.png Remplir

Ceci ne change pas les paramètres de l'image entrée, ce n'est qu'un simple réajustement de l'angle de champ de façon à ce que toutes les images entrées soient visibles. Si les images sont toutes décentrées, il y aura alors une grande zone noire.

Image:Hugin_straighten_pano.png Redresser

Redresser le panorama optimise le roulis et le tangage des images entrées sans modifier leurs positions relatives, redressant le panorama dans le processus. Ceci produit normalement de bons résultats, si vous voulez un plus grande précision de positionnement, essayez d'ajouter des points de contrôle verticauxpoints de contrôle verticaux dans l'onglet Points de contrôle.

Image:Hugin_preview_num_transform.png Transf. Num.

Ceci provoque l'apparition d'une fenêtre pop-up qui vous permet d'entrer une Transformation numérique pour faire tourner les images entrées sans modifier leurs positions relatives. Effectivement, cela tourne le panorama dans son entier.

Entrer des valeur de roulis, tangage et de lacet en degrés, notez qu'il est aussi possible de réaligner le panorama en cliquant avec les boutons gauche ou droite dans l'aperçu lui-même, bien que cela ne soit pas si précis.

Image:Hugin_preview_auto_update.png Auto

Valider Auto régénèrera l'aperçu à chaque fois que quelque chose est modifié dans le projet. Cela peut être lent si l'aperçu affiche de grandes images, aussi vous pouvez invalider Auto opu réduire la taille de la fenêtre d'aperçu.

Image:Hugin_reload.png Mettre à jour

Quand Auto n'est pas activé, l'aperçu n'est pas régénéré après des modifications, cliquer sur Mettre à jour pour forcer la régénération manuellement.

Image:Hugin_preview_show_all.png Tout

Par défaut, toutes les images entrées sont montrées dans l'aperçu, cependant des images prises individuellement peuvent être affichées ou pas dans le cadre Images affichées. Cliquer sur le bouton Tout pour revenir au comportement par défaut d'afficher toutes les images.

Image:Hugin_preview_show_none.png Aucune

De même, cachez toutes les images avec le bouton Aucune, utilisez le si vous désirez valider l'affichage de l'aperçu image par image.

Images affichées

Chaque image entrée possède dans l'aperçu un bouton bascule pour valider ou invalider l'affichage.

De plus, si la case Optimiser et assembler uniquement les images sélectionnées dans la fenêtre d'aperçu est cochée dans l'onglet Divers de la fenêtre préférences, alors cet affichage contrôle aussi le comportement de onglet Optimisation et de onglet Assembleur

Aperçu

L'image dans la fenêtre montre un représentation du panorama final assemblé, utilisez les barres de défilement pour modifier l'angle de champ horizontal et vertical.

Un clic gauche de la souris dans cette image décalera toutes les images, sans modifier leurs positions relatives, de telle façon que le point cliqué devienne le centre du panorama.

Un clic droit de la souris fera tourner toutes les images, sans modifier leurs positions relatives, de telle façon que le point cliqué vienne sur la ligne d'horizon centrale.

Options d'aperçu

Projection

Utilisez la liste déroulante pour modifier la projection en sortie du panorama, la liste est exactement la même que celle dans l'onglet Assembleur. Remarquez que pour certaines projections, les barres de défilement latérales pour changer l'angle de champ sont invalidées. Si vous avez des difficultés, changer la projection en projection équirectangulaire, ajuster le champ de vision et revenir à la projection initiale

Mode de fondu
  • normal montre simplement toutes les images sélectionnées sous forme de pile.
  • différence met en surbrillance les différences entre les images se recouvrant. Si les images sont bien alignées, il y aura peu de différences et le recouvrement apparaîtra principalement noir.
Sortie

Changer la sortie ici indique à Hugin si vous souhaitez créer un panorama à faible gamme dynamique (LDR) ou à grande gamme dynamique HDR

Dans le doute choisissez LDR vu que c'est le format normal d'une photo, les images HDR ne sont visibles que par un traitement spécifique additionnel.

Sélectionner HDR changera l'aperçu en une vue photométrique logarithmique, ceci vous permet de voir quelquechose à la fois dans les zones sombres et les zones claires de la scène, bien que le contraste soit très faible.

EV

EV signifie Exposure Value (NdT :IL pour Indice de Lumination en français), cliquer sur le bouton Reset l'établira à la valeur moyenne de l'exposition de toutes les photos d'entrée, ou lui donner la valeur 0 (zéro) pour n'appliquer aucune modification d'exposition au panorama.

EV (IL) est une échelle photographique normalisée, chaque accroissement ou diminution d'une unité modifie l'exposition de l'équivalent d'un pas d'ouverture (par exemple en doublant ou divisant par deux l'exposition). Il est préférable de régler l'ouverture ici dans Hugin plutôt que plus tard dans un éditeur d'images externe, puisque Hugin utilise la courbe de réponse de l'appareil photo calculée dans l'onglet Exposition pour réaliser la correction dans un espace colorimétrique linéaire.

La valeur moyenne n'est pas toujours désirée. si vous voyez des artéfacts de couleur dans des zones de ciel clair , fixez la à la valeur négative de la photo d'entrée la plus sombre. Cela à une conséquence non désirée de tronquer les images claires

Fenêtre d'aperçu rapide

Vue -> Fenêtre d'aperçu rapide

NOTE : Cette commande est une nouveauté de la version 0.8.0. Voir notes de version (en anglais).

Hugin0.8

De même que la fenêtre d'aperçu plus complète, la fenêtre d'aperçu rapide montre quelque chose de similaire à l'assemblage final, mais avec quelques différences importantes :

  • Les images d'entrée utilisent une résolution réduite, aussi, certaines zones peuvent paraître floues, elles seront nettes dans la sortie finale.
  • Les joints ne sont pas créés, les images sont simplement superposées avec la première image au fond de la pile et la dernière sur le dessus
  • La fusion avec un outil tel que enblend n'est pas montrée.
  • La luminance des images HDR ou 16 bits est contrôlée par des paramètres dans les préférences, ils ne sont pas utilisés lors de l'assemblage. La coloration de ces images ne sera pas précise non plus lors de l'utilisation de la correction de l'exposition ou de la balance des blancs. Pour les panoramas HDR, la fenêtre d'aperçu est recommandée.
  • La correction photométrique n'inclut que la balance des blancs et l'exposition, à moins que la correction photométrique totale ne soit activée avec le bouton Photométrie
  • Les remappages sont approximatifs, la sortie obtenue avec un outil comme nona est plus précise. Si cela vous préoccupe plus que la vitesse, utilisez plutôt la fenêtre d'aperçu
  • C'est plus rapide ;-)

Boutons

Tout bouton apparaissant dans les deux fenêtres d'aperçu fonctionne de la même façon, voir la fenêtre d'aperçu pour savoir comment l'utiliser. Les boutons spécifiques à la fenêtre d'aperçu rapide sont explicités ci-dessous.

Image:22px-Fast_preview_icon_photometric.png Photométrie

Active la correction photométrique totale. Lorsqu'elle est activée, cela provoque un délai de mise à jour significatif en cas de changement des paramètres photométriques. Il lui faut aussi du temps pour être activée ou désactivée. Cependant, son activation vous offre une meilleure représentation des couleurs de sortie. Sa désactivation ne vous permet d'obtenir la correction que pour l'exposition et la balance des blancs. Son activation vous permet aussi d'obtenir la correction pour le vignetage et la réponse des couleurs. La fenêtre d'aperçu permet toutes ces choses par défaut, vous pouvez donc l'utiliser à la place.

Image:22px-Fast_preview_icon_drag.png Glisser

Vous pouvez avec cet outil recentrer le panorama interactivement. Lorsqu'il est activé, essayez ce qui suit :

  • Cliquer gauche / glisser dans le panorama pour entraîner les images du panorama en rotation. Le centre de rotation est le point d'appui sur le bouton de la souris.
  • Maintenir la touche Shift enfoncée pendant la manipulation ci-dessus pour forcer le mouvement en tangage ou lacet. Notez que le tangage est affecté par le centre de rotation.
  • Glisser le panorama avec le bouton droit de la souris ou bien maintenir le bouton Ctrl enfoncé et glisser avec le bouton gauche pour faire tourner le panorama (rotation autour du centre).

Si le panorama contient des composants non connectés, ils bougeront individuellement.

Cliquer à nouveau sur le bouton Glisser pour le désactiveer.

Image:22px-Fast_preview_icon_crop.png Recadrage

Cet outil vous permet de définir interactivement un nouveau cadrage de la zone conservée. Pour faire cela avec grande précision, utilisez plutôt l'onglet assembleur. A l'origine, le panorama est entièrement dans la zone conservée (aucun recadrage n'est effectué).

Pour rogner les bords, bouger la souris vers le bord désiré jusqu'à ce qu'un rectangle blanc apparaisse le long de ce bord, cliquer gauche et bouger la souris pour mettre le nouveau bord à l'endroit désiré. Les zones plus sombres représentent la région qui sera rognée. Vous pouvez bouger deux bords à la fois en dirigeant la souris vers l'angle commun jusqu'à ce que deux rectangles blancs apparaissent. Pour bouger d'un bloc toute la zone conservée, placer la souris au centre jusqu'à l'apparition de quatre rectangles blancs le long des bords, puis cliquer et glisser.

Cliquer à nouveau sur le bouton Recadrage pour le désactiver

Image:22px-Fast_preview_icon_identify.png Identifier

Cet outil vous permet de trouver où sont vos images, et de trouver à quel numéro elles correspondent. Vous pouvez aussi éditer les points de contrôle

Lorsque la commande est activée, bougez la souris sur un des boutons visibles dans le cadre Images affichées (les numéros en haut de le fenêtre), l'image correspondant au numéro survolé par la souris s'illuminera en rouge dans l'aperçu. Bouger la souris sur le panorama illuminera toutes les images sous la souris en différentes couleurs. Les boutons, en haut, correspondant à ces images s'illumineront aussi de la même couleur.

Quand la souris survole la superposition de deux images, cliquer pour éditer les points de contrôle entre ces images.

Image:22px-Show_Control_Points_Button.png‎ Montrer les points de contrôle

(NdT : Cet outil n'existe pas sur la version 0.8.0 livrée avec Mandriva 2009.1)

Quand cet outil est activé, tous les points de contrôle sont tracés sous forme de lignes ; rouge pour points de contrôle 'normal' et bleue pour points de contrôle horizontaux, verticaux ou alignés.

De longues lignes rouges indiquent un mauvais alignement ou des images non optimisées, de courtes lignes rouges ou des points indiquent un bon alignement entre les points de contrôle. Les points de contrôle horizontaux ou verticaux devraient être perpendiculaires dans le panorama.

Mode de fondu

Le mode de fondu normal dessinera les images sous forme de pile. Le mode de fondu différence fera de même, sauf que l'image sous le pointeur de la souris sera soustraite du reste de la pile. Utiliser cela pour déterminer si l'alignement est correcte : là où vous pouvez voir des bords dans l'image soustraite, ces bords sont mal alignés. Soyez prévenu que cela n'est pas très précis, l'autre fenêtre d'aperçu possède un meilleur mode de fondu différence.

Mise en pratique

Un panorama ayant des groupes d'images non connectés après l'optimisation.

Essayons d'utiliser cet aperçu en guise d'aide au sujet d'un panorama pour lequel l'alignement automatique a échoué. Il fut pris alors que beaucoup de choses volaient au vent et les nuages bougeaient rapidement, il ne fut donc pas surprenant que l'alignement soit délicat. L'onglet Assistant nous dit qu'il y a de multiples groupes d'images non connectés. Nous pouvons optimiser le panorama et terminer avec des images correctement positionnées dans le groupe où elles se trouvent, mais les groupes eux-mêmes ne sont pas alignés. essayez cela d'abord.

Glisser des images avec l'outil glisser.

Avec l'outil Glisser, nous pouvons grossièrement aligner les groupes entre eux :

  1. Activer l'outil avec le bouton Glisser
  2. Glisser chaque composant pour que l'horizon soit au centre, en utilisant le bouton gauche de la souris.
  3. Glisser avec le bouton droit (ou avec le bouton gauche en maintenant la touche Ctrl enfoncée) pour redresser l'horizon.
  4. Maintenir la touche Shift enfoncée et glisser avec le bouton gauche latéralement pour approximativement aligner l'image avec les autres groupes.

Quand nous avons des images en position à peu près correcte, on peut commencer à placer les points de contrôle pour guider l'optimiseur. L'outil Identifier nous aide ici. Premièrement, activer cet outil. Bouger la souris sur une zone de superposition qui fut récemment créée entre deux groupes d'images. Les images s'illuminent. Bouger la souris vers une place où il n'y a que deux images au niveau de la superposition et cliquer. Les deux images sont ouvertes dans l'éditeur des points de contrôle (il peut y avoir une petite pause le temps que les images soient chargées). Une fois les points de contrôle positionnés manuellement, vous pouvez retourner dans l'aperçu pour trouver d'autres paires d'images.

quand vous êtes satisfait, que votre panorama contient suffisamment de points de contrôle, optimisez le à nouveau. Le panorama aura probablement la ligne d'horizon sous un angle inapproprié, dans ce cas cliquer sur le bouton Redresser dans la fenêtre d'aperçu. Vous pouvez ensuite cadrer le panorama avec l'outil Glisser (maintenez shift enfoncé, ainsi vous n'allez pas le mettre de travers à nouveau !). Utilisez votre jugement artistique à ce niveau. Si vous désirez recadrer le panorama, cliquez sur Recadrer et glissez les bords du rectangle de recadrage.

Rotation des images avec l'outil Glisser.
Réglage de la zone de recagrage.
Deux images illuminées dans la fenêtre d'aperçu.

La Table des points de contrôle

Vue -> table des points de contrôle

La Table des points de contrôle est une fenêtre pop-up optionnelle listant tous les points de contrôle du projet, alors que l'onglet Points de contrôle ne montre que ceux qui joignent une paire d'images.

La liste des points peuvent être triés en cliquant sur un des titres de colonne, cliquer une deuxième fois inverse l'ordre de tri :

  • N° Pt Ctrl G, le numéro général (projet complet) d'index de la paire de points de contrôle, effacer des points renumérote la liste.
  • Image de gauche, le numéro d'index de la première image dans la paire (gauche/droite n'a aucune signification autre que c'est l'ordre dans lequel elle sont montrées dans l'onglet Points de contrôle)
  • Image de droite le numéro d'index de la deuxième image dans la paire
  • N° Pt Ctrl P, le numéro local (de deux images montrées dans l'onglet points de contrôle) de la paire de points de contrôle, effacer des points renumérote la liste.
  • Alignement, le type de point de contrôle, ce peut être un point de contrôle normal, horizontal, vertical ou aligné.
  • Distance, la distance en pixels entre un alignement parfait et l'alignement actuel atteint par l'optimiseur. Sinon, après avoir choisi Editer -> Ajuster avec précision tous les points, cette colonne indique la corrélation entre les points (0.0 indique pas de corrélation et 1.00 indique une corrélation à 100%). Typiquement, les valeurs au-dessus de 0.8 indique que les zones de l'image autour de chaque point de la paire sont très similaires (une corrélation de 80%).

Sélectionner une rangée de la table affichera la paire d'images concernée dans l'onglet points de contrôle et met les points de contrôle en surbrillance rouge.

Ciquer sur Supprimer effacera tous les points ou rangées sélectionnés.

Vous pouvez sélectionner plus d'une seule rangée en tenant enfoncée la touche CTRL et en cliquant des rangées supplémentaires, de même, vous pouvez sélectionner une suite de rangées avec la touche Shift.

Cliquer Sélectionner par distance vous permet de sélectionner certains points en fonction de la valeur dans la colonne Distance, par exemple :

  • Entrer 10 pour sélectionner tous les points ayant une erreur de l'optimiseur supérieure à 10 pixels.
  • Entrer -5 pour sélectionner tous les points ayant une erreur de l'optimiseur inférieure à 5 pixels.
  • Entrer -0.8 pour sélectionner tous les points ayant une corrélation d'ajustement précis inférieure à 80%.

Traitement par lots

Fichier -> Lancer le traitement par lots

Batch Processor (traitement par lots) est un composant de Hugin qui permet l'assemblage de multiples projets placés dans une file d'attente. Le but est d'assurer plus rapidement l'assemblage de multiples projets. Le processus d'assemblage de multiples projets est simplifié par l'utilisation d'une file d'attente des projets. L'utilisateur peut ajouter/éditer/enlever des projets dans la file.

Hugin Batch Processor consiste en une liste de projets. Ils sont ordonnés par ordre séquentiel. Par défaut, la liste est réémise à chaque fois que vous démarrez l'application. De plus, la file entière peut être sauvée et rechargée plus tard grâce aux boutons Effacer le lot, Ouvrir le lot et Enregistrer le lot.

Options à cocher

Le traitement par lots est aussi paramétré par les cases à cocher suivantes :

  • Exécution en parallèle : Exécute l'assemblage des projets placés dans la liste en parallèle plutôt qu'en ordre séquentiel. Ne cocher cette case que si vous êtes sûr que votre ordinateur peut assurer la charge représentée par l'assemblage de plusieurs projets en même temps.
  • Supprimer les fichiers .pto : Après la fin de l'assemblage de chaque projet, Batch Processor effacera le fichier projet correspondant. Attention, les fichiers effacés sont perdus !
  • Toujours écraser : Toujours (pour chaque projet) écraser le nom de fichier de sortie s'il existe déjà, vous verrez une boite de dialogue qui vous demandera de confirmer l'écrasement du fichier ou pas.
  • Arrêter une fois terminé : arrêter l'ordinateur lorsque le traitement par lots est terminé.

Boutons

Image:Hugin_clear_batch.png Effacer le lot

Efface tous les projets de la liste.

Image:Hugin_open_batch.png Ouvrir le lot

Ouvre un fichier de traitement par lots avec la liste de projets qui fut sauvegardée auparavant.

Image:Hugin_save_batch.png Enregistrer le lot

Sauvegarde la liste en cours des projets dans un fichier. Il peut être ouvert plus tard avec le bouton Ouvrir le lot

Image:Hugin_start_batch.png Lancer le traitement par lots

Lance le processus de traitement par lots et assemble tous les projets présents dans la file d'attente.

Image:Hugin_skip_batch.png Sauter le(s) projet(s)

Arrête l'assemblage du projet en cours et démarre l'assemblage du projet suivant dans la file. Ce bouton est inactif quand le processus n'est pas en cours de fonctionnement.

Image:Hugin_pause_batch.png Mettre en pause le traitement par lot

Met en pause l'assemblage du projet en cours. Pour continuer le projet, cliquer sur le bouton Lancer le traitement par lots. Ce bouton est inactif quand le processus n'est pas en cours de fonctionnement.

Image:Hugin_cancel_batch.png Abandonner le traitement par lot

Arrête le processus d'assemblage. Ce bouton n'est inactif que si le processus est en cours de fonctionnement.

Image:Hugin_add_project.png Ajouter un (ou des) projet(s)

Ajoute un projet à la liste. Un gestionnaire de fichiers apparaît où l'utilisateur peut sélectionner un ou plusieurs fichier(s) .pto ou .pts.

Image:Hugin_remove_project.png Supprimer le projet

Supprime le projet sélectionné de la liste.

Image:Hugin_folder_search.png Rechercher dans le répertoire

Recherche récursivement des projets dans un répertoire donné et les ajoute à la liste des projets.

Les raccourcis clavier

Les raccourcis clavier suivants sont disponibles n'importe où dans Hugin :

  • Ctrl-N, annule le projet en cours et démarre un nouveau projet vide.
  • Ctrl-O, ouvre un fichier de projet existant hugin, PTGUI, PTAssembler, autopano ou autopano-sift.
  • Ctrl-S, enregistre le projet en cours au format .pto de Hugin.
  • Ctrl-Q, quitte Hugin.
  • Ctrl-Z, annule la dernière commande.
  • Ctrl-R, refait la dernière commande.
  • Ctrl-T, re-optimise project en cours. Ceci a exactement le même effet que cliquer sur Optimiser dans l'onglet Optimisation.
  • Ctrl-P, affiche la fenêtre d'aperçu.
  • <F1>, ouvre le manuel de Hugin.
  • <F3>, affiche la la Table des points de contrôle.

en plus il existe d'autres raccourcis uniquement disponibles dans onglet Points de contrôle.

Glossaire

Aberration chromatique

Intro

Les lisérés colorés sont très gênants, spécialement dans les panoramas assemblés. Puisqu'ils apparaissent souvent près des bords des images seules, ils se retrouvent près des joints entre deux images d'un panorama. Pire, ils changent de couleur là où ils coupent le joint.

d'où la nécessité de corriger l'aberration chromatique si elle est visible, au moins pour les panoramas plein écran ou imprimés où il est possible de zoomer jusqu'à la résolution native de l'appareil photo. Alors que la correction est relativement facile, l'aberration chromatique ne peut être automatiquement détectée comme pour par exemple, la distorsion en barrique. Seul un jugement visuel peut renseigner du résultat. Malheureusement, il faut un peu d'expérience pour cela.

Qu'est ce que c'est ?

L'aberration chromatique est un défaut commun des objectifs visible dans les photos sous forme de liserés colorés ou d'un flou coloré le long des bords. Elle est causée par une différence d'indice de réfraction du verre aux différentes longueurs d'ondes de la lumière. Il y a une une description bien faite avec beaucoup de liens sur wikipedia:Aberration chromatique

Une autre bonne description se trouve sur la page de Paul van Walree

LCA

Des indices de réfraction différents impliquent des distances focales différentes pour un même objectif. Cela donne des plans focaux différents pour les différentes couleurs. Vous devriez faire une mise au point différente pour le rouge, le bleu et le vert. Cet effet est appelé aberration chromatique longitudinale (NdT : LCA en anglais pour longitudinal chromatic aberration). Si vous avez un liseré près du centre de l'image qui change de couleur si vous variez légèrement la mise au point, il y a de grandes chances que ce soit de l'aberration chromatique longitudinale. Ce type d'aberration :

  • ne peut se corriger par logiciel
  • diminue à faible ouverture
  • est dépendant de la distance de mise au point

TCA

Quand un objectif est corrigé pour l'aberration chromatique longitudinale, les différentes couleurs convergent plus ou moins vers le même point de l'axe optique, mais elle peuvent converger à différentes distances de l'axe, provoquant sur les photos des tailles d'objets différentes pour les différentes couleurs. Cet effet est appelé aberration chromatique transverse ou latérale (NdT : TCA en anglais pour transversal chromatic aberration). Si vous avez des liserés de couleurs complémentaires, augmentant progressivement du centre vers les angles, il y a de grandes chances que ce soit de l'aberration chromatique transversale (bien qu'il y ait des exceptions comme le montre l'exemple ci-dessous). Ce type d'aberration :

  • peut se corriger par logiciel
  • ne varie pas avec l'ouverture (diminuer l'ouverture rendra peut-être le liseré plus net et donnera l'impression que la TCA est réduite)
  • est dépendant de la distance de mise au point

Ce que cela n'est pas

La photo numérique introduit de nouveaux types de liserés colorés qui ne sont pas dus à l'aberration chromatique de l'objectif. Ils sont fréquemment confondus avec la TCA et malheureusement ils apparaissent souvent mélangés avec de la TCA. Ces effets peuvent se voir sous forme de liserés violets ou bleus et le plus souvent autour des zones surexposées.

Ils peuvent avoir différentes causes :

  • Par saturation des capteurs visible sous forme d'éblouissement. Cet éblouissement présente souvent la couleur violette a cause de la disposition du filtre Bayer du capteur :

Si une cellule saturée du capteur déborde sur les cellules voisines, toutes les cellules sont affectées de la même façon. Il y a 50% de cellules vertes et seulement 25% de cellules rouges et 25% de cellules bleues. D'où les cellules rouges et bleues sont plus chargées provoquant les liserés violets autour des zones surexposées. Puisque les capteurs CMOS ne saturent pas, cela affecte uniquement les capteurs CCD.

  • Par aberration chromatique et autres défauts des micro lentilles qui sont placées en face du capteur.
  • Par réflexion entre le capteur et la vitre protectrice (qui a peut être une couche de traitement d'où les reflets colorés).
  • Par des erreurs d'interpolation ou des filtres anti-moirure.
  • Par saturation partielle des couleurs : le ciel bleu par exemple peut devenir blanc car tous les canaux de couleur sont saturés. S'il y a un objet flou et foncé dans l'image, les capteurs dans la région floue ne reçoivent qu'une partie de la lumière, et donc ne saturent pas. La région floue apparaît bleue. C'est le seul effet qui s'applique aussi au film analogique.

Comment éviter

La LCA peut être évitée en diminuant l'ouverture. Les liserés violets ou bleus seront probablement aussi minimisés par la réduction d'ouverture. Ils peuvent être évités dans la plupart des cas en lumière intense (attention, ne sur-exposez pas). La TCA ne peut être évitée si vous utilisez un bon objectif. Les focales fixes sont moins sujettes a la TCA que les zooms bon marché. Les convertisseurs sont généralement très mauvais. La TCA peut être évitée lors de l'assemblage si vous n'utilisez pas les angles où elle est la plus importante.

Comment distinguer

Si vous souhaitez corriger les lisérés de couleur par logiciel, vous devez en reconnaître le type. Si tous les points suivants sont vérifiés, votre image a toutes les chances de présenter une réelle TCA :

  • Les angles présentent le plus de lisérés de couleur alors que le centre n'en présente pas.
  • Les lisérés de couleur ne sont pas seulement autour des surfaces surexposées, mais aussi autour de zones à faible contraste.
  • Les lisérés de couleur sont de couleurs complémentaires (rouge-cyan, bleu-jaune ou violet-vert) sur les faces opposées d'une zone sombre ou claire.
  • Les lisérés de couleur ont dans tous les angles la même direction pointant du centre vers l'extérieur.
Difficultés à observer
TCA rouge-Cyan artificiel
TCA bleu-Jaune artificiel


Si vous souhaitez tester votre objectif au sujet de l'aberration chromatique, le sujet à photographier est critique. La visibilité de la TCA dépend grandement des couleurs formant les bords de contraste. Ici deux exemples artificiels illustrent cela. Dans les deux images la TCA fut introduite en dimensionnant un canal à 101%. Dans l'image d'en haut, ce fut le canal rouge provoquant des liserés rouge-cyan. dans l'image du bas, dimensionner le canal bleu à 101% provoque des liserés bleu-jaune.

Examinez avec soin à la moitié de l'image avec l'arrière plan de couleur azur dans les deux images. Les liserés cyan dans l'image du haut ne sont pas du tout visibles avec l'avant plan vert foncé, les liserés rouges deviennent brun foncé presque invisible.

Dans l'image du bas, à la fois les liserés bleus et jaunes sont invisibles sur l'arrière plan jaune le plus saturé. Lorsqu'il s'éclaircit en une légère ombre jaune, les liserés bleus apparaissent violets. Les liserés jaunes sont verts sur le fond azur.

Ceci montre que le meilleur sujet pour déterminer une aberration chromatique est composé de gris neutres, de noir et sans blanc surexposé. L'exemple suivant est plutôt bon, non surexposé, ciel gris et pas de couleurs saturées.


Exemple de vraie TCA

Cette image est réduite à 30% mais montre encore une importante TCA en conséquence de l'usage d'un convertisseur grand angle bon marché.

Image courtesy of © Thomas Niemann Image courtesy of © Thomas Niemann

Voici un extrait du coin suppérieur gauche, agrandi de 200%. Pour vérifier que c'est une vraie TCA vous pouvez simplement afficher en boucle les différents canaux de couleur (par exemple en appuyant sur Ctrl+1, Ctrl+2 et Ctrl+3 dans Photoshop). Si l'image entière composée de couleurs neutres semble bouger, il s'agit de vraie TCA.

CA_tCA01 CA_tCA01

Basculez en animation GIF pour voir les différents canaux dans l'image de droite.

L'image entière semble bouger lorsque le canal change. Cela est clairement du à la TCA. Comme vous pouvez le voir, les canaux n'ont pas la même netteté. Cela est très probablement du à une aberration chromatique longitudinale.

Pour comparaison, voici un extrait de même taille et de même agrandissement pris dans le centre :

CA_tCA03

Il n'y a pas de liserés colorés dans le centre. Un bon indicateur de vraie TCA.

Vous pouvez essayer de corriger la TCA à la main dans un angle avec Photoshop pour voir si cela vaut la peine de la corriger dans sa totalité :

  • extraire un angle de l'image présentant une TCA visible
  • agrandir de 200% ou 400%
  • si nécessaire fusionner l'image sur une seule couche
  • essayez de décaler les canaux rouge et bleu pour minimiser les liserés. Pour faire cela, dans la palette canaux :
    • cliquez sur le canal rouge pour le rendre actif
    • cliquez sur le petit symbole en œil du canal RGB pour rendre toutes les couleurs visibles
    • choisissez l'outil déplacer depuis la palette des outils
    • décaler le canal rouge avec les clés fléchées jusqu'à ce que les liserés deviennent bleu-jaune
    • répéter la même chose pour le canal bleu et décalez le jusqu'à l'optimum
    • répéter pour le canal rouge s'il existe encore des liserés rouge-vert.

Voici l'exemple ci-dessus après l'utilisation de cette technique.

CA_tCA02

Les liserés bleus restants ne peuvent pas être corrigés. Ils ne sont probablement pas dus à la TCA de l'objectif mais à un effet décrit dans Ce que cela n'est pas.

Example with no TCA but purple fringes

Cette image est réduite de 40%. Elle présente des liserés violets mais pas d'aberration chromatique.

CA_fringes00

Ici, l'agrandissement du coin supérieur gauche et les canaux "en mouvement" :

CA_fringes01 CA_fringes01

(Si nécessaire, basculer en animation GIF pour voir les différents canaux dans l'image de droite)

Comme vous pouvez le remarquer, les détails de l'arbre gris ne bougent pas du tout. C'est seulement le coté gauche (l'extérieur) du ciel sur-exposé qui change.

Exemple bizarre

Cet extrait (angle inférieur gauche) provient d'un combo fréquemment utilisé : Nikon D70 avec Nikkor 10.5mm fisheye plein cadre (image (c) Andrey Ilyin). Au premier regard, cela semble à une TCA rouge-cyan normale. Mais si vous essayez de la corriger, vous n'irez pas loin. Regardez de près les canaux en mouvement :

CA_strange01 CA_strange01

Comme vous pouvez le voir, des parties des détails de l'image bougent mais pas d'autres parties (la touffe d'herbe au milieu). Si vous minimisez les liserés, de nouveaux apparaitront, ou même des détails dédoublés avec de différentes couleurs :

CA_strange02

Ce type bizarre de liserés colorés n'est absolument pas une aberration chromatique de l'objectif. Il fait seulement penser à des effets des micro lentilles placées par Nikon devant chaque pixel du capteur, mais ce n'est qu'une supposition.

Comment corriger

Le plus souvent, il suffit de régler la taille des canaux de couleur pour corriger la TCA. Cependant, la correction n'est pas toujours satisfaisante même en face de vraie TCA. Cela peut avoir différentes causes :

  • il peut y avoir un reste de LCA dans l'image. Dans ce cas, un ou deux canaux de couleur peut être rendus flous. C'est en partie le cas dans l'exemple de vraie TCA. Vous pouvez essayer de rendre plus nets les canaux en question respectivement. Le masquage flou fonctionne mieux en flou gaussien mais comme le flou de l'aberration chromatique est plus un flou radial, cela ne marchera sans doute pas bien.
  • images en JPEG compressé (de trop). Si vous décalez les canaux de couleur d'images compressées, vous augmentez les artéfacts du JPEG. C'est mieux de travailler en TIFF directement converties du format RAW ou scannées.
  • réglages trop grossiers. Dépendants de la résolution de l'image, l'alignement des sous pixels peut être nécessaire.
Facile

La façon la plus appropriée de corriger la TCA est d'utiliser un outil tel que Adobe Raw Converter, Picture Window Pro ou les possibilités de PTLens. Vous zoomez un angle riche en détails et utilisez une paire de curseurs pour ajuster la taille de l'image au canal rouge (liserés rouge-cyan) et bleu (liserés bleu-jaune, les liserés violet-vert sont un mélange de rouge-cyan et de bleu-jaune). Les deux méthodes permettent l'ajustement des sous-pixels.

Cette technique (y compris l'ajustement des sous-pixels) est réalisable à la main avec un éditeur d'image capable d'ajuster la taille d'un seul canal à la fois. Si le pas minimum du changement de taille est trop important, l'image peut être sur-échantillonnée avant la correction.

Cependant, si vous utilisez l'une de ces approches faciles, regardez précisément différentes parties de l'image, particulièrement à différentes distances du centre de l'image. Il se peut qu'une correction dans un endroit de l'image cause des liserés ailleurs. Si c'est le cas, la TCA dans cette image ne suit pas une configuration linéaire simple, et ne peut donc pas être corrigée de cette manière, voir le paragraphe suivant.

Précise

Le filtre Radial Shift de Panorama tools autorise la correction séparée des canaux rouge, vert et bleu un utilisant une fonction polynomiale du troisième degré. Ce type de courbe est suffisamment complexe pour corriger toute sorte de TCA non linéaire.

Malheureusement, il était très difficile d'estimer les valeurs correctes jusqu'en 2004 lorsque Jim Watters et Erik Krause trouvèrent un moyen de déterminer des coefficients de correction convenables en utilisant différentes approches de calcul.

Basé sur ce travail, Eric Gerds développa un script Java pour Photoshop CS appelé PTShift qui permet des corrections manuelles dans différentes zones et communique les écarts trouvés sous forme de points de contrôle virtuels à PTOptimizer pour qu'il calcul les coefficients de correction.

D'un autre coté, les coefficients de correction peuvent être entièrement calculés avec Hugin et PTOptimizer, pour plus de détails voir ce tutoriel sur la correction de la TCA. Pour des résultats plus précis, octave (script sur cette page) peut être utilisé pour calculer les coefficients à la place de PTOptimizer. Une alternative au filtre Radial Shift est fulla qui peut aussi corriger la TCA, la distorsion en barrique et le vignetage en même temps.

Erik Krause 17:18, 2 May 2005 (EDT)

Liens

Aliasing

Définition et causes

L'aliasing est un effet qui provoque des dentelures ou des effets de moiré quand une image est échantillonnée ou ré-échantillonnée.

Le mot "aliasing" vient de l'analyse dans le domaine des fréquences. L'échantillonnage basse fréquence d'un signal provoque des composantes hautes fréquences qui doivent être aliasées en basses fréquences, ce qui corrompt le signal échantillonné.

Pour éviter l'aliasing, un signal ne doit pas contenir de fréquences plus élevées que la moitié du taux d'échantillonnage. De même, une image entrée ne doit pas contenir de détails qui sont plus petits qu'un pixel dans l'image de sortie.

Cela peut être accompli par un filtrage correct du signal ou par un brouillage de l'image avant de la ré-échantillonner.

De tels filtrages sont un moyen anti-alias. (Il y en d'autres, inadéquats ici).

Lors de l'utilisation d'anciennes versions de Panorama Tools (et d'outils dérivés tels que PTStitcher, nona ou les Panorama Tools Plugins) la chose importante à savoir est que Panorama Tools n'a pas d'anti-alias avant la version 2.7.0.11 de pano12. Cela signifie que si vous réalisez un petit panorama directement avec Panorama Tools, il est probable qu'il présente des dentelures ou des effets de moiré.

Dans la version 2.7.0.11, deux interpolateurs anti-aliasing furent ajoutés, ils peuvent être utilisés soit en spécifiant le numéro d'interpolateur correct dans le script soit en choisissant l'un des interpolateurs directement si le logiciel l'accepte. Cependant, les interpolateurs traditionnels "poly3", "spline16", "spline36", "sinc256", "spline64", "bilinear", "nearest neighbor" et "sinc1024" provoquent encore de l'aliasing.

Conseils

Vous obtiendrez de meilleurs résultats en demandant à Panorama Tools de faire un grand panorama, puis en le redimensionnant (par sous-échantillonnage) avec des outils comme Photoshop, ImageMagick ou the Gimp qui possèdent un anti-aliasing, si vous utilisez une version antérieure à 2.7.0.11 ou s'il n'est pas possible d'utiliser les nouveaux filtres d'anti-aliasing.

Illustrations

Les images suivantes illustrent ce conseil. Elles montrent des extraits d'un panorama de 1000x500.

A gauche ce que Photoshop produit par sous-échantillonnage depuis un panorama de 6068x3034 en utilisant la commande Taille de l'image avec le ré-échantillonnage Bi-cubique. (6068x3034 était la taille "optimum" pour PTGui ).

Grandeur réelle

AliasingPScubic AliasingPTpoly3.jpg

Agrandissement 2X pour mettre l'aliasing en évidence.

AliasingPScubic_2x AliasingPTpoly3_2x

Angle de champ

L'angle de champ d'une photo ou d'un appareil photo est la mesure de la partie de la scène comprise dans la photo. Dites simplement : Combien de degrés sont inclus dans votre image. Un objectif typique à focale fixe peut avoir un angle de champ de 50°, un objectif fisheye peut avoir un angle de champ supérieur à 180° et un panorama complet équirectangulaire ou cylindrique peut avoir un angle de champ de 360°.

Beaucoup de gens parlent du champ quand ils veulent parler de l'angle de champ. L'angle de champ est la distance couverte par une projection à une certaine distance. Ainsi, si une image montre exactement un objet de de 2 mètres de large à 1 mètre de distance, alors le champ de vision est de 2 mètres et l'angle de champ est 90°. L'angle de champ est aussi connu sous le nom d'angle de prise de vue.

Habituellement, l'angle de champ se rapporte à l'angle de champ horizontal d'une image (HFoV). Certaines applications utilisent l'angle de champ vertical (VFoV) , lequel peut être calculé à partir du rapport largeur/hauteur de l'image.

Pour les images rectilinéaires:

Rapport = tan (HFoV / 2) / tan (VFoV / 2)

Pour les images fisheye (approximation):

Rapport = HFoV / VFoV

Conversion à partir de la distance focale

L'autre mesure standard de la largeur ou de l'étroitesse d'un objectif est sa distance focale

En considérant un film négatif de 35 mm et un objectif rectilinéaire, l'angle de champ peut être calculé comme cela :

Angle de champ = 2 x atan ( 35 / ( 2 x Distance focale ) )

Veuillez noter que ceci est une approximation. La valeur exacte dépend de la position de la pupille d'entrée (NdT : Image virtuelle du diaphragme formée par les éléments du système optique précédant ou suivant le diaphragme). Davantage d'informations à ce sujet dans le papier de Rik Littlefield.

Voir projection fisheye pour les formules concernant les fisheyes.

Conversions à partir d'horizontal en vertical et vice versa

Pour les images fisheyes (approximation) et equirectangulaires :

vfov = hauteur / largeur * hfov hfov = largeur / hauteur * vfov

Pour les images rectilinéaires :

vfov = 2 * atan( tan(hfov/2) * hauteur/largeur) hfov = 2 * atan( tan(vfov/2) * largeur/hauteur)

Bracketing

La plupart des appareils photo numériques autorisent la prise de photos brackétées, c'est à dire la prise de plusieurs fois la même scène mais avec des ouvertures différentes.

Ceci peut être utile pour la réalisation de panoramas

Techniques d'assemblage des panoramas

Simple

Prendre le jeu de photos les mieux exposées et jeter le reste.

  • Cela peut suffire, bien que vous perdez la faculté d'utiliser la gamme dynamique totale de toutes les photos dans le panorama final.
Fusionner les photos brackétées

Utiliser Contrast Blending pour fusionner chaque vue brackétée, puis assembler ces images 8 bits en un panorama 8 bits.

Inconvénient :

  • Vous devez utiliser la même 'exposition' lors de la fusion de chaque vue, mais vous ne savez pas quelle doit être sa valeur avant d'avoir fini et de pouvoir voir le résultat (c'est moins un problème si vous travaillez en 16 bits
Fusionner les panoramas brackétés

Assembler chaque niveau d'exposition en un panorama 8 bits complet, puis les fusionner avec Contrast Blending en un panorama 8 bits.

Inconvénients :

  • Exécuter plusieurs fois enblend est long.
  • Effets parasites si vos photos ne sont pas parfaitement alignées.
Convertir les photos brackétées en HDR

Fusionner chaque vue brackétée en une image HDR, les assembler en un panorama HDR puis réduire en 8 bits avec tone mapping

Inconvénients :

  • Les procédés de tone mapping provoquent d'horribles artefacts dans les panoramas équirectangulaires.
  • Actuellement, ce travail n'est possible qu'avec Hugin.
Convertir les panoramas bracketés en HDR

Assembler chaque niveau d'exposition en un panorama 8 bits complet, puis les fusionner en un panorama HDR et réduire à 8 bits avec tone mapping

Inconvénients :

  • Exécuter plusieurs fois enblend est long.
  • Les procédés de tone mapping provoquent d'horribles artefacts dans les panoramas équirectangulaires.
  • Effets parasites si vos photos ne sont pas parfaitement alignées.
Traiter les photos brackétées avec Tone mapping

Fusionner chaque vue brackétée en une image HDR, utiliser tone mapping pour générer des images 8 bits. Puis les assembler en un panorama 8 bits.

Inconvénients :

  • Vous devez utiliser les mêmes paramètres de tone mapping pour chaque vue, mais vous ne savez pas quels doivent être leurs valeurs avant d'avoir fini et de pouvoir voir le résultat (c'est moins un problème si vous travaillez en 16 bits.
  • Les procédés de tone mapping se comportent différemment dans les zones de recouvrement, vous devez espérer que la fusion avec enblend, smartblend ou PTGui les résoudra.

Courbe de réponse de l'appareil photo

La courbe de réponse de l'appareil photo est une courbe montrant, pour un appareil photo numérique, la relation entre la quantité de lumière entrante et les valeurs enregistrées par les pixels.

Cette courbe est aussi quelquefois appelée Fonction de transfert Opto-Électrique.

Bien que les capteurs optiques soient presque linéaires (une certaine quantité de photons entrants provoquent l'émission d'un nombre proportionnel d'électrons dans le capteur), les valeurs obtenues pour les pixels ne sont pas proportionnelles à la quantité de lumière entrante. Ceci pour plusieurs raisons :

  • le convertisseur analogique/numérique peut ne pas être parfait
  • une correction gamma est appliquée
  • une correction est appliquée pour rendre l'image plus avenante
  • une balance des blancs est appliquée pour compenser différentes températures de couleur

tandis que la première raison s'applique à toutes les images, les autres ne s'appliquent qu'aux images non-Raw (JPEG, TIFF). Les images Raw doivent contenir des données linéaires du capteur.

La courbe de réponse de l'appareil photo est un problème principalement pour la génération HDR où il est nécessaire d'avoir des données d'entrée linéaires (proportionnelles à la lumière). Des données non-linéaires (soit une courbe de réponse de l'appareil photo mal estimée) provoqueront des effets de bandes avec des écarts de contrastes (par exemple, autour des lumières brillantes).

Distance focale

180px-Focal_length

A des fins d'utilisation photographique, la distance focale est une propriété de la lentille (ou du miroir) donnant à quelle distance de celle-ci les rayons de lumière qui l'approchent parallèlement à l'axe optique et la traversent sont convergés en un point. le point exact a partir duquel la distance focale est mesurée est le point Nodal arrière. Ce point est situé en dehors de la lentille physique pour la plupart des objectifs grands angles habituels des appareils photo réflex à focal fixe

Pour une meilleure définition voir Wikipedia: distance focale

Combinée avec le format du film ou du capteur, la distance focale détermine l'angle de champ qui est de loin le plus important pour les images panoramiques.

Alors que pour les objectifs rectilinéaires la distance focale est la même dans toute l'image, pour les objectifs fisheye, elle n'est valable que pour le centre

Distorsion de l'objectif

Les objectifs, en pratique, ne projettent pas une image géométriquement parfaite sur le film ou le capteur. Le plus souvent, l'image est déformée d'une façon ou d'une autre. Il y a trois types de distorsion très répandus :

  • la distorsion en barrique qui déforme les droites loin du centre de l'images en courbes bombées vers l'extérieur. (comme une barrique)
  • la distorsion en coussin qui déforme les droites loin du centre de l'images en courbes bombées vers l'intérieur (comme un coussin)
  • la distorsion en vaguelettes qui est un mélange des deux. Le plus souvent le résultat d'une correction optique incomplète de l'un des autres défauts. Il en eiste deux types :
    • avec une distorsion en barrique dans le centre de l'image et une distorsion en coussin à l'extérieur (distorsion en bulle)
    • avec une distorsion en en coussin dans le centre de l'image et une distorsion en barrique à l'extérieur.

Le modèle de correction d'objectif de panotools est capable de les gérer tous.

Distorsion en barrique

La Distorsion en barrique est le contraire de la distorsion en coussin, c'est une déformation radiale de l'image introduite par l'objectif.

C'est une distorsion de l'objectif commune qui peut être corrigée par le modèle de correction d'objectif de panotools.

Barrel-distortion

Photo avec une distorsion en barrique exagérée.

Distorsion en coussin

Une distorsion de l'objectif qui déforme les droites loin du centre de l'images en courbes bombées vers l'intérieur (comme un coussin). La Distorsion en coussin est le contraire de la distorsion en barrique

C'est une distorsion de l'objectif commune qui peut être corrigée par le modèle de correction d'objectif de panotools.

Pincushion-distortion

Photo avec une distorsion en coussin exagérée.

Distorsion en vaguelettes

La est un mélange de distorsions, c'est une distorsion radiale de l'image introduite par l'objectif.

Elle présente souvent une distorsion en barrique près du centre et une distorsion en coussin le long des bords. Cela forme une bulle dans le centre de l'image, et on l'appelle aussi la distorsion en bulle. La variante contraire avec la distorsion en coussin dans le centre et la distorsion en barrique le long des bords exixte aussi, mais est rarement rencontrée dans le cas des objectifs rééls.

Les distorsions en vaguelettes de toutes variantes est une distorsion de l'objectif commune qui peut être corrigée par le modèle de correction d'objectif de panotools.

Bubble-distortion

Photo avec une distorsion en vaguelettes exagérée (du type bulle).

Enblend

Pour une information détaillée, veuillez voir Enblend reference manual (en anglais)

Intro

Enblend superpose de multiples images TIFF de façon à rendre les joints invisibles. Il fonctionne en 8, 16 ou 32 bit (HDR virgule flottante) par image de chaque canal.

Enblend peut se comporter en plug in pour PTGui, Hugin, PTMac ou PTAssembler ou seul en ligne de commande ou avec l'interface Enblend.

Nouveautés de la version 3.0:

  • Ajuste la ligne de joint pour éviter des zones de raccordement erroné entre les images sources telles que des erreurs de parallaxe
  • Supporte l'enregistrement et le chargement de masques
  • Inclue diverses autres améliorations de la performance.

Enblend est disponible pour Windows et Linux depuis le site du Projet. Un portage sur Mac OS X, xblend, est disponible depuis Kevin Kratzke.

Utilisation en ligne de commande

Les paramètres valant la peine d'etre notés sont :

-a 
Pré-assemble des images ne se chevauchant pas. Augmente beaucoup la vitesse de fusion des panoramas qui ont beaucoup de d'images non chevauchantes (comme d'énormes multi-rangées).
-w 
Enroule le processus de fusion autour de la limite de 360°, ainsi vous ne terminerez pas par une brutale transition aux joints des -180° et +180°.
-o 
Force Enblend à utiliser un nom de fichier de sortie de votre choix.
-v 
Sortie verbeuse, voir les détails de ce qui arrive plutôt que de fixer un écran blanc.
-l <n> 
Force enblend à utiliser un certain nombre de niveaux dans le but d'augmenter la zone de fusion (minimise la visibilité des lignes de joint).

Enblend supporte les fichiers d'entrée au format TIFF recadré.

Mise en garde

Si vous essayez d'exécuter Enblend 3.0 sur Windows, et vous trouvez que le programme gèle immédiatement, vous êtes peut-être en train d'essayer d'exécuter une version compilée avec les instructions SSE sur un système non-SSE (par exemple sur de vieux CPU AMD). Vous pouvez obtenir un binaire non-SSE pour Enblend sur Sourceforge

Cependant, il se peut que cette version ne fonctionne toujours pas comme discuté ici (le problème) et (solution). Si c'est ainsi, il y a une version patchée disponible à http://alto.anu.edu.au/~wpc/private/enblend/enblend-3.0-cyg.zip

Obtenir Enblend

Enblend est Open Source. Vous pouvez donc la télécharger gratuitement depuis les pages du projet données ci-dessous. Enblend fait partie des principales distributions Linux. Vous pouvez obtenir la dernière version en utilisant le système de management des paquetages de votre distribution.

NdT : pour Mandriva, il s'agit du Gestionnaire de logiciels que vous trouverez ici: Mandriva -> Configurer votre ordinateur -> Gestionnaire de logiciels.

Pour Ubuntu, ouvrez un terminal et tapez :

$ sudo apt-get install enblend

C'est tout !

Enblend est en constant développement. Si vous désirez le dernier cri, lisez la section documentation ci-dessous.

Développement

Enblend est Open Source, et en tant que tel, très dépendant des ressources et contributions volontaires. Si vous avez des compétences en programmation, vous êtes le bienvenu pour regarder le code source et y contribuer. Dans le cas contraire, vous avez surement des compétences qui pourraient servir au projet et vous êtes plus que le bienvenu pour donner de votre temps. Les tâches demandant de l'attention changent souvent ainsi que les ressources et compétences requises. Rejoignez la liste de distribution hugin-ptx pour découvrir ce qui se passe en ce moment et comment vous pourriez aider. Même en ne faisant que des tests et en donnant des retours constructifs.

Pour avoir le dernier cri, suivez les développements/constructions de Hugin

Voir aussi

Tutoriels avec enblend:

Liens

Enfuse

Panorama fusionné avec enfuse à partir de quatre expositions
Image couvrant 17 IL fusionnée avec enfuse - (c) Jacek Zagaja

Enfuse est un programme en ligne de commande utilisé pour réaliser la fusion de plusieurs photos d'une même scène sous différentes expositions (photos brackétées) pour obtenir une image qui ressemble beaucoup à du Tone mapping (sans les halos) mais sans nécessiter la création d'une image HDR. Cependant, c'est plus simple à utiliser et permet la création de vastes panoramas intégrant de multiple expositions.

Enfuse est basée sur un papier écrit par Tom Mertens, Jan Kautz et Frank Van Reeth : "Exposure fusion".

L'implémentation fut réalisée par Andrew Mihal (développeur de Enblend) et toute l'équipe de Hugin autour de Pablo d'Angelo.

Une documentation complète peut être trouvée sur le Manuel de référence d'Enfuse (en anglais)

Autres programmes utilisant la fusion de l'exposition tufuse et PTGui Pro.


Avancement du développement

Le 08 septembre 2008, la première version officielle de enfuse fut éditée accompagnée de enblend.

Enfuse/Enblend peut être téléchargé depuis enblend.sourceforge.net. Vous trouverez sur ce site le code source de la version 3.2 ainsi que les binaires d'une version précompilée pour Windows.

La version Béta (de développement) peut être téléchargée sur :

Bogues connus

(Ce paragraphe nécessite une mise à jour)

Voici une liste de bogues connus dans la version proposée ci-dessus. Pour avoir une liste des bogues des versions précédentes, reportez vous sur older version of this page

  • Si des contrastes importants se situent près du zénith ou du nadir dans une image équirectangulaire, il peut y avoir un artefact (vortex) dans le panorama résultant.
Remède : appliquer séparément sur ce type d'images, puis les assembler ensuite dans le panorama.
- il n'est pas connu si ce problème pourrait être facilement résolu.

Description

Enfuse fusionne des images se recouvrant en utilisant l'algorithme de fusion de l'exposition de Mertens-Kautz-Van Reeth. C'est un moyen rapide pour fusionner des images ayant des expositions différentes en une seule belle image, sans produire des images HDR intermédiaires qui sont ensuite traitées par tone mapping. Ce procédé simplifié fonctionne souvent bien mieux que les algorithmes de tone mapping actuellement connus.

Enfuse peut aussi être utilisé pour produire des images avec une profondeur de champ augmentée, en fusionnant une pile d'images de mise au point différentes.

Principe de base

L'idée de principe est d'attribuer à chaque pixel de l'image de départ un poids qui dépend de qualités telles que l'exposition correcte, un bon contraste et une bonne saturation. Ce poids détermine l'importance de la contribution d'un pixel donné dans l'image finale.

Cette idée n'est très nouvelle. F.e. Ardeshir Goshtasby proposa une technique pour ne sélectionner et fusionner que les blocs bien exposés et Erik Krause une méthode avec Photoshop pour cacher intelligemment les zones mal exposées. Beaucoup de telles solutions de "DRI" ou "Exposure Blending" existent.

Le problème avec toute ces techniques est de trouver une transition valable entre les zones retenues dans les différentes images. Il y a toujours un risque d'effets de marche ou même de variations inversées à l'intérieur des zones où la luminosité change graduellement.

Enfuse résout ce problème en utilisant la technique de fusion des courbes spline par multi résolution, bien connue par Enblend et Smartblend ; et c'est en fait cette étape qui est responsable des excellents résultats. La technique est décrite en détail pour enblend et elle fonctionne presque de la même façon pour enfuse, à l'exception près qu'à la place de la ligne de joint initiale, un masque est créé répondant aux critères donnés.

Enfuse utilise trois critères différents pour évaluer la qualité d'un pixel : l'exposition, la saturation et le contrast.

  • Le critère d'exposition favorise les pixels ayant un luminance proche de la moyenne de l'image. Ces pixels sont considérés mieux exposés que ceux ayant un niveau d'exposition haut ou bas.
  • Le critère de saturation favorise les pixels fortement saturés
  • Le critère de contraste favorise les pixels fortement contrastés. La variation standard de la valeur du gris ou de la couleur localement est utilisée comme mesure de contraste. le papier de Mertens-Kautz-Van Reeth suggère d'utiliser un filtre de Laplace, mais la variation standard produit de meilleurs résultats pour des images de distance de mise au point différentes.
Ajustements

Vous pouvez ajuster l'importance donnée à chaque critère en imposant les paramètres de poids en ligne de commande. Par exemple si vous écrivez --wExposure=1.0 et --wSaturation=0.5, Enfuse favorisera les pixels bien exposés par rapport aux fortement saturés lors de la fusion des images sources. L'impact de ces paramètres sur le résultat final ne sera pas toujours clair. La qualité du résultat est sujet à votre interprétation artistique. Jouer avec les poids pourra ou ne pourra pas améliorer le résultat. Je vous encourage à expérimenter (peut-être en utilisant des images de faible définition pour gagner en vitesse)

Enfuse permet à chaque image d'entrée d'avoir un canal alpha. En mettant à zéro les valeur alpha des pixels, les utilisateurs peuvent manuellement supprimer la prise en compte de ces pixels lors de la fusion. Si une image d'entrée n'a pas de canal alpha, Enfuse affichera un avertissement eet continuera en supposant que tous les pixels doivent être traités pour le résultat final. Toute valeur alpha autre que zéro est interprétée comme "ce pixel doit être pris en compte pour l'image finale".

Utilisation

L'utilisation ci-dessous se rapporte à la version CVS du 21 Dec 2007. Utiliser la syntaxe suivante :

Image:Konsole.png
[utilisateur@ordi ~]$ enfuse <options> <fichiers d'entrée>

Les fiichiers d'entrée peuvent être une liste de fichiers ou un joker (par exemple IMG*.jpg pour toutes les images .jpg qui commencent par IMG.

Options communes
-h 
Affiche une information sur les options disponibles
-l num 
Utilise exactement ce nombre de niveaux pour la fusion en pyramide. Un petit nombre diminue la qualité pour favoriser la rapidité d'exécution et abaisser la quantité de mémoire utilisée. La valeur par défaut utilise autant de niveaux que possible étant donné la taille de l'image source. Cependant, les versions récentes ne semblent pas faire cela, il est donc probablement utile de spécifier un nombre arbitraire élevé (par ex, -l 20) pour de meilleurs résultats. Si vous spécifiez un nombre élevé, Enfuse peut continuer à utiliser un nombre de niveaux plus petit si la géométrie des images l'exige.
-o fichier-sortie 
Exigé. Spécifie le nom du fichier de sortie.
-v 
Sortie verbeuse
-w 
Fusionne autour de la limite -180/+180. Utile pour les panoramas sur 360 degrés. Actuellement, Enfuse ne fusionne pas autour du zénith ou du nadir, aussi vous pouvez continuer à voir des joints dans ces zones.
--compression=COMP 
Ecrit un fichier sortie compressé. Les valeurs valides sont NONE, PACKBITS, LZW, et DEFLATE pour les fichiers TIFF, et les nombres de 0 à 100 pour les fichiers JPEG
Options évoluées
-b kilo-octets 
Donne le taille du bloc pour le cache des images de Enfuse. Ceci est la quantité de données qu'Enfuse déplacera en une fois de et vers le disque. La valeur par défaut est de 2 Mio ce qui semble convenir à la plupart des systèmes.
-b 
Utilise le modèle de couleurs CIECAM02 pour fusionner les couleurs. Vos fichiers TIFF d'entrée doivent avoir un profil ICC incorporé. Si aucun profil ICC n'est présent, Enfuse considérera que l'image utilise l'espace colorimétrique sRGB. La différence entre cette option et la valeur par défaut est très mince et ne se remarquera que lorsque vous avez besoin de fusionner ensemble des zones de couleurs primaires différentes.
-g 
Gimp (ver. < 2) et Cinepaint se comportent bizarrement lors du chargement d'images ayant des canaux alpha non associés. utilisez le drapeau -g pour y remédier. Avec ce drapeau, Enfuse créera une image de sortie avec le jeu de balises alpha associé, bien que l'image reste réellement de type alpha non associé.
-f WIDTHxHEIGHT+x0+y0 
Etablit manuellement la taille et la position de l'image de sortie. Ceci est utile quand les images d'entrée sont des fichiers TIFF recadré, tels que ceux produits par Nona.
-m mégaoctets 
Donne le taille du cache de l'image d'Enfuse. Ceci est la quantité de mémoire utilisée par Enfuse pour stocker les données de l'image avant de basculer sur le disque. La valeur par défaut est 1 Gio.
Options de fusion

Soit W un nombre compris entre 0 (poids nul) et 1 (poids max)

--wExposure=W 
Etablit le poids relatif pour le critère de bonne exposition. Augmenter ce poids par rapport aux autres fera accroître la contribution des pixels bien exposés dans le résultat final.
--wSaturation=W 
Etablit le poids relatif pour le critère de forte saturation. Augmenter ce poids par rapport aux autres fera accroître la contribution des pixels fortement saturés dans le résultat final.
--wContrast=W 
Etablit le poids relatif pour le critère de fort contraste. Augmenter ce poids fera accroître la contribution dans le résultat final des pixels ayant un voisinage coloré différemment. Particulièrement utile pour les empilages de mises au point.
--wMu=mu 
Pour le critère de bonne exposition seulement, utilise une fonction gaussienne du poids (de 0 à 1). La valeur par défaut est 0.5. Ceci déplace le sommet de la courbe vers les extrémités plus claires ou plus foncées de l'histogramme. Une valeur importante récupère plus de pixels clairs sur les images sources, une valeur plus faible, plus de foncés.
--wSigma=sigma 
Pour le critère de bonne exposition seulement, déviation standard de la fonction gaussienne du poids (à partir de 0). La valeur par défaut est 2. Une valeur importante provoque une courbe plus large et davantage de pixels sont pris sur une image particulière (possibilité d'y inclure les images sur ou sous exposées). Une valeur plus faible provoque une courbe plus étroite et moins de pixels sont pris, pouvant créer un effet de bandes.
--HardMask 
Impose des masques de fusion à fort contraste (NdT : hard traduit par fort contraste dans Force hard blend masks on the finest scale) sur l'échelle la plus fine. Ceci évite de flouter les fins détails (seulement), au prix d'un accroissement du bruit. Ceci améliore considérablement le piqué des empilages de mises au point.
Options d'expert
--ContrastWindowSize=s 
Taille de la fenêtre pour l'analyse du contraste local. Les valeurs supérieures à 5 peuvent provoquer une augmentation du temps de calcul. Les valeurs entre 3 et 7 ont donné de bons résultats sur les empilages de mises au point. L'impact sur la qualité du résultat n'est pas facile à déterminer. Vous devez expérimenter.
--GrayProjector=OPERATOR 
Applique la projection en échelle de gris OPERATOR, où OPERATOR est l'un de :"average", "l-star", "lightness", "value", "luminance", ou "channel-mixer:RED-WEIGHT:GREEN-WEIGHT:BLUE-WEIGHT".

Par défaut : "average"

--EdgeScale=EDGESCALE[
LCESCALE[:LCEFACTOR]] : Echelle sur laquelle regarder les bords. LCESCALE positif bascule sur l'amélioration du contraste local par LCEFACTOR (EDGESCALE, LCESCALE, LCEFACTOR >= 0).

Ajouter "%" à LCESCALE pour les valeurs relatives à EDGESCALE;

Ajouter "%" à LCEFACTOR pour les valeurs relatives. Par défaut : 0:0:0

--MinCurvature=CURVATURE 
Pour qualifier la CURVATURE minimum (NdT le terme français pour curvature semble être sabrage) d'un bord. Ajouter "%" pour les valeurs relatives. Par défaut : 0.
--debug 
Images intermédiaires en sortie pour le débogage.

Liens externes

Ligne de commande

Une autre implémentation de l'algorithme de enfuse est TuFuse par Max Lyons, qui propose la fusion automatique de la profondeur de champ (depuis un empilement de mises au point) et de l'exposition en une seule fois, ainsi que quelques options supplémentaires : http://www.tawbaware.com/tufuse.htm (freeware, Windows seulement).

Interfaces graphiques

Enfuse a déclenché le développement de quelques interfaces graphiques avant même qu'il ne soit édité.

Multi platformes
  • La version récente de Hugin a pleinement intégré Enfuse. Téléchargeable depuis http://hugin.sourceforge.net (open source) et fourni avec Mandriva
  • PTGui Pro depuis la version 7.7 possède un outil incorporé de fusion d'images qui ne propose que le critère d'exposition mais possède des possibilités d'ajustement étendues.
Linux
  • KImageFuser par Harry van der Wolf est une interface graphique de enfuse/align_image_stack pour Linux (free GPL V3). Il a une fonction d'aperçu et des options de traitement par lots. C'est écrit dans l'environnement de script graphique kommander et peut fonctionner sur toute plateforme Linux. Les dépendances sont : kdewebdev-3.5.9 ou plus récent, enfuse, align_image_stack (de Hugin), convert (ImageMagick). Pas une dépendance mais fortement recommandée : Exiftool pour être capable de copier toutes les données exif utiles ((ImageDescription, Make, Model, Artist, WhitePoint, Copyright, GPS:toutes, DateTimeOriginal, CreateDate, UserComment, ColorSpace, OwnerName, SerialNumber, tout IPTC, tout JFIF, XResolution, YResolution, ResolutionUnit, Lens, FocalLengthIn35mmFormat et FocalLength) vers la nouvelle image. Toutes les dépendances sont disponibles dans les principales distributions Linux. Remarquez aussi qu'au moins un thème KDE est disponible comme par exemple le thème célèbre (et par défaut) "bluecurve". KImageFuser a aussi été ajouté aux svn Hugin dans son propre projet. L'arborescence KImageFuser.
Windows
  • Les droplets par Erik Krause sont inclus dans le paquetage pour Windows de Hugin à cet endroit http://hugin.sourceforge.net, et installés prêt à fonctionner. Un groupe de fichiers images ou un répertoire entier peuvent être cliqués/glissés sur un droplet. Dans le cas d'un répertoire, l'utilisateur peut spécifier le nombre d'images formant une série brackétée, d'où la possibilité de traiter avec Enfuse une multitude de séries en une fois. Les droplets copient dans l'image résultat les données exif pertinentes, ainsi les données sur l'appareil photo et l'objectif ne sont pas perdues pour par exemple un assemblage à suivre. Une autre version des droplets réalise automatiquement l'alignement dans le but d'accepter les séries brackétées réalisées à la main. (open source).
  • EnfuseGUI par Ingemar Bergmark est une interface graphique (libre).
  • TuFuse Pro par Max Lyons est une agréable interface graphique pour sa propre application libre en ligne de commande tufuse (commercial)
  • Tufusion est une interface graphique libre pour tufuse de Max Lyons, développé par "entropy" le forum des utilisateurs de TuFuse. Ce n'est pas aussi sophistiqué que TuFuse Pro, mais il simplifie sûrement la vie, en comparaison de l'utilisation de la ligne de commande.
Mac OSX
  • EnfuseGUI par Ingemar Bergmark est une interface graphique (libre).
  • XFuse par Kevin Kratzke est une interface graphique qui permet le traitement par lots et la mise en oeuvre facile de nombreuses options usuelles de Enfuse grâce à des contrôles simples. Des options avancées peuvent être utilisées dans une boite de dialogue 'Avancé'. (libre).
  • Bracketeer par Brian Greenstone est une interface graphique avec une fonction aperçu. (commercial)
  • ImageFuser par Harry van der Wolf est une interface graphique pour Enfuse et align_image_stack avec une fonction aperçu (logiciel libre mais édité comme graticiel).

EXIF

Le format EXIF pour Exchangeable Image File Format permet d'incorporer des données sur l'appareil photo, l'objectif, l'exposition, la description de l'image, le copyright, etc, sous forme de champs standardisés au sein du fichier image JFIF (JPEG) ou TIFF. EXIF est devenu de facto un standard promu par l'industrie photo comme moyen de stocker des métadonnées enregistrées par un appareil numérique, et n'est pas destiné pour un usage plus général du stockage. XMP est un format plus généralisé pour stocker des métadonnées quelconques dans divers formats de fichiers pour média.

Les métadonnées EXIF sont utilisées par des produits d'assemblage tels que PTGUI pour faire des suppositions au sujet de l'appareil (le capteur) et l'objectif utilisés pour réaliser une image donnée. Ces informations sont utilisées pour définir les valeurs par défaut de l'angle de champ et du facteur d'équivalence 24x36 pour assembler les projets. Ces valeurs par défaut ne sont utilisés typiquement que pour commencer, et sont affinés pendant le processus d'optimisation.

Comme vous allez l'apprendre des pages ExifTool ci-dessous, il y a beaucoup de champs redondants en raison des divers constructeurs définissant des champs uniques pour des informations quasiment identiques, ainsi que des champs qui sont destinés à recevoir des métadonnées spécifiques à un constructeur. Beaucoup de ces champs sont vides, au moins autant comme le public se sent concerné, ainsi, il y a beaucoup d'énergie dans l'industrie dédiée à décoder ces champs uniques, leur sémantique et leurs contraintes.

Tandis que l'EXIF n'est pas en général destiné à être modifiable par l'utilisateur, il existe un grand nombre d'outils qui sont capables d'éditer les métadonnées EXIF avec divers degrés de succès pour la grande variété de champs trouvés dans le monde des fichiers EXIF.

ExifTool est un logiciel libre qui permet la manipulation des EXIF et des données s'y trouvant dans beaucoup de sortes de fichiers. ExifTool est l'un des éditeurs EXIF parmi les plus compréhensibles, et il continue d'agrandir le nombre et la richesse de son support pour des métadonnées EXIF non documentées, aussi bien que d'améliorer son support pour d'autres formats de fichiers (non-EXIF) et structures de métadonnées.

photomolo est un outil libre pour la rotation sans pertes d'images JPEG et la mise à jour appropriée des tags EXIF.

Liens

Facteur d'équivalence 24x36

Le facteur d'équivalence 24x36, aussi appelé Facteur de recadrage est le ratio entre la taille du capteur CCD de l'appareil photo et la taille d'un cadre 24x36 pour film typique de 35mm.

Habituellement les CCD sont plus petits, aussi le facteur d'équivalence 24x36 pour un appareil de poche est d'environ 6 et celui d'un DSLR est souvent autour de 1,5. Certains DSLR ont le format d'un 35 mm et le facteur d'équivalence 24x36 est de 1.

De même il est facile de le calculer comme étant le ratio entre la distance focale constatée et la distance focale équivalente pour un 35 mm. Ces deux valeurs peuvent être trouvées sur la page des spécifications de n'importe quel appareil photo numérique où la taille du capteur CCD/CMOS est plus difficile à trouver.

Lien : Le facteur d'équivalence 24x36 expliqué

Gamma

Le gamma est la relation entre les valeurs du pixel respectivement puissance électrique et brillance visible sur un support spécifique.

Bien que pour un usage commun la valeur du gamma contrôle simplement la brillance subjective des pixels à mi-exposition, il y a des situations dans l'assemblage des photos où il apporte des différences sensibles aux résultats :

  • Des valeurs de pixels sont interpolées lors de la correction de la TCA (aberration chromatique transversale).
  • L'intensité des pixels est changée d'échelle lors de la correction du vignetage.
  • Des valeurs de pixels sont interpolées lorsque des photos sont re-projetées dans les images en sortie.
  • La fusion via l'outil plume, enblend ou smartblend moyenne la valeur des pixels entre les images.

Dans chacune de ces situations, il peut être nécessaire de travailler avec des données linéaires (gamma = 1.0) ou d'utiliser des outils qui travaillent avec des données corrigées du gamma comme ceci :

Lors de l'utilisation de fulla pour corriger l'aberration chromatique et le vignetage, soyez sûr de passer la paramètre -i au gamma de vos images entrantes.

nona, PTStitcher et PTmender acceptent tous un paramètre g (gamma) sur la ligne m, la plupart des interfaces graphiques vous permettent cela aussi.

enblend (y compris la version 3.0) suppose que les données sont entrées avec le gamma corrigé, aussi si vous travaillez avec des données linéaires vous aurez probablement besoin de changer le gamma = 2.2 avant de lancer enblend.

Voir l'article de Helmut Dersch's sur Interpolation and Gamma Correction.

Pour plus de détails voir Wikipédia : Correction gamma et la FAQ Gamma.

HDR

HDR signifie Grande gamme dynamique (high Dynamic Range). Le terme est utilisé pour se référer aux techniques et images qui ont la possibilité de capturer et de reproduire des scènes avec une grande gamme dynamique.

HDR est plus ou moins abusivement employé pour désigner presque tout moyen d'obtenir davantage de détails dans les ombres et/ou les hautes lumières. Pour comprendre comment les techniques ainsi appelées "techniques HDR" fonctionnent, il est important de faire la différence entre les deux limitations qui affectent la gamme dynamique dans la photo et l'image. La première limitation provient de la capture, par exemple l'appareil photo. La seconde vient de l'affichage, par exemple le moniteur ou l'imprimante.

  • Limitation de l'appareil : Les APN standards peuvent capturer au mieux une gamme dynamique de 1000:1, ce qui est beaucoup moins que la gamme dynamique de la plupart des scènes extérieures. Cette limitation est habituellement contournée en prenant plusieurs expositions de la même scène (ceci est l'objet de l'"Automatic Exposure Bracketing"; fonction disponible sur bien des APN)
  • Limitation de l'affichage : Les moniteurs standards ont une gamme dynamique plutôt faible, 100:1 qui n'est même pas suffisant pour afficher correctement les données RAW capturées par un APN standard. Cette limitation est habituellement contournée par le mappage des tons ou par des techniques qui fusionnent directement plusieurs expositions. Cela peut être fait soit manuellement dans Photoshop, semi-manuellement avec des actions de Photoshop (voir Contrast Blending et HDR for Dummy de Jook Leung) ou automatiquement avec des logiciels spécialisés (voir Photomatix, FDRTools ou Pfstool - comparaison sur la compression HDR).

Les deux limitations, de l'APN et de l'affichage, peuvent être surmontées avec un équipement spécial comme les appareils SpheroCam HDR et les afficheurs Brightside HDR. Cependant, un tel équipement reste très onéreux pour le temps d'utilisation.

Les images HDR sont enregistrées dans un format à nombreux bits de profondeur et/ou en virgule flottante. Il y a plusieurs formats HDR parmi eux

  • .hdr format Radiance RGBE
  • .tif TIFF en virgule flottante
  • .pfm Portable floatmap
  • .float Raw binaire et virgule flottante
  • .exr format OpenEXR EXR

L'interface graphique de panorama tools pour Hugin supporte l'assemblage des images à la fois en virgule flottante TIFF et en Radiance RGBE HDR, voir le travail en HDR avec Hugin pour plus de détails. L'outil Enblend supporte aussi la fusion avec des données HDR en virgule flottante TIFF, mais pas encore avec les données RGBE.

Des informations complémentaires peuvent être trouvées sur Wikipédia : imagerie à grande gamme dynamique et sur la FAQ - images HDR

Voir aussi le HDR Software overview

Interpolation

Définition

Pour la création de panoramas les images doivent être modifiées dans leur géométrie, elle doivent être remappées. Puisque le contenu de l'image est rastérisé en pixels, il doit être déplacé vers les lieux des différents pixels. Dans la plupart des cas, un pixel de destination ne correspond pas exactement avec l'endroit du pixel source, il git quelque part entre les deux. Le processus pour choisir la meilleure image entre quelques pixels est appelé interpolation.

Types

Il y a plusieurs types d'interpolation utilisés dans Panotools, du plus rapide mais médiocre au plus lent mais précis. Il existe une comparaison des différentes méthodes par Helmut Dersch. Jim Watters appliqua ces tests à des interpolateurs introduits plus tard et ajouta quelques informations de durée [2]

Problèmes

Aliasing

Si le contenu de l'image est réduit significativement en taille de telle sorte qu'un détail de l'image originale devienne plus petit qu'un pixel dans l'image résultat, un effet appelé aliasing apparaît. Les meilleurs processeurs d'images utilisent un filtre anti-aliasing pour l'éviter. Panotools jusqu'à la version 2.7.0.11 n'utilise pas un tel filtre et ne doit donc pas être utilisé pour diminuer la taille des images. Les versions plus récentes possèdent un filtre anti-aliasing additionnel. Les anciens filtres continuent encore a provoquer de l'aliasing. Voir larticle sur l'aliasing pour plus de détails.

Echos

Bien que les interpolateurs du grand noyau (sinc256 et sinc1024) soient de loin supérieurs, si vous avez des petits détails ordinaires qui ont toutes les chances de causer du moiré avec des interpolateurs moins sophistiqués, il y a des inconvénients à utiliser les versions sinc si vous avez des bords à constraste violent. Ils provoquent un écho à partir du bord dans chaque direction. Les images en exemple ci-dessous (agrandies à 400%) n'ont été interpolées que deux fois, une rotation de 5 degrés vers la gauche et une rotation de 5 degrés vers la droite.

Interpolate_none Originale

Interpolate_poly3 Interpolateur Poly 3

Interpolate_sinc256 Interpolateur Sinc 256

--Erik Krause : 6 Jul 2005 (EDT)

JPEG

JPEG est un format de fichier image pour l'enregistrement et la diffusion des images, particulièrement des photographies. Pour un aperçu technique détaillé, référez vous aux pages JPEG de WikiPedia.

Les fichiers JPEG possèdent une extension .jpg. Si vous ne pouvez pas voir les extensions de fichiers, vous devriez en autoriser l'affichage, sinon vous aurez de grandes difficultés pour éditer et manipuler les fichiers image.

Les appareils photo numériques (APN) sauvegardent typiquement par défaut les photos au format JPEG vu qu'il offre un bon compromis entre la qualité et la taille du fichier pour la plupart des applications. JPEG est aussi un bon format pour fournir des photos sur le Web ou par e-mail.

Problèmes de compression

JPEG est un format de compression avec pertes, cela signifie que beaucoup d'informations imperceptibles à l'œil humain sont perdues. La conversion dans un autre format d'image ne redonnera pas ces données perdues.

Malheureusement cette dégradation peut devenir perceptible si l'image est par la suite modifiée, ainsi si vous essayez de produire un travail de haute qualité, vous pouvez préférer basculer votre APN vers un format sans pertes TIFF, RAW ou DNG à la place.

Il y a un petit nombre de manipulations en JPEG qui peuvent être réalisées sans pertes, telles que le rognage, la rotation (à 90°), l'effacement d'artéfacts de CCD comme les pixels morts (voir Jpegpixi)

Problèmes EXIF

Les APN modernes enregistrent beaucoup d'informations sur une photo (l'heure, données sur l'objectif et l'exposition) à l'intérieur du fichier JPEG sous forme de données EXIF. Si vous rencontrez un problème, une de ces causes peut être responsable :

  • Tourner une photo peut simplement changer l'inscription EXIF de paysage en portrait sans modifier l'image elle-même. L'image résultante peut apparaître tournée ou pas, suivant le logiciel de visualisation.
  • Tourner une photo peut tourner l'image sans modifier les données EXIF, cela peut créer des problèmes quand un outil graphique lit l'angle de champ dans le fichier. Pour éviter cela, utilisez un outil comme photomolo pour effectuer des rotations sans pertes et le laisser remettre les inscriptions EXIF correctement.
  • Ouvriret enregistrer une photo peut annuler toutes les données EXIF, changer pour un autre éditeur d'images.

Problèmes de sous échantillonnage de la couleur

JPEG n'est pas un format de fichier RGB où chacun des trois canaux rouge, vert et bleu sont enregistrés côte à côte. Une image JPEG est typiquement une image monochrome avec deux canaux de couleur de plus basse résolution.

Cela signifie que les applications où l'intégrité de la couleur est importante, comme la correction de l'aberration chromatique, ne conviennent pas à l'utilisation du format JPEG.

Autres limitations JPEG

JPEG ne supporte pas plusieurs calques, les canaux alpha, ni les grandes gammes dynamiques, ce qui signifie qu'il n'est pas très utile non plus pour les travaux en cours. Lors de travail avec de telles données, les formats de fichiers sans pertes sont préférables, tels que PNG, TIFF, PSD ou XCF.

Lacet

Le lacet est la rotation dans le plan horizontal de l'appareil photo.

Si en prenant un panorama, vous tournez l'appareil photo horizontalement (autour d'un axe vertical), vous allez désigner une image comme étant l'ancre, elle sera considérée avoir un lacet = 0. L'angle que fera votre appareil photo par rapport à cette image donnera la valeur du lacet.

Pour un panorama typique de 360°, la différence de lacet d'une image à la suivante peut être estimée en divisant 360 par le nombre d'images.

Modèle de correction d'objectif

Les Panorama Tools possèdent un modèle de correction très flexible qui convient aux erreurs typiques géométriques des objectifs. Même mieux, il peut souvent estimer les paramètres de correction directement depuis les images dans le panorama.

Il y a au total 6 paramètres qui sont concernés par la correction de l'objectif :

  • Premier de tous, l'angle de champ (FoV). Pas exactement une erreur, mais un paramètre qui détermine la distorsion de la perspective de l'image.
  • Les paramètres en cours a, b et c de correction de l'objectif qui sont utilisés pour corriger la distorsion en barrique, la distorsion en coussin et même la distorsion en vaguelettes.
  • Les paramètres de décalage de l'objectif, d et e qui corrigent l'axe optique de l'objectif s'il n'est pas dans le centre de l'image.

Deux paramètres supplémentaires corrigent des erreurs dans les images qui ne sont pas imputables à l'objectif mais à un scanner ou à un appareil photo scanneur par exemple. Ce sont les paramètres de cisaillage f et g.

Angle de champ

La distance focale est une propriété physique de l'objectif. Avec la taille du capteur ou du film et la distance de mise au point, elle permet l'approche de l'angle de champ (il y a d'autres facteurs qui l'influencent). Attention, rogner l'image change l'angle de champ. Si vous avez besoin de rogner vos images sources pour un panorama, rognez les toutes à la même taille.

L'angle de champ considéré avec le type de projection de l'objectif (rectilinéaire, fisheye, ou cylindrique pour les appareils swing lens) détermine la distorsion de la perspective de l'image. Elle est plus faible avec un petit angle de champ. Voir les pages de Helmut Dersch pour plus de détails au sujet des perspectives avec différents grands angles.

Paramètres a, b & c de distortion de l'objectif

Pour une optique d'appareil photo rectilinéaire parfaite, tout ce que vous devez savoir est l'angle de champ. Des résultats parfaits peuvent être obtenus par simple mappage des pixels de l'image vers le plan tangent. Les objectifs réels dévient de cette parfaite projection plane tangente. Les déviations tirent et poussent les points donnés de la scène loin de l'endroit où ils auraient du arriver. Par chance, plutôt que de tirer et pousser arbitrairement, presque toutes les déviations agissent radialement, vers ou en s'éloignant d'un centre commun, et par chance la valeur de la déviation est presque toujours la même pour un rayon donné autour de ce centre. D'où un modèle corrigeant cette déviation basée sur le rayon qui donne de plutôt bons résultats.

Les paramètres a, b et c de distorsion de l'objectif correspondent à une polynomiale du troisième drgré décrivant la distorsion radiale de l'objectif :

formule1

Le point central de ce rayon est l'endroit où l'axe optique touche l'image, normalement le centre de l'image. Normalisé signifie ici que le cercle le plus grand qui s'inscrit complétement dans l'image est dit avoir un rayon=1.0. (en d'autres termes, rayon=1.0 vaut le demi petit coté de l'image). Un objectif parfait devrait avoir a=b=c=0.0 et d=1.0 ce qui s'écrit :

formule2

Quelquefois la formule ci-dessus est écrite :

formule3

ce qui est exactement la même chose.

Les valeurs usuelles pour a, b et c sont inférieures à 1.0, le plus souvent inférieures à 0.01. Des valeurs trop élevées suggèrent que vous avez choisi un mauvais type d'objectif, par exemple un fisheye à la place d'un rectilinéaire ou inversement. Cela se réfère aux valeurs absolues puisque a, b et c peuvent être positifs ou négatifs (par exemple 4.5 et -4.5 sont tous les deux des valeurs élevées).

Le quatrième paramètre (d) n'est disponible que dans le filtre Radial Shift correct des plugins de Panorama Tools. Il contrôle la taille de l'image résultat et est implicitement calculé par pano12 (utilisé par PTOptimizer, PTStitcher et les interfaces graphiques) dans le but de garder la même taille de l'image :

d = 1 - (a+b+c)

Il n'est donc pas disponible dans les différentes interfaces graphiques (vous pouvez le voir dans le script résultat de PTOptimizer)

Malheureusement un paramètre différent aussi appelé d se réfère au décalage de l'image dans les scripts de PTStitcher et PTOptimizer et dans les interfaces graphiques. Cela est quelquefois source de confusion. (voir plus de dicussions ci-dessous).

Cette approche polynomiale n'est jamais exacte, mais peut donner une assez bonne approximation du comportement réel d'un objectif donné. Si vous avez besoin d'une meilleure correction vous devez utiliser une matrice de distorsion, comme utilisé par Distortion Remove (voir lien ci-dessous).

Distortion de l'objectif et fisheyes

A la différence des objectifs rectilinéaires, les fisheyes ne suivent pas la géométrie du plan tangent, mais ont des distorsions intrinsèques conçue pour atteindre de grands angles de champ. Les paramètres de distorsion radiale de l'objectif sont utilisés de la même façon pour les objectifs rectilinéaires et les fisheyes, mais ils ne devraient jamais être utilisés pour tenter de remapper une image fisheye en image rectilinéaire. Ceci est fait en sélectionnant les projections de source et de destination correctes. La géométrie du fisheye suit une fonction trigonométrique a évolution rapide qui peut a peine être approchée par un polynôme du troisième degré.

Pour les fisheyes, les paramètres de correction de l'objectif corrigent la déviation entre un objectif réel et la géométrie idéale du fisheye.

Paramètres d & e de décalage d'objectif ou d'image

Quelquefois l'objectif et le capteur de l'appareil ne sont pas parfaitement centrés l'un par rapport à l'autre. Dans ce cas l'axe optique ne tombe pas sur le centre de l'image. Ceci est particulièrement le cas pour les images scannées pour lesquelles vous ne pouvez jamais dire si le film est centré sur le scan ou pas.

Si l'algorithme de correction de l'objectif ci-dessus est utilisé sur de telles images, à la fois la correction de l'objectif et la correction de la perspective travaillent sur un point de centre erroné. Les paramètres de décalage d'objectif d (décalage horizontal) et e (décalage vertical) compensent ce problème. Ils contiennent des valeurs en pixels qui déterminent de quelle distance, pour la correction radiale, le centre est décalé du centre géométrique de l'image.

Paramètres g & t de cisaillement de l'image

Le cisaillement de l'image n'est pas une distorsion de l'objectif mais néanmoins, il fait partie du modèle de correction de l'objectif de panotools. Il corrige la distorsion introduite par les scanners ou les appareils scanneurs qui provoquent le cisaillement d'une image rectangulaire en forme de parallélogramme (un coté de l'image est décalé parallèlement au coté opposé)

Détermination de la correction de l'objectif

a, b, c et l' angle de champ (FoV) sont des propriétés physiques d'une combinaison objectif/appareil à une distance donnée de mise au point. Si vous photographiez à la même distance de mise au point, par exemple à l'infini ou à la distance hyperfocale, alors vous pouvez en toute sécurité ré-utiliser les paramètres. A différentes distances de mise au point, la FoV changera sensiblement, mais habituellement, il est possible de ré-utiliser a, b et même c.

Il y a plusieurs façons de déterminer les paramètres a, b, c et fov pour une combinaison particulière objectif/appareil :

  • Prendre une seule photo d'un sujet contenant des lignes droites, définir un ou plusieurs jeux de points de contrôle en ligne droite (types t3, t4, etc.), et procéder à l'optimisation pour seulement a, b et c. Vous devez définir le format de sortie en Projection rectilinéaire pour que cette technique fonctionne. Cette méthode est utilisée par l'auteur de PTLens.
  • Prendre deux ou plus photos se superposant et sélectionner beaucoup de points de contrôle ordinaires, et procéder à l'optimisation pour le roulis, le tangage, le lacet, fov, a, b & c. Cette technique fonctionne avec tout format de projection en sortie but exige que les images soient dépourvues de parallaxe, prisent exactement depuis le point Nodal. Remarquez que pour avoir une mesure précise de l'angle de champ, vous devez prendre un panorama complet de 360°.
  • Utiliser un outil comme PTLens or clens pour lire les données JPEG EXIF et corriger l'image automatiquement en recherchant l'objectif dans une base de données existante.

Optimisation de la correction de l'objectif

Si vous optimisez la correction de l'objectif dans le but de le calibrer, vous devez garder certaines vérités à l'esprit :

Puisque les paramètres de correction de l'objectif sont déterminés en évaluant la distorsion à différentes valeurs du rayon, vous devez choisir suffisamment de points de contrôle pour un grand nombre de rayons s'élargissant depuis le centre de l'image.

  • Si vous utilisez un motif rectangulaire ou des lignes droites pour cette tâche, assurez vous de choisir des points de contrôle à toutes distances depuis le centre.
  • Si vous utilisez deux images ou plus, assurez vous que les zones en superposition présentent d'un coté un fort potentiel de distorsion (par exemple, les angles) et de l'autre un faible potentiel de distorsion (par exemple, le centre). Une superposition seulement horizontale pourrait faire, mais elle doit être d'au moins 50% afin de superposer le centre d'une image avec le bord de l'autre.

Les paramètres a, b et c influencent l'angle de champ, plus particulièrement pour les photos orientées en paysage et très peu pour l'orientation en portrait. Ceci car bien que le calcul implicite du quatrième paramètre polynomial essaye de conserver l'image à la même taille, c'est seulement possible pour le rayon r_src = 1.0.

A l'extérieur de ce rayon, plus particulièrement dans les angles de l'image, la taille et donc l'angle de champ peut différer. Puisqu'ils sont interconnectés de cette manière, vous devez toujours optimiser aussi l'angle de champ si vous optimisez a, b et c avec plus d'une image. (vous ne pouvez pas optimiser l'angle de champ avec une seule image). Comme remarqué ci-dessus vous avez besoin d'un panorama complet de 360° pour obtenir une mesure précise de l'angle de champ.

Les paramètres a, et c contrôlent des formes de distorsion plus complexes. Dans la plupart des cas il sera suffisant d'optimiser le paramètre b seulement, ce qui est satisfaisant pour la correction de la distorsion en barrique et de la distorsion en coussin.

Si vous désirez voir comment modifier les paramètres influence la correction de la distorsion, allez sur http://www.4pi.org/downloads/ et procurez vous abc.xls. Ne désactivez pas les macros au chargement.

Voir aussi la page sur la distorsion en barrique de Helmut Dersch.

Il y a ici un excellent tutoriel sur comment optimiser par John Houghton

Outils pour corriger la déformation en barrique et en coussin

  • PTStitcher peut être inséré dans un script pour traiter des images par lots avec des paramètres a, b & c connus. Il peut aussi être mis en oeuvre avec l'une des interfaces graphiques
  • Nona ou nona_gui (toutes les deux appartenant à la distribution Hugin] peuvent être utilisées de la même façon que PTStitcher.
  • Le filtre Décalage Radial Correct dans les Panorama Tools Plugins pour Gimp ou Photoshop utilise les mêmes paramètres a, b & c que PTStitcher. Remarquez qu'il ne connait pas les paramètres de décalage d & e et utilise d à la place comme un facteur d'échelle global, qui devrait être d = 1-(a+b+c) pour conserver grossièrement à l'image la même taille. Si vous devez décaler le centre comme avec les paramètres d & e vous devez les combiner avec le décalage vertical et/ou le décalage horizontal
  • PTLens est un plugin pour Photoshop et un outil autonome pour Windows qui utilise les mêmes paramètres a, b & c et est livré avec une base de données d'objectifs répandus.
  • PTShift détermine des paramètres a, b & c différents pour les trois canaux de couleurs dans le but de corriger l'aberration chromatique avec le Décalage Radial Correct
  • Le plugin grand angle de Gimp utilise une formule complètement différente pour corriger la distorsion.
  • Le plugin phfluuh de Gimp est un autre outil qui corrige la distorsion de l'objectif en utilisant une autre formule.
  • CamChecker est un outil pour déterminer automatiquement la distorsion de l'objectif et générer un jeu tout différent de paramètres.
  • zhang_undistort est un outil distribué avec Hugin qui utilise les paramètres de CamChecker pour corriger la distorsion.

Nadir

Le nadir est le point directement sous la personne qui regarde ou sous l'appareil photo (soit un tangage de -90° dans PanoTools). Le point opposé (au-dessus) est appelé zénith et a un tangage de +90°. L'horizon ou équateur est entre les deux et a un tangage de 0°.

Le nadir s'étend sous forme d'une ligne dans une projection équirectangulaire, rendant sont édition difficile directement. Cependant, une vue [[#Projection rectilinéaire|rectilinéaire] peut être extraite pour édition.

Le nadir donne en général plus de problèmes que le zénith car soit il y a un tripode qui gêne, soit il y a des erreurs de parallaxe à modifier. Les objets au nadir tendent à être plus près de l'objectif et donc les erreurs dans les paramètres seront plus visibles dans cette partie de l'image. Une méthode pour résoudre ce problème est d'utiliser des têtes de trépied

articles liés (en anglais)

Nona

Nona est une alternative en ligne de commande de PTStitcher et fait partie de Hugin. Il existe une version graphique nona_gui qui propose les mêmes boites de dialogue que les versions de PTStitcher pour Windows/Mac.

De même que PTStitcher et PTmender, nona réalise des distorsions géométriques et photométriques sur les photos et écrit le résultat sur des fichiers images. Les paramètres sont spécifiés dans un fichier projet .pto, Nona ne décide pas de ce que seront les distorsions, il ne fait que le remapping du traitement d'assemblage.

Avantages

  • à la différence de PTStitcher, le code source de nona est entièrement disponible, cela signifie qu'il peut être utilisé sur beaucoup plus de plateformes telles que OS X, Linux x86_64, linux powerpc, Solaris et IRIX.
  • lors de l'utilisation des TIFF recadrés en sortie, Nona ne réalise pas d'importants calculs de transformation sur des zones inutilisées des images de sortie. Pour les panoramas comprenant beaucoup de photos sources ceci peut accélérer grandement le prcessus.
  • Nona traite le vignetage, la balance des blancs, la luminosité et la courbe de réponse de l'appareil photo au niveau de l'assemblage.
  • Les traitements 'multi-threadés' utilisent autant de CPUs que de disponibles.
  • Nona supporte les images HDR en entrée et en sortie.HDR
  • Nona peut fusionner des images brackétées en faible gamme dynamique 8 bits vers une sortie HDR.

Désavantages

(Note: ceci est la situation en mai 2007, veuillez corriger cette page si vous connaissez des modifications)

  • les points de contrôle Morph to fit ne sont pas supportés
  • il ne supporte pas encore l'option transformation rapide ajoutée à pano12 par Fulvio Senore
  • il ne supporte pas les filtres anti-aliasing adaptatifs filtersize ajoputés à pano12-2.7.0.11

Parallaxe

Introduction

Parallax demo © Bernhard Vogl (l'animation GIF doit être activée)

Si vous prenez en photo la même scène depuis deux points de vue légèrement différents, l'avant plan sera décalé par rapport à l'arrière plan, comme dans l'exemple de cette image.

Le parallaxe apparait en photographie panoramique si l'appareil et l'objectif ne sont pas pivotés autour de la pupille d'entrée de l'objectif. Une différence causée par le parallaxe sera visible dans la partie en recouvrement de deux photos adjacentes.

Les erreurs de parallaxe sont quelquefois très difficiles à retoucher, puisque des détails nécessaires de l'arrière plan peuvent être masqués par des détails de l'avant plan. Une façon pratique de remédier à ces erreurs est "d'inventer" quelques détails d'arrière plan.

Calculs

Le parallaxe dépend de la distance de l'objet d, du déplacement du point nodal r, et du demi angle de rotation entre deux photos, le désaxage alpha. D'où le demi angle de parallaxe, béta sera :

Formule4

Puisque d, habituellement est beaucoup plus grand que r, ceci peut être simplifié par :

Formule5

Béta s'applique aux deux images qui se chevauchent dans des directions opposées, il faut donc doubler la valeur pour obtenir l'erreur de parallaxe réelle. Maintenant l'erreur maximum en pixel pour le panorama prêt à être assemblé peut être calcculée : pour un panorama de 360° (et béta en degrés) ceci est simplement :

Formule6

Exemples

Si vous prenez 4 photos sur un tour autour de vous, alpha est de 45°. Soit un objet à 1 m. de l'objectif, le parallaxe maximum (par rapport à l'infini) sera pour un déplacement r du point sans parallaxe :

rlargeur de 8000 pxlargeur de 12000 px
1mm1.8px2.7px
5mm9px14px
10mm18px27px
20mm37px55px

Si vous prenez 6 photos sur un tour autour de vous, alpha est de 30°. Soit un objet à 2 m. de l'objectif, le parallaxe maximum (par rapport à l'infini) sera pour un déplacement r du point sans parallaxe :

rlargeur de 8000 pxlargeur de 12000 px
1mm0.6px1px
5mm3.2px4.8px
10mm6.4px9.6px
20mm13px19px

Voir aussi (en anglais)

Gamme dynamique

La gamme dynamique d'une scène, d'une photographie ou d'un panorama se réfère au ratio entre les parties les plus brillantes et les plus sombres de l'image, qui est en cours de capture ou d'observation. Un problème classique pour la réalisation de panorama est la grande étendue de niveaux de luminosité rencontrés dans bien des scènes, par exemple depuis la plus profonde des ombres sous un rocher jusqu'au soleil en direct. Une seule exposition ne peut absolument pas révéler les détails dans les ombres et éviter la saturation dans les hautes lumières.

Pour comprendre pourquoi la gamme dynamique est un tel défi en photographie panoramique, il est intéressant de comprendre comment le système visuel et le cerveau humain gèrent la plage naturelle des luminosités rencontrée dans le monde. Les scènes naturelles typiques ont une gamme dynamique qui s'étend sur environ 18 indexes (par exemple doublée 18 fois), et l'œil humain, pour une seule dilatation de pupille, peut apprécier environ 17 indexes (bien adapté aux scènes naturelles typiques, éclairées par le soleil, pas par accident !). Quand vous acceptez l'accommodation de la vision humaine aux conditions d'éclairage, le système visuel et le cerveau peuvent apprécier environ 30 indexes de la gamme dynamique (un facteur de 1 milliard à 1 !), depuis l'étoile la plus ténue au plein soleil.

Par contraste, l'appareil photo et les systèmes d'affichage, offrent moins, beaucoup moins d'étendue de la gamme dynamique. Les bons appareils photos numériques (APN) ne peuvent offrir que 10 indexes de la gamme dynamique (de 1000 à 1). La plupart des gammes dynamiques fournies sont bien en-dessous (voir ici). Utiliser un APN en mode RAW donne davantage le contrôle pour mapper la tonalité de la gamme dynamique enregistrée par le capteur, ce qui peut étendre la page de 1 à 1,5 index au plus. Voir extraction de la gamme dynamique RAW pour plus de détails.

Nous en sommes toujours à un facteur de ~ 500 fois moins de ce qui est présent dans les scènes typiques éclairées par le soleil, et même cela, est rarement atteint en pratique (Voir ici). Les appareils à film offrent une gamme dynamique plus large au prix d'une atténuation non linéaire dans les ombres et les hautes lumières. Certains APN utilisent des courbes de transfert numériques pour approcher cela, et certains appareils (Voir ici) ont des capteurs CCD spéciaux pour élargir la gamme dynamique encore plus loin. Le problème est encore pire lors de la considération des systèmes d'affichage. Les écrans de bureau typiques offrent environ 7 à 8 indexes de contraste (de 100 à 1), les TV plasma haut de gamme offrent 10 indexes (de 1200 à 1).

Ceci vous donne l'étendue du problème, et illustre avec force pourquoi il est si difficile d'obtenir des photos de clair de lune réalistes ou d'autres scènes à haut contraste qui sont si faciles à admirer en utilisant nos yeux, mais si difficiles à capturer avec les techniques photographiques.

Il y a plusieurs méthodes pour appréhender les grandes gammes dynamiques, y compris prendre une série de photos avec différentes expositions, et ensuite en les combinant numériquement (voir Fusion du contraste) en utilisant 16 bits par canal de couleur (en général un Full 16 bit workflow) pour viser la plage limitée de l'appareil de sortie (imprimante ou écran). Il existe aussi plusieurs algorithmes interessants de compression automatique de la plage qui ont été proposés (voir Gradient Domain High Dynamic Range Compression).

Photoshop CS2 possède maintenant une fonction interne merge to HDR, qui peut assembler des séries de photos brackettées en une vraie image HDR. Il existe un bon tutoriel par Brian Greenstone sur comment l'utiliser, et une comparaison de deux plugins qui tentent de compresser une image HDR ici.

PNG

Le format d'image Portable Network Graphics est un format répandu et libre utilisé pour enregistrer et diffuser des images numériques en mode point de toutes sortes. Pour plus d'informations générales, voir la page PNG de Wikipedia

PNG fut créé à l'origine en raison des défauts et problèmes de droits avec le format très répandu GIF. Il utilise une compression sans pertes et supporte plusieurs nombre de bit de profondeur et la transparence du canal alpha. Il compresse souvent mieux que les différentes compressions [[#TIFF|TIFF]. Cependant, il n'est pas très bien supporté par Photoshop (vous avez besoin d'un plugin pour en supporter toutes les nuances).

Ce n'est que depuis récemment que PNG supporte correctement pano12, la bibliothèque noyau de Panorama tools.

Points de contrôle

La plupart des techniques pour aligner des photos implique des points de contrôle à un moment ou à un autre.

Le principe est qu'à partir de l'identification de certain détails (une porte, un arbre, n'importe quoi) identiques dans plusieurs photos, il est possible d'établir mathématiquement des relations au sujet des orientations de l'appareil photo. La bibliothèque pano12 contient un programme appelé PTOptimizer qui fait ce travail.

Chacun de ces détails du monde réél est défini par une paire de points de contrôle. Habituellement, deux paires de points de contrôle sont suffisantes pour simplement aligner une photo contre une autre, et davantage de photos nécessitent plus de paires. Ce processus d'alignement est appelé optimisation des points de contrôle.

En faisant cela, les roulis, tangage, lacet et souvent l'angle de champ et autres aspects du modèle de correction d'objectif sont optimisés en même temps,.

Les points de contrôle peuvent être sélectionnés manuellement en cliquant avec la souris, et il existe nombre d'interfaces graphiques pour vous y aider. Il y a d'autres outils tels que autopano-sift et autopano qui peuvent générer des points de contrôle automatiquement avec quelques limitations.

En plus de ces simples points de contrôle, PTOptimizer permet à l'utilisateur de définir des points de contrôle horizontaux, verticaux et alignés. Ils ont des usages différents, mains globalement ils sont efficaces pour redresser un panorama terminé et corriger une perspective.

Note historique

Avant PTPicker, les interfaces graphiques et autopano/autopano-sift, les points de contrôle étaient établis en coupant et collant les drapeaux ci-dessous dans les photos source. Vous étiez autorisé d'avoir jusqu'à 20 paires de points et 20 images. Panorama tools lisait les codes barre incorporés dans les drapeaux et généré un script pour PTOptimizer.

Cette fonctionnalité est toujours disponible dans le menu Ajuster du plug-in Gimp de Panorama, cependant la technique est extrêmement laborieuse et vraiment pas recommandée.

Flags

Points de contrôle alignés

L'optimiser de panorama tools utilise plusieurs schémas pour aligner les photos en utilisant les points de contrôle : Les points normaux sont des points t0, les points de contrôle horizontaux sont des points t1 et les points de contrôle verticaux sont des points t2.

Les Points de contrôle alignés furent ajoutés plus tard et ont un effet similaire aux points de contrôle horizontaux et verticaux, exepté que la l'alignement peut être à n'importe quel angle. Ils ont deux usages principaux : Aligner des détails linéaires qui n'ont pas de détail identifiable, tels que les bords d'une salle ou des câbles aériens; et calibrer la distorsion de l'objectif en utilisant une unique photo rectilinéaire d'une grille ou d'un building.

Bien que deux points soient suffisants pour définir une ligne horizontale ou verticale, davantage sont nécessaires pour les lignes avec une quelconque inclinaison. Puisque le format de script ne supporte que des paires de points, une ligne droite est généralement définie par quatre, six ou huit etc. points de contrôle.

Certaines interfaces graphiques supportent le placement de ces points de contrôle alignés, voir ce tutoriel sur la correction de la distorsion de l'objectif avec ptgui.

D'un autre coté, si vous éditez un script PTOptimizer et réalisez plus d'une paire de points t3 existants, alors l'optimiser essayera de les aligner en ligne droite dans l'image de sortie. Vous pouvez continuer, avec t4, t5 etc. pour chaque groupe de points que vous désirez en différentes 'lignes droites'

Points de contrôle horizontaux

L'optimiser de panorama tools utilise plusieurs schémas pour aligner les photos en utilisant les points de contrôle : Les points normaux sont des points t0, les points de contrôle horizontaux sont des points t1 et les points de contrôle verticaux sont des points t2.

L'utilisation principale des points contrôle horizontaux est de changer la perspective du panorama final de telle sorte que les structures marquées soient horizontale dans la projection finale. Dans un panorama multi images cela n'est possible que si l'optimisation du roulis et du tangage est permise pour toutes les images et l'optimisation du lacet pour toutes sauf l'ancre.

Vous mettez des points de contrôle horizontaux sur une structure horizontale écartés l'un de l'autre. Cependant, attention, dans un panorama cylindrique ou équirectangulaire de ne pas les placer à 180° l'un de l'autre, puisque cela ne définirai pas l'horizon.

Veuillez noter que toutes les lignes horizontales du monde réel ne restent horizontales que dans une projection rectilinéaire. Dans les projections cylindriques, équirectangulaires et fisheye, seul l'horizon lui-même reste horizontal.

Plus de détails dans Correction de perspective et dans Panotools internals

Points de contrôle verticaux

L'optimiser de panorama tools utilise plusieurs schémas pour aligner les photos en utilisant les points de contrôle : Les points normaux sont des points t0, les points de contrôle horizontaux sont des points t1 et les points de contrôle verticaux sont des points t2.

L'utilisation principale des points contrôle verticaux est de changer la perspective du panorama final de telle sorte que les structures marquées soient verticales dans la projection finale. Dans un panorama multi images cela n'est possible que si l'optimisation du roulis et du tangage est permise pour toutes les images et l'optimisation du lacet pour toutes sauf l'ancre.

Vous mettez des points de contrôle verticaux sur une structure verticale aussi écartés l'un de l'autre que possible

Veuillez noter que toutes les lignes verticales du monde réel ne restent verticales que dans une projection rectilinéaire, cylindrique, ou équirectangulaire . Dans les projections fisheye, seule la verticale qui traverse le centre de l'image reste verticale.

Plus de détails dans Correction de perspective et dans Panotools internals, un tutoriel utilisant des points de contrôle verticaux : redresser un panorama terminé.

Profil de couleurs

Les profiles de couleur décrivent les attributs de couleur d'un périphérique particulier ou d'un équipement d'affichage en définissant le mappage depuis la source ou un espace colorimétrique cible vers un espace de connexion du profile commun.

Voir le profile ICC et la gestion de couleurs sur Wikipedia pour plus d'informations.

Projections

Représenter une vue sphérique du monde sur un écran d'ordinateur ou une impression plats, nécessite une méthode de mappage depuis la scène sur une sphère 3D, dans laquelle l'appareil photo et l'écran sont incorporés, vers le média en 2D sur lequel elle est reproduite. Les techniques utilisées pour le mappage, sont exactement du même type que celles utilisées depuis longtemps par les fabricants de cartes pour projeter le globe entier, ou des portions, sur des cartes en 2D. Il n'existe pas une seule, unique projection pour représenter des portions du globe. Toutes les projections ont leurs caractéristiques et limitations. Il y a plusieurs classes de projections utilisées pour divers usages (par exemple Mathworld's Projection Page) mais seulement quelques unes sont traditionnellement utilisées pour les images panoramiques.

À noter !
Si vous cherchez une projection unique capable de mapper un panorama sphérique (même partiel) sur une surface plane sans courber les lignes : Cela ne marchera pas !

Ce lien explique bien pourquoi c'est impossible : http://www.progonos.com/furuti/MapProj/Normal/CartDef/MapDef/mapDef.html (en anglais)

Quelques unes des projections les plus courantes pour les images panoramiques sont :


Les projections cylindriques

Les projections cylindriques rassemblent les cartes mondiales rectangulaires classiques. L'angle de champ horizontal est tout ce qui est inférieur à 360°, la distance horizontale est proportionnelle au déplacement panoramique ou angle de lacet, la distance verticale est relative à l'angle au-dessus ou au-dessous de l'horizon.


La projection cylindrique
projection cylindrique h360° v120°

Ceci est la projection la plus utilisée pour les panoramas imprimés ayant une vaste étendue de longitude (>120 degrés). Elle peut se concevoir en imaginant enrouler un morceau de papier plat autour de la sphère, tangent à l'équateur, et en projetant une lumière vers l'extérieur depuis le centre de la sphère. Une vaste étendue de longitude, jusqu'à 360°, peut être représentée avec une projection cylindrique, mais près des pôles, l'image devient très déformée, aussi, une étendue complète de la latitude n'est pas possible.


Voir la projection cylindrique pour plus de détails.

La projection de Mercator
projection de Mercator h360° v140°


La projection de Mercator est une autre projection conforme, dérivée de la projection cylindrique. Elle présente une distorsion moins prononcée que la projection cylindrique ou la projection équirectangulaire qui est très ressemblante par ailleurs.


Voir la page de mathworld pour plus de détails

La projection de Miller
h360° v147°


Miller est similaire à la projection de Mercator mais avec une compression légèrement supérieure en haut et en bas de l'image, cette distortion est moins prononcée que pour la projection équirectangulaire en faisant un bon choix pour l'impression.


La projection équirectangulaire
projection équirectilinéaire h360° v380°


Aussi appelée la "non-projection", c'est une représentation de la sphère qui mappe la longitude directement sur la coordonnée horizontale, et la latitude sur la coordonnée verticale. Cette projection est souvent utilisée pour les images sources dans les afficheurs de panoramas comme PTViewer.




Voir la projection équirectangulaire pour plus de détails.



Projection à développement cylindrique équivalent de Lambert

(NdT : Aussi appelée isocylindrique)

h360° v180°

Cette projection est 'équivalente', la rendant très compacte et adaptée pour les usages où la distorsion n'est pas importante, similaire à la projection sinusoidale.

Les projections azimutales

Les projections azimutales possèdent une symétrie de révolution autour du centre de l'image, c'est le genre d'image produit par les différents types d'objectifs d'appareils photo.



La projection rectilinéaire
projection rectilinéaire h110° v110°


Ceci est une projection fondamentale qui peut se concevoir en imaginant une feuille de papier plane placée tangente à la sphère et en projetant une lumière depuis le centre vers l'extérieur. Evidemment, on ne peut représenter plus de 180° de longitude avec cette projection (exactement 180° nécessiterait une image de largeur infinie), et en pratique, beaucoup moins.



La plupart des appareil photo non fisheyes produisent des images quasi rectilinéaires dans leur angle de champ (bien qu'avec des taux variables de distorsion inévitable). La projection rectilinéaire est souvent utilisée pour l'impression de panoramas qui couvrent moins de 120° de longitude, puisque les lignes droites sont préservées.



Voir la projection rectilinéaire pour plus de détails.

La projection stéréographique
projection stéréographique h180° v180°


La projection stéréographique est une projection conforme dérivée de la projection fisheye où la distance depuis le centre n'est pas équivalente à l'angle spatial.



Elle est mieux adaptée pour les utilisations imprimées ou à l'écran.



La projection stéréographique est limitée en horizontal (et vertical) à un angle maximum de 360°, les images de plus de 330° sont charmantes mais pas très exploitables.


La projection fisheye
projection fisheye h180° v180°




Dans une projection fisheye, la distance depuis le centre de l'image à un point est proportionnel à l'angle spatial équivalent.



La projection 'equisolid'

(NdT : Je ne connais pas de traduction à ce terme)



h360° v360°


Cela ressemble beaucoup à une photo dans un miroir sphérique. Les traits de la projection sont 'équivalents', la rendant adaptée pour des applications où la distortion n'est pas très importante.



La projection 'equisolid' est semble t-il la même que la projection cartographique à développement azimutal équivalent de Lambert.

la projection orthographique
h180° v180°




C'est la vue d'une sphère, avec un panorama mappé vers l'extérieur, vu depuis une grande distance.

Autres projections

La projection cubique
projection cubique h90° v90° par face de cube



Techniquement, un sous-cas de la projection rectilinéaire, La projection cubique est utilisée comme source de projection pour des panoramas pleinement sphériques de Quicktime VR.





Voir la projection cubique pour plus de détails.



La projection sinusoïdale
projection sinusoidale h360° v180°



La projection sinusoïdale est une projection d'aire égale qui la rend adaptée pour la transmission d'images sphériques, comme supporté par visualiseur DevalVR.

La projection de Mercator transversale
projection de Mercator transversale h147° v360°



c'est une projection de Mercator tournée de 90°, adaptée à une longue image verticale.




La projection de Mercator transversale est limitée à un angle maximum horizontal de 180°, bien qu'en pratique, les images au-delà de 150° ne sont pas exploitables.



La projection de Pannini
h180° v90°




Aussi connue sous les noms de 'Recti-Perspective', 'Panini' ou 'Vedutismo'.



Cette projection conserve les verticales verticales et les droites radiales rectilignes. La distorsion le long de l'horizon est identique à la projection stéréographique et la distorsion verticale est similaire à la projection rectilinéaire.

La projection de Pannini équirectangulaire
h180° v110°



Elle est similaire à la projection de Pannini sauf que les droites radiales ne sont pas strictement rectilignes, la projection apparaît moins déformée dans certaines conditions.

La projection architecturale
h360° v152°



C'est une projection de Miller au-dessus de l'horizon et une projection à développement cylindrique équivalent de Lambert en-dessous.



Convient pour des scènes où le sol n'est pas intéressant.

Liens externes

Introduction http://pt2009.panobotics.de/index.php?id=163
Discussion #1 par Markus http://pt2009.panobotics.de/index.php?id=164
Discussion #2 par Jürgen http://pt2009.panobotics.de/index.php?id=165

Projection cylindrique

Big_ben_cylindrical


Une projection cylindrique est un type de projection pour mapper une portion de surface sphérique vers une image plate. Elle peut de concevoir en imaginant enrouler un morceau de papier plat autour de la sphère, tangent à l'équateur. En éclairant depuis le centre de la sphère, on projette la surface sphérique sur la feuille de papier.

En imagerie panoramique, la projection cylindrique est le plus souvent utilisée pour l'impression de larges panoramas qui s'étendent sur une longitude importante (>120 degrés). Comme pour la projection équirectangulaire, la projection cylindrique conserve les verticales, mais elle ne peut pas représenter la proximité des pôles (nadir et zénith) qui sont déformés et étirés de plus en plus loin jusqu'à l'infini. Elle peut cependant être utilisée pour afficher plus de 360 degrés horizontalement : les appareils photo scanneurs enregistrent souvent un peu plus que 360 degrés, ainsi la région de recouvrement reste facile à assembler si la lumière change ou quelque chose bouge dans la zone. Des multiples de 360 degrés peuvent en général montrer un sujet changeant comme les différentes saisons.

Les lignes droites non verticales en réalité deviennent incurvées (sauf l'horizon). L'horizon est mappé en une ligne droite qui traverse le milieu de l'image. Bien sur, cela n'est vrai que si l'axe de rotation de l'appareil photo était parfaitement vertical. Sinon, l'horizon est courbe.

La projection cylindrique est le format de sortie natif pour un appareil photo panoramique rotatif (scanneur, comme panoscan, spheron et autres) avec un objectif rectilinéaire, ou pour un appareil swing lens (Horizon, Noblex...)

D'autres formes de projections cylindriques pouvant représenter les pôles, telles que la projection Mercator répandue dans la fabrication des cartes, ne sont pas très utilisées en imagerie panoramique.

Liens externes

Projection équirectangulaire

Big ben equirectangular

Description

C'est un type de projection pour mapper une portion de sphère sur une image platte. Aussi appelée la "non-projection", ou plate carre puisque la coordonnée horizontale est simplement la longitude, et la coordonnée verticale est simplement la latitude, sans appliquer de transformation ni de changement d'échelle. La projection équirectangulaire fut utilisée en fabrication de cartes depuis son invention aux environs de 100 après J.C. par Marinus de Tyre. Voir Mathworld's page] pour plus d'informations sur cette projection d'un point de vue mathématique.

Dans une image panoramique équirectangulaire toutes les verticales restent des verticales, et l'horizon devient une ligne droite qui traverse le milieu de l'image. Les coordonnées dans l'image sont linéairement dépendantes des angles de dévviation panoramique et d'inclinaison dans la réalité. Les pôles (zénith et nadir) sont placés sur les bords haut et bas et sont étirés jusqu'à la largeur totale de l'image. Les zones près des pôles sont allongées horizontalement.

La projection équirectangulaire est le format de sortie par défaut pour un appareil photo panoramique rotatif (scanneur) équipé d'un objectif fisheye, 180° donnant une sphère complète de 360°. Les appareils photo scanneurs couvrent quelques fois plus d'un tour de 360° mais le logiciel souvent considère que les images équirectangulaires couvrent 360° horizontalement et 180° verticalement, donc, assurez vous que votre image équirectangulaire possède bien un ratio de 2:1. regardez le nombre de pixels, un fichier de 1650 x 824 pixels est trop petit d'un pixel en largeur, créant la confusion de certaines applications.

La projection équirectangulaire est souvent utilisée comme projection type d'images sources par les visualiseurs de panoramas sphériques, y compris PTViewer. L'autre possibilité est la projection cubique.

Problèmes courants

Retouche

Les régions polaires des images équirectangulaires sont très déformées, rendant la retouche de ces régions très difficile. quelques astuces sont données dans le tutoriel Aperçu de l'édition des zénith et nadir.

Fusion

Il y a des problèmes de signalés avec la fusion automatique des joints près des pôles. Aucun des outils qui réalisent la fusion tels que PTStitcher, Enblend ou SmartBlend ne fusionnent les images équirectangulaires différemment des autres types de projection.

Aussi, si vous constatez que des joints sont très proches du zénith ou du nadir, il se peut que vous soyez obligé d'assembler entièrement la scène dans une orientation différente pour obtenir de bons résultats.

Contraste

Il y a des problèmes rencontrés avec des outils de correction locale du contraste qui produisent des drôles d'effets près des pôles. La solution est soit d'utiliser un correcteur général du contraste soit de retoucher le zénith et le nadir manuellement.

Echelle

Les images équirectangulaires ont un grand nombre de données redondantes près des pôles car ils sont étirés dans la direction de la 'latitude'. Lors du rétrécissement d'une image dans un éditeur tel que Photoshop ou the gimp, la résolution de l'image est diminuée comme souhaité, excepté près des pôles

Cela peut causer d'étranges artéfacts radiaux lors de la visualisation ultérieure. La solution est de toujours choisir une projection moins déformante comme la projection cubique avant un changement d'échelle, un floutage ou une augmentation de la netteté. Revenir ensuite à la projection précédente si nécessaire

Projection fisheye

Projection fisheye circulaire. Avec la permission de Ben Kreunen
Projection fisheye plein cadre. Avec la permission de Ben Kreunen

Ceci est une catégorie de projections pour mapper une portion de surface sphérique sur une image plane; typiquement un film d'appareil photo ou un détecteur plan. Dans une projection fisheye la distance depuis le centre de l'image à un point est presque proportionnelle à l'angle réel de séparation.

On peut communément distinguer deux sortes de fisheyes : les fisheyes circulaires et les fisheyes plein cadre. Cependant les deux suivent la même géométrie de projection. La seule différence tient à l'angle de champ : pour un fisheye circulaire, l'image circulaire tient (plus ou moins) complètement dans le cadre de la photo, laissant des zones en blanc dans les coins; pour le fisheye plein cadre, le cadre de l'image est débordé par l'image circulaire du fiseye, ne laissant pas de zones en blanc sur le film ou le détecteur. Un fisheye circulaire peut être rendu plein cadre si vous l'utilisez avec un capteur/film de taille plus petite (et vice versa), ou en zoomant avec un adaptateur fisheye monté sur un objectif zoom.

Il n'existe pas une seule projection fisheye, mais il y a une classe de transformations de la projection toutes considérées comme du fisheye par divers fabricants d'objectifs, avec des noms comme projection d'angle equisolid, ou equidistance fisheye. Les projections sphériques traditionnelles qui mappent vers des images circulaires sont moins communes, comme les projections orthographiques (objectifs souvent désignés par OP) ou stéréographiques. Heureusement, la plupart de ces projections peuvent être traitées de façon simple. Les explications suivantes sont extraites d'un post de Helmut Dersch (lien vers l'original ci-dessous) :

Théta est l'angle entre le point dans la réalité et l'axe optique, qui va depuis le centre de l'image vers le centre de l'objectif.

La distance focale f des objectifs fisheye usuels est en relation assez simple avec théta et la position radiale R d'un point de l'image sur le film ou le capteur :

R = 2 x f x sin(théta/2)

Ainsi pour 90°, qui serait le théta maximum d'un objectif ayant 180° d'angle de champ, f=8mm, vous obtenez R = 11.3mm, qui est le rayon de l'image circulaire.

Ce modèle de projection s'applique au Nikon 8mm et au Sigma 8mm (pour qui en fait f=7.8mm). Ceci est aussi ce que cous obtenez quand vous regardez dans un miroir convexe.

Des objectifs Nikon plus anciens (par ex le 7.5mm) essayent d'approcher un mappage linéaire (théta en radians)

R = f x théta

et y parviennent plus ou moins.

Pour la plupart des applications pratiques, vous ne cerez pas un grosse différence entre les deux.

Btw, un objectif rectilinéaire a un mappage de :

R = f x tan(theta),

Nous pouvons supposer que la plupart des nouveaux fisheyes suivront le premier schéma de mappage.

Le texte complet du courrier peut être trouvé dans la page de W.J. Markerink au sujet de l'analyse du fisheye.

Plus d'informations sur les fisheyes et leurs distortions sur Bob Atkins Photography

Projection rectilinéaire

Big_ben_rectilinear

Rectilinéaire est un type de projection pour mapper une portion de surface sphérique sur une image plate. Elle est aussi appelée projection "gnomic", "gnomonic" ou "tangente-plane", et peut se concevoir en imaginant une feuille de papier plate placée tangente en un point à la sphère, et cette feuille est éclairée avec une lumière qui vient du centre de la sphère. La page de Mathworld donne un exemple et décrit les lois mathématiques sous-jacentes à cette projection.

C'est une projection fondamentale en imagerie panoramique, parce que les objectifs d'appareils plus ordinaires (non-fisheye) produisent une image très proche d'être rectilinéaire dans la totalité de leur angle de champ. Les sténopés, en fait, fournissent exactement une projection "tangente-plane" de la sphère sur leur détecteurs plans, et des systèmes d'imagerie plus simples (parmi eux, les appareils photo grands public avec des objectifs non fisheye) en sont une bonne approximation. Par conséquent, c'est la projection d'image source la plus commune pour des panoramas partiels.

La projection rectilinéaire possède aussi la propriété fondamentale de mapper les lignes droites de l'espace réel en 3D en lignes droites dans l'image projetée. Cette propriété rend l'image rectilinéaire très pratique pour les panoramas imprimés qui ne couvrent pas une trop grande étendue de longitude ou latitude (soit <120 degrés). Beaucoup de visualiseurs de panoramas qui ne montrent qu'une portion de la scène à la fois, le font en utilisant la projection rectilinéaire (indépendamment de quelle nature était la projection de la sphère complète de l'image source)

La projection cubique est un sous-cas spécial de la projection rectilinéaire, dans laquelle des sub-projections rectilinéaires de 90° par 90° sont faites sur les 6 faces d'un cube.

RGBE

Radiance RGBE est un format d'image HDR inventé par Greg Ward Larson pour son logiciel de rendu Radiance. L'extension du fichier est habituellement .hdr. Il enregistre les pixels somme forme d'un octet RGB (rouge, vert et bleu) avec un octet partagé d'exposant. Ainsi, il stocke 4 octets par pixel, et la gamme dynamique couvre 80 décades.

Roulis

Le roulis est l'angle de rotation de l'appareil photo autour de son axe optique.

Si votre appareil n'est pas de niveau, cela peut concerner deux directions :

  • l'image est inclinée vers le haut ou le bas, provoquant une valeur de tangage différente de 0,0
  • l'image est tournée de sorte que l'horizon n'est pas horizontal si elle est tenue droite, provoquant une valeur de roulis différente de 0,0

Smartblend

Smartblend est une application de raccordement d'images sans joint par Michael Norel. Il peut être contacté à minorlogic{at}yahoo{dot}com

Le but principal de smartblend est le raccordement d'images panoramiques, bien qu'il puisse être utilisé pour d'autres applications, telles que la création de textures sans joint, montage de photos ou collage. Smartblend permet l'assemblage de beaucoup de photos à problèmes (avec parallaxe, des objets en déplacement ou avec des différences d'exposition)

Par exemple, voyez les photos avec du parallaxe ci-dessous (provient de http://www.htu.at/~sascha/ptguide/01.htm décrites comme "impossible à assembler" ) :

SB_Parallax

Placez une image l'une dans l'autre et notez la grande différence.

SB_Parallax_overlapped

L'image ci-dessous est assemblée par smartblend.

SB_Blended

Un autre exemple avec smartblend :http://www.photodan.com.au/misc/flamchen.htm

Si vous ne savez pas ce qu'est une "application en ligne de commande" cela ne vous sera pas utile. Mais vous pouvez toujours utiliser une interface graphique pour smartblend:

Téléchargez SmartBlend, dernière version Smartblend_1_2_5.zip

Comment ça marche

Il trouve l'erreur visuelle dans la zone de recouvrement des photos et cherche une ligne de joint avec le minimum d'erreur visuelle. Puis il fusionne les photos en utilisant un algorithme similaire à une courbe spline de multirésolution

Pour étudier les algorithmes et les options, utiliser les commandes “–SeamVerbose” et “-PyramidVerbose”

Il y a un bon tutoriel, mais il n'est disponible qu'en russe. Quelqu'un pour traduire ?

Traduction par BableFish - Tutorial en anglais


Bienvenue à tous ceux qui désirent améliorer ce smartblend, écrire un tutoriel ou autre.

(Text taken from original smartblend home page)

Tangage

Angle vers le haut ou vers le bas (au-dessus ou en-dessous de l'horizon). Voir aussi roulis et lacet. Le tangage est la déviation angulaire par rapport au plan de niveau (horizontal) dans la direction de la prise de la vue.

Si vous prenez un panorama à plusieurs rangées vous devrez incliner l'appareil vers le haut ou le bas. L'angle d'inclinaison de l'axe optique vers le haut (valeur positive) ou vers le bas (valeur négative) est le tangage de l'image. Le tangage de l'image au zénith est de 90°.

TIFF

Le Tagged Image File Format (TIFF) est un format d'image libre largement utilisé pour enregistrer et échanger des images numériques de toutes sortes. Pour plus d'informations, voir la page TIFF de Wikipedia

TIFF est un format de fichier très polyvalent avec beaucoup de qualités. Les fichiers TIFF ont typiquement l'extension de fichier .tif. Si vous ne pouvez pas voir les extensions de fichiers, vous devriez en autoriser l'affichage, sinon vous aurez de grandes difficultés pour éditer et manipuler les fichiers image.

Problèmes de compression

TIFF peut contenir presque toutes sortes de données d'image. Cependant, il y a quelques formes de compression de données d'image habituellement trouvées à l'intérieur d'un fichier TIFF :

  • Sans compression est la forme la plus compatible mais donne les plus gros fichiers
  • JPEG, simplement un fichier JPEG contenu dans un tag du TIFF, compression avec pertes.
  • LZW est une solution très commune de compression sans pertes donnant des fichiers 8 bits plus petits. LZW fut déposé dans la plupart des pays jusqu'en 2004 et donc ne se trouvait pas dans beaucoup de distributions en freeware. Cette méthode de compression n'est pas utile pour les TIFF 16 bits.
  • ZIP est aussi sans pertes mais pas très commun bien qu'il donne en général de plus petits fichiers que LZW et ne fut pas déposé.
  • PackBits une solution pas très commune de compression sans pertes à peine supportée par les logiciels d'édition de photos. Photoshop par exemple peut lire les TIFF compressés avec PackBits mais pas les écrire.
  • La compression G3 et G4 est utilisée pour les documents fax de 1 bit uniquement.


PTStitcher (et donc toutes les interfaces graphiques qui l'utilisent) sort des fichiers images compressés avec PackBits si le format de sortie est TIFF. Il y a un bug dans Photoshop jusqu'à la version 9 (CS2) qui empêche d'ouvrir les fichiers compressés avec PackBits au-delà d'une certaine taille. Voir ouvrir de gros fichiers TIFF avec Photoshop pour plus de détails.

Bits de profondeur

TIFF peut contenir des données de différents nombre de bits de profondeur mais pour un usage photographique, seulement le 8-bit ou 16-bit par canal présentent un intérêt. Cependant il existe une spécification qui prévoit 32-bit par canal en virgule flottante pour les images à grande gamme dynamique

Il peut y avoir n'importe quel nombre de canaux. Les exemples usuels sont :

  • un seul canal spécifiant une image en noir et blanc
  • trois canaux spécifiant une image en couleur dans l'espace colorimètrique RGB
  • quatre canaux spécifiant une image en couleur dans l'espace colorimètrique CMYK
  • tout nombre de canaux supplémentaires (appelés canaux alpha) spécifiant des masques, sélections, canaux supplémentaires de couleur ou n'importe quoi d'autre.

Tous les canaux dans une image ont le même nombre de bits de profondeur, d'où une image RGB avec 16-bit par canal est souvent appelée image 48-bit, et avec 8-bit par canal, image 24-bit.

Les principales applications de Panotools exploitent aussi bien les images à 8-bit qu'à 16-bit par canal. Plus de détails sur l'exploitation du plein 16-bit.

Canaux alpha et masques

Les canaux alpha sont utilisés par panotools pour enregistrer les masques. Un masque contient des informations concernant l'utilisation de l'image. Pour cet usage le canal alpha contient une image en noir et blanc où la valeur de chaque pixels détermine la transparence du pixel correspondant de l'image.

Un pixel blanc du canal alpha permet de voir à 100% le pixel correspondant de l'image, un pixel noir du canal alpha indique une transparence totale du pixel correspondant de l'image. un pixel du canal alpha avec 50% de gris indique une transparence de 50%.

Ceci est particulièrement utile pour le fondu entre images. PTStitcher la principale application d'assemblage de Panorama tools, est capable de lire et d'écrire des fichiers image TIFF avec masque en espace colorimétrique RGB. Un masque dans l'image source est traité comme bord de l'image et remappé en conséquence dans l'image de sortie.

  • si le type de sortie 'sans fondu' (TIFF_m) est utilisé, un masque est créé qui reflète les bords de l'image d'entrée remappée.
  • pour le 'avec fondu' sortie (TIFF_mask), le masque est calculé pour créer un joint entre les images adjacentes qui s'étend plus ou moins dans le milieu de la zone en recouvrement. Il y a un paramètre 'fondu' pour contrôler la largeur du dégradé de gris qui permet le fondu progressif entre les images. Voir l'échantillon du script pour PTStitcher sur la page de Jim Watters pour plus de détails.

Dans tous les cas, il y a un problème à utiliser le canal alpha comme prévu dans Photoshop, puisque Photoshop ne connait pas l'utilisation attendue. Il charge le canal alpha mais ne l'utilise pas pour contrôler la transparence. Cela peut être obtenu manuellement en chargeant le canal alpha comme une sélection et en créant un masque avec "Révéler la sélection". Erik Krause fournit un ensemble de commandes pour Photoshop sur sa page qui peuvent être utilisées pour automatiser cela pour toutes les images dans un panorama: Actions d'assemblage.

Calques

Le TIFF standard ne supporte pas les calques. Si un document Photoshop avec des calques est enregistré au format TIFF, Photoshop crée un fichier image TIFF sans calques (plat, pour la compatibilité) et les données des calques dans un tag TIFF séparé. Ce tag TIFF séparé peut être compressé en utilisant la compression RLE (run length encoding) ou ZIP. ZIP en général génère des fichiers plus petits, même plus petits qu'enregistrés au format PSD (où vous ne pouvez pas choisir le format de compression).

Certaines applications (comme par exemple nona, le remplaçant de PTStitcher dans le paquetage Hugin) peut écrire des fichiers uniques qui contiennent plusieurs images TIFF. Si ces fichiers TIFF sont chargés dans Photoshop, seule la première image sera visible. Ils peuvent être divisés en images isolées avec tiffsplit présent dans le paquetage des outils de TIFF ou avec ImageMagick (voir la section outils ci-dessous).

Les versions actuelles de l'édiiteur d'image The Gimp peut lire ces fichiers TIFF avec plusieurs images, bien qu'ils soient aplatis en une seule image lors de l'enregistrement. Un échappatoire consiste à enregistrer ces calques en fichiers séparés en utilisant le plug in save-layers-tiff (enregistreur de calques TIFF)

Nona et PTmender peuvent créer des fichiers de sortie en [[#TIFF recadré|TIFF recadré] où les données de l'image sont juste une petite zone incluse dans les dimensions de l'image finale. Ceci est un moyen pratique d'économiser les ressources lors de l'assemblage de beaucoup d'images en un panorama final. Les fichiers d'entrée en TIFF recadré sont aussi supportés par enblend.

Données hors image

Puisque TIFF est un format taggué, il peut contenir des données complémentaires en plus de celles de l'image, de façon comparable aux données EXIF dans les fichiers JPEG ou autres. Photoshop par exemple, insère des données formatées XML qui provoquent des messages d'avertissement dans certains programmes basés sur les bibliothèques communes TIFF. Au moins certains des outils EXIF peuvent aussi être utilisés pour visualiser et/ou manipuler les données correspondantes dans les fichiers TIFF.

TIFF supporte les profiles de couleur intégrés. Malheureusement PTStitcher élimine les informations de profile quand il enregistre les fichiers TIFF (l'assembleur nona n'a pas ce bogue). En conséquence, le profile adéquat doit être assigné aux images résultantes de PTStitcher lorsqu'elles sont chargées dans un éditeur d'images exploitant la gestion des couleurs.

Outils et sources

Bien que la majorité des éditeurs d'images et des visualiseurs gèrent très bien le TIFF, il peut être nécessaire de temps en temps d'utiliser d'autres outils, pour du traitement par lots, pour la conversion de particularités peu supportées de TIFF ou simplement pour obtenir une information poussée.

BigTiff

Une approche pour dépasser l'actuelle limitation de taille du format TIFF est une proposition pour une nouvelle spécification TIFF appelée BigTiff pour la bibliothèque libre libTIFF. Grâce aux sponsors comme Leica Geosystems, les développeurs de logiciels open source comme PanoTools peuvent envisager d'utiliser LibTiff 4.0 depuis août 2007. Plus d'informations sont disponibles sur le site AWare Systems.

TIFF recadré

Une situation commune lors de l'assemblage d'images est que la plus grande partie de l'image ou du calque de sortie est vide. Cela arrive plus particulièrement pendant la correction de perspective ou lors de la création de panoramas partiels de haute résolution à partir d'un grand nombre de photos.

Ceci est OK excepté que panorama tools traitera laborieusement la géométrie pour tous ces pixels vides, ce qui utilise quantité de mémoire et d'espace disque.

La spécification TIFF permet à un canevas d'image d'inclure une plus petite image décalée à l'intérieur de la plus grande zone en utilisant les tags TIFF XPOSITION, YPOSITION, TIFFTAG_PIXAR_IMAGEFULLWIDTH et TIFFTAG_PIXAR_IMAGEFULLHEIGHT, ce qui est idéal pour une typique image panoramique qui est principalement de l'espace vide.

hugin, nona et PTmender peuvent créer de tels fichiers TIFF recadrés en ajoutant r:CROP en tant qu'option TIFF à la section format de panorama de la ligne p dans un script d'assemblage. Deux formats de sortie TIFF sont supportés, TIFF_m et TIFF_multilayer (remarquez que TIFF_multilayer n'est supporté que par nona).

Par exemple, les lignes p suivantes produisent de multiples fichiers TIFF recadrés et avec la compression LZW :

p f0 w1000 h500 v120 n"TIFF_m c:LZW r:CROP"

enblend peut lire ces fichiers TIFF recadrés depuis la version 2.4, aussi cette technique est utile quand on travaille avec enblend. De plus l'éditeur d'image The Gimp peut ouvrir directement des fichiers TIFF recadrés multicalques, bien qu'il ne sache pas les enregistrer. Cela peut être utile pour éditer les masques alpha dans les TIFF multicalques avant de les passer à enblend avec l'aide d'un script; voir l'édition de TIFF multicalques avec the Gimp.

Préserver l'offset lors de l'édition dans GIMP

L'utilisation d'images intermédiaires recadrées (ou rognées) est très utile - elle nécessitent moins d'espace disque et moins de ressources. Malheureusement, GIMP ne préserve pas l'offset de TIFF - et cela est très dommage si vous désirez masquer des objets de passage dans des images remappées, et les fusionner plus trad avec enblend. Il y a un pourtant un moyen de préserver l'offset TIFF. Premièrement on doit imaginer ce qu'est l'offset original de l'image que nous éditerons (bien sur, il est suggéré de créer une copie de sauvegarde de l'image). Pour trouver cela, exécuter :

Image:Konsole.png
[utilisateur@ordi ~]$ tiffdump <remappedd.tiff>

Un exemple de sortie pourrait être :

Image:Konsole.png
[utilisateur@ordi ~]$
XPosition (286) RATIONAL (5) 1<19.1667>
YPosition (287) RATIONAL (5) 1<2.54>

Nous poouvons voir ici qu'à la fois les offsets X et Y sont utilisés. Les valeurs importantes dans cette sortie sont 286 et 287, qui sont les données d'entrée de TIFF. Les valeurs en fin de ligne sont les offsets courants (19.1667 et 2.54). Maintenant, après l'édition de l'image dans GIMP, nous allons restorer ces offsets ainsi :

Image:Konsole.png
[utilisateur@ordi ~]$
tiffset -s 286 19.1667 <remappedd.tiff>
tiffset -s 287 2.54 <remappedd.tiff>

Bien sur, si un des offsets est 0 lors du chargement des données, il est inutile de l'entrer dans l'image finale. tiffdump et tiffset sont tous les deux inclus dans le paquetage libtiff.

Vignetage

Définition

L'éclairage s'affaiblit dans les angles des photos en raison des particularités de l'objectif. Il y a principalement deux sortes de vignetage. L'un causé par le boitier de l'objectif quelquefois appelé vignetage artificiel, et l'autre causé par l'optique (loi du cosinus à la puissance 4) quelquefois appelé vignetage naturel. Seulement le dernier peut être facilement corrigé par le plug-in de Pnorama tools appelé filtre de luminance radiale. En principe le programme de correction du vignetage de Fulvio Senore peut corriger les deux types de vignetage.

Bien que le plug-in de Pnorama tools filtre de luminance radiale comprenne une correction du vignetage, cette fonctionnalité ne fut jamais ajoutée à PTStitcher. Dans ce cas,il est nécessaire de traiter les photos avec le plug in ou un autre outil.

Nona, l'assembleur fourni avec Hugin comprend maintenant une correction du vignetage au niveau de l'assemblage, cela utilise soit une image à champ plat soit une fonction polynomiale. Fulla est un pré-traitement de l'image qui utilise la même technique pour corriger le vignetage en même temps que l'aberration chromatique et la distorsion de l'objectif.

Hugin possède maintenant la possibilité de calculer automatiquement les paramètres de correction du vignetage d'après un panorama assemblé. Il compare, entre deux photos se chevauchant, le gradient de luminosité à différents rayons et calcul un polynome de correction convenable. PTGui a implémenté la même technique basée sur le document de Pablo.

Voir aussi

La page de John Houghton sur le vignetage

Document de Pablo d'Angelo sur l'exposition, la balance des blancs et la correction du vignetage

Zénith

Le zénith est le point directement au-dessus de la personne qui regarde ou de l'appareil photo. L'opposé (au-dessous) est appelé le nadir.

Le zénith est étiré en ligne dans une projection équirectangulaire, rendant difficile de le modifier directement, une vue rectilinéaire peut être extraite pour l'édition.

Articles Liés (en anglais)


NdT signifie Nota du Traducteur et apporte des compléments de traduction ou d'information nécessaires à la compréhension. Ils ne sont pas dans le document original.

Cette page est une traduction partielle du wiki de Panotools

Content is available under GNU Free Documentation License 1.2

Ce contenu est disponible dans le cadre de la licence de documentation libre GNU 1.2.

Récupérée de « http://wiki.mandriva.com/fr/Hugin »